Aller au contenu principal

Coopération agricole
Terrena présente ses résultats 2021 et confirme la pertinence de son plan à horizon 2030

Les indicateurs financiers sont bons pour le groupe et la coopérative de Loire-Atlantique.

De gauche à droite, Olivier Chaillou, président de Terrena, et Alain Le Floch, directeur général de Terrena.
© Terrena

Lors de la présentation de ses résultats 2021, le 4 mai, Terrena a publié un chiffre d’affaires global de 5 Md€, en progression de 242 M€ par rapport à l’exercice de l’an passé. L’Ebitda du groupe ressort à 137 M€ (+24 M€) et le résultat net du groupe à 12,5 M€ (+10,4 M€).

Dans le cadre du plan Terrena 2030 (4 axes et 6 responsabilités déclinés en objectifs et en indicateurs de mesure et d’impacts présentés lors de l’Assemblée générale de juin 2021), le groupe a multiplié en 2021 les contrats filières et a mis en place une politique, qui se poursuivra en 2022, permettant d’accélérer les synergies entre cultures et élevages, de faciliter l’accès aux marchés, de développer la contractualisation et de renforcer la performance de l’activité végétale.

L’activité coopérative seule enregistre un chiffre d‘affaires de 1,73 Md€ (+72 M€) avec un résultat net de 1,8 M€ (en retrait de 2,5 M€ par rapport à 2020). Le communiqué du groupe constate aussi que « ce bilan est nuancé » avec une « activité céréales qui continue en 2021 de souffrir de la faiblesse de la collecte 2020 ».

En 2021, Terrena a lancé de nouvelles initiatives en direction des adhérents à travers notamment un programme de nutrition animale pour améliorer la marge sur coût alimentaire dans la filière laitière (augmentation de la collecte et baisse des troubles de santé des animaux).
 

Oléo bio, collecte de céréales, meunerie et protéines végétales

Également au chapitre des réalisations en 2021, le développement de « la structuration d’une filière de protéines végétales bio 100 % françaises au travers d’Oleosyn Bio, en partenariat avec le Groupe Avril ». L’outil de trituration mis en place dans ce cadre a permis, depuis 2020, la valorisation en huiles et tourteaux 60 000 t de graines de tournesol et de colza bio produites par 160 adhérents de la coopérative. Un projet de traitement thermique a aussi été lancé sur le site de nutrition animale de Teillé dans le Maine-et-Loire pour permettre d’optimiser la qualité et le renforcement de la sécurité sanitaire de la production d’aliments bio.

La campagne de collecte 2021 a été dans la moyenne (bonne campagne d’automne et campagne d’été un peu en-dessous des prévisions). La branche « grains, végétal et semences » a réalisé un chiffre d’affaires de 952 M€ pour 2 275 salariés, 7 000 agriculteurs apporteurs de céréales et 750 multiplicateurs de semences. Le plan Terrena 2030 comprend notamment comme objectif de réduire de 50 % les protéines importées par le groupe d’ici à 2030.

L’activité meunière (Terrena Meunerie), « malgré des marchés assez nerveux », a enregistré une activité d’écrasement de blé en légère hausse. « La baguette lancée sous l’appellation La Nouvelle Agriculture, commercialisée par 150 boulangers, a été un vecteur de croissance alors que les farines en filière (CRC, label Rouge…) étaient bien orientées. On a enregistré un tassement de l’activité bio »

En revanche, l’activité Inveja concernant les protéines végétales à destination de l’industrie agroalimentaire est à nouveau en croissance.

Concernant la guerre en Ukraine, Terrena indique qu’il est encore trop tôt pour chiffrer les impacts des hausses drastiques des coûts des matières premières et de l’énergie.

En 2022, le groupe Terrena va capitaliser sur les initiatives et projets déjà en route et renforcer la mise en œuvre de son plan Terrena 2030.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La dépêche - le petit meunier.

Les plus lus

Moisson 2022 : rendements de colza attendus dans la moyenne historique, selon Terres Inovia
La sécheresse printanière ainsi que la vague de chaleur devraient occasionner moins de dégâts sur les colzas qu’en céréales, la…
Moisson 2022 : « des rendements de céréales encore plus hétérogènes que d’habitude »
Le président de l’AGPB (Association générale des producteurs de blé) Eric Thirouin craint une forte variabilité des situations…
Canicule 2022 : Peu d’effet sur les rendements de blé tendre et d’orge d’hiver, attention aux orges de printemps
Jean-Charles Deswartes, ingénieur d'Arvalis-Institut du végétal, explique que les blés tendres et les orges d’hiver sont…
Stocks mondiaux de blé en hausse entre 2021/2022 et 2022/2023, selon Amis
L’indice des prix du blé de la FAO (organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture) a augmenté entre avril…
« Ce n’est pas le blé produit qui est à surveiller mais sa mobilité »
Le cabinet d’analyse Agritel estime qu’une baisse des prix du blé tendre ne sera possible qu’en cas d’amélioration de la…
Céréales et oléoprotéagineux bio : la volatilité du marché conventionnel perturbe le bio

La fixation des prix pour la nouvelle récolte est d’autant plus compliquée que la marché du conventionnel fait le yoyo…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 352€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site La dépêche – le petit meunier
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez votre revue numérique la dépêche – le petit meunier
Recevez les évolutions des marchés de la journée dans la COTidienne