Aller au contenu principal

L’agriculture se sauvera-t-elle par le lien avec la société ?

Laurent Pinatel
© Olivier Tétard / flickr (CC)

C'est en tout cas l'avis de la Confédération paysanne, qui a tenu son congrès national les 12 et 13 avril en Bretagne, et que nous rapporte reporterre.net. Elle y a affirmé le lien essentiel entre une agriculture soucieuse de qualité et une société préoccupée par son alimentation.

« Nous ne réfléchissons pas en matière d’agriculture, mais en matière d’alimentation »

C'est ce que dit Laurent Pinatel, le porte-parole de la Confédération paysanne depuis 2013. Il ajoute : « Nous ne souhaitons pas une politique construite uniquement par les agriculteurs, mais prenant en compte les consommateurs, les citoyens. L’agriculture doit être un service public. »

Une agriculture à deux vitesses

Toujours selon Laurent Pinatel : « Il se creuse un fossé entre les exploitations de grande taille et celles petites, voire très petites. » D’un côté, le bio et les circuits courts sont en train de s'inscrire dans le temps et ont passé le cap de l’effet de mode. Les agriculteurs construisent leur modèle économique en associant ventes sur les marchés, au sein des Amap et auprès des grandes surfaces. Si les les emplois à la clef sont bien là, cette effervescence d’initiatives n’atteint pas le stade critique qui permettrait de passer du local au global pour en faire un système.

Fournir des aliments de qualité à un prix accessible à tous

Pour le porte-parole national de la Confédération paysanne, cette agriculture à deux vitesses n'est pas la solution : « Nous, nous parlons de l’alimentation, pas uniquement de l’agriculture, et souhaitons faire basculer l’ensemble de l’agriculture vers des modèles de production de qualité en matière de produits, de revenus, de conditions de travail et d’environnement. » Pour lui, il faut agir d'une part à l’échelle européenne, avec des primes sur la qualité des produits pour qu’ils restent accessibles au plus grand nombre et d'autre part à l’échelle nationale, avec des outils législatifs sur la répartition des marges entre les producteurs et les grandes entreprises de transformation pour garantir un revenu aux agriculteurs.

 

Lire l'article sur reporterre.net

Les plus lus

« Au nom de la Terre » : pendant le tournage, le robot de traite a continué à tourner
Le temps du tournage du film « Au nom de la Terre », sorti il y a un an, la ferme de la Touche, à Saint-Pierre-sur Orthe en…
Les agriculteurs méthaniseurs en colère contre la baisse annoncée des tarifs
Le nouveau cadre tarifaire de l’énergie issue de la méthanisation « défavoriserait fortement les sites agricoles de petite et…
Bien-être animal : un groupe Facebook s'attaque au RIP pour les animaux d'Hugo Clément
Franck Reynier est l’initiateur du groupe Facebook « Unis pour la ruralité » qui dit « Non au Rip » sur les animaux. Il a accepté…
« Le RIP pour les animaux s’essouffle » observe Jean-Baptiste Moreau, éleveur et député
Jean-Baptiste Moreau est agriculteur dans la Creuse et député. Il se prononce contre le projet de référendum sur les animaux…
Vital Concept sur le Tour de France : certains coureurs « deviendront sans doute agriculteurs »
Patrice Etienne, à la tête de l’entreprise de fourniture agricole Vital-Concept, a décidé de s’engager il y a trois ans dans le…
RIP pour les animaux : la contre-offensive s’organise
Face au RIP pour les animaux, le monde rural a décidé de réagir. Un groupe a été créé sur Facebook et une pétition contre le…
Publicité