Aller au contenu principal
Font Size

Logistique
Inondations (Seine) chez les organismes stockeurs rouennais : la goutte d’eau après la grève !

Les opérateurs portuaires sur Rouen ont souffert d’inondations sur leurs installations, conséquence du haut niveau de la Seine. Mais la situation devrait être rétablie dans les prochaines heures.

Le niveau de la Seine à un plus haut niveau depuis longtemps, selon les opérateurs portuaires
© MrsBrown

« On n'avait pas besoin de ça », peste Bruno Lemelle, responsable exécution de Sénalia. Après avoir subi les grèves durant les mois de décembre et de janvier, les opérateurs portuaires hexagonaux ont dû faire face aux débordements des voies fluviales, dont la Seine, affectant leurs installations en fin de semaine 7 (13 et 14 février).

« Le niveau de la Seine est à un plus haut jamais vu depuis un moment. Nous avons dû mettre en place un système de pompage pour évacuer l’eau de notre site (Socomac) », explique Claudine Revolio, responsable communication du Groupe Soufflet, propriétaire du site. Du côté de Sénalia, « certaines zones en sous sol ont été inondées. Nous devons donc évacuer l’eau, sachant que des eaux usées sont remontées », explique Bruno Lemelle.

Une combinaison de facteurs sont à l’origine des inondations. Les vents et les récentes pluies avaient déjà bien préparé le terrain. Ajoutons à cela « un lâché d’eau au niveau de la Seine, qui a constitué la goutte d’eau qui a fait déborder le vase », indique Bruno Lemelle. L’origine précise du lâché d'eau reste à l’heure actuelle incertaine.

Principales conséquences des inondations : « la réception des trains et des camions a dû être retardée », signale Claudine Revolio. Même son de cloche du côté de Sénalia : « les réceptions de grains ont dû être interrompues. Des marchandises ont été réacheminées, les installations de manutention étant temporairement inutilisables (…)  La circulation des péniches a également été perturbée, le niveau des eaux étant tellement haut que les embarcations ne pouvaient plus passer sous les ponts », renchérit Bruno Lemelle. L'activité des négoces et des organismes collecteurs a donc été perturbée, sachant que les autres silos portuaires et de la région ont connu les mêmes soucis, soulignent les deux acteurs portuaires.

Toutefois, il y a eu plus de peur que de mal. Les conséquences sur l’activité des opérateurs portuaires seraient minimes. « Dans 48 heures, tout reviendra à la normale. Il n’y a pas eu de dégât matériel, et les grains ne sont pas touchés », rassure Claudine Revolio. Idem du côté de Sénalia. « Lundi 17 février, nous devrions reprendre l’activité normalement », déclare Bruno Lemelle. Les deux représentants des sites portuaires rapportent que les inondations ont engendré quelques surcoûts et des difficultés de logistique intérieure, mais aucun retard de livraison pour les clients étrangers ne devrait être constaté. « Les coûts n’ont rien à voir avec ceux qu’ont causé la grève (…) La météo devrait s’améliorer la semaine prochaine (semaine 8) et tout reviendrait donc à la normale », ajoute Bruno Lemelle, pour qu’il s’agit d’un simple contretemps, alors que la campagne d’exportation bat son plein.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Blé tendre : vers une récolte biologique 2020 qualitative à défaut de quantité
Comme pour les blés non-bio, les conditions météos de l’automne-hiver puis du printemps ont marqué les semis et les conditions de…
Avril/DSM: Construction d'un site de production de protéines de colza pour l'alimentation humaine sur Dieppe au premier trimestre 2022
Les groupes Avril et Royal DSM ont annoncé le 15 juillet avoir finalisé leur partenariat, visant la construction d'une unité de…
La production russe 2020 de blé tendre à l'épreuve de nouvelles analyses
Les premiers échos de rendements de blé tendre en Russie s'avèrent décevants, ce qu’Agritel confirme. Deux importants analystes…
Une récolte française 2020 de blé tendre à 29-31 Mt ?
Le chiffre de 32-33 Mt de blé tendre récolté en France en 2020 n’est plus d’actualité. Les surfaces sont revues à la baisse, et…
Agreste estime la récolte de blé tendre française à 31,3 Mt
Plus optimiste que le ministère, la société Stratégie Grains maintient sa fourchette de 32-33 Mt.
Ca bouge dans les boissons à base d’avoine
Surfant sur les aspects nutrition, santé et allergène, l’avoine a le vent en poupe en alimentation humaine, en particulier aux…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 30€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site La dépêche – le petit meunier
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez votre revue numérique la dépêche – le petit meunier
Recevez les évolutions des marchés de la journée dans la COTidienne