Aller au contenu principal

L'agneau de lait vole de nouveau vers le Japon

L'agneau de lait des Pyrénées est en majorité élevé dans les vallées basques et béarnaise.
© PIXABAY

Le 1er mars dernier, le Japon a levé un embargo vieux de 16 ans qui affectait les éleveurs d'ovins français. Et déjà, les commandes affluent.

Une clientèle exigeante

Le Japon est une clientèle particulièrement exigeante. Ils sont à l'origine de l'une des meilleures viandes au monde, le boeuf de Kobe, Louis Vuitton de la viande rouge, réputé pour ses méthodes d'élevage qui bannissent autant le stress que l'exercice. Alors qu'en est-il de l'agneau ?

Un marché très haut de gamme...

Férue de cette viande délicate et persillée, les japonais offrent aux éleveurs français une grande opportunité. C'est un marché de niche, haut de gamme et très rémunérateur pour la filière. La viande est découpée avant expédition, à la façon nippone, à savoir très finement. Car si nous, occidentaux, en mangeons facilement 150 grammes, eux se limitent à 25, 30 grammes tout au plus...

 

Une vingtaine de producteurs de la région ont été sollicités pour répondre à cette nouvelle demande.

Leurs contraintes ? respecter un cahier des charges précis et exigeant. "Au Japon, ils recherchent des agneaux jeunes, de 60 à 80 jours maximum, qui têtent leur mère, donc élevés au lait, et en état d'engraissement" explique le président du groupement d'intérêt économique chargé de l'abattoir girondin de Bazas, François Pallavidino.

Et lucratif

Cependant, malgré ces impératifs, la réouverture du marché va permettre un complément de revenus non négligeable pour les professionnels du secteur. D'autant que la clientèle est essentiellement constituée de restaurateurs étoilés, qui acceptent de mettre le prix nécessaire à la qualité exigée.

Une décision qui tombe à point pour les éleveurs de l'hexagone.

 
En savoir plus sur Le boeuf de Kobe
Voir le reportage sur France 3 - Régions

Les plus lus

« Au nom de la Terre » : pendant le tournage, le robot de traite a continué à tourner
Le temps du tournage du film « Au nom de la Terre », sorti il y a un an, la ferme de la Touche, à Saint-Pierre-sur Orthe en…
Les agriculteurs méthaniseurs en colère contre la baisse annoncée des tarifs
Le nouveau cadre tarifaire de l’énergie issue de la méthanisation « défavoriserait fortement les sites agricoles de petite et…
Bien-être animal : un groupe Facebook s'attaque au RIP pour les animaux d'Hugo Clément
Franck Reynier est l’initiateur du groupe Facebook « Unis pour la ruralité » qui dit « Non au Rip » sur les animaux. Il a accepté…
« Le RIP pour les animaux s’essouffle » observe Jean-Baptiste Moreau, éleveur et député
Jean-Baptiste Moreau est agriculteur dans la Creuse et député. Il se prononce contre le projet de référendum sur les animaux…
Vital Concept sur le Tour de France : certains coureurs « deviendront sans doute agriculteurs »
Patrice Etienne, à la tête de l’entreprise de fourniture agricole Vital-Concept, a décidé de s’engager il y a trois ans dans le…
RIP pour les animaux : la contre-offensive s’organise
Face au RIP pour les animaux, le monde rural a décidé de réagir. Un groupe a été créé sur Facebook et une pétition contre le…
Publicité