Aller au contenu principal

La Dépêche : le média des acheteurs et vendeurs de grains

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Logistique
Inondations (Seine) chez les organismes stockeurs rouennais : la goutte d’eau après la grève !

Les opérateurs portuaires sur Rouen ont souffert d’inondations sur leurs installations, conséquence du haut niveau de la Seine. Mais la situation devrait être rétablie dans les prochaines heures.

Le niveau de la Seine à un plus haut niveau depuis longtemps, selon les opérateurs portuaires
© MrsBrown

« On n'avait pas besoin de ça », peste Bruno Lemelle, responsable exécution de Sénalia. Après avoir subi les grèves durant les mois de décembre et de janvier, les opérateurs portuaires hexagonaux ont dû faire face aux débordements des voies fluviales, dont la Seine, affectant leurs installations en fin de semaine 7 (13 et 14 février).

« Le niveau de la Seine est à un plus haut jamais vu depuis un moment. Nous avons dû mettre en place un système de pompage pour évacuer l’eau de notre site (Socomac) », explique Claudine Revolio, responsable communication du Groupe Soufflet, propriétaire du site. Du côté de Sénalia, « certaines zones en sous sol ont été inondées. Nous devons donc évacuer l’eau, sachant que des eaux usées sont remontées », explique Bruno Lemelle.

Une combinaison de facteurs sont à l’origine des inondations. Les vents et les récentes pluies avaient déjà bien préparé le terrain. Ajoutons à cela « un lâché d’eau au niveau de la Seine, qui a constitué la goutte d’eau qui a fait déborder le vase », indique Bruno Lemelle. L’origine précise du lâché d'eau reste à l’heure actuelle incertaine.

Principales conséquences des inondations : « la réception des trains et des camions a dû être retardée », signale Claudine Revolio. Même son de cloche du côté de Sénalia : « les réceptions de grains ont dû être interrompues. Des marchandises ont été réacheminées, les installations de manutention étant temporairement inutilisables (…)  La circulation des péniches a également été perturbée, le niveau des eaux étant tellement haut que les embarcations ne pouvaient plus passer sous les ponts », renchérit Bruno Lemelle. L'activité des négoces et des organismes collecteurs a donc été perturbée, sachant que les autres silos portuaires et de la région ont connu les mêmes soucis, soulignent les deux acteurs portuaires.

Toutefois, il y a eu plus de peur que de mal. Les conséquences sur l’activité des opérateurs portuaires seraient minimes. « Dans 48 heures, tout reviendra à la normale. Il n’y a pas eu de dégât matériel, et les grains ne sont pas touchés », rassure Claudine Revolio. Idem du côté de Sénalia. « Lundi 17 février, nous devrions reprendre l’activité normalement », déclare Bruno Lemelle. Les deux représentants des sites portuaires rapportent que les inondations ont engendré quelques surcoûts et des difficultés de logistique intérieure, mais aucun retard de livraison pour les clients étrangers ne devrait être constaté. « Les coûts n’ont rien à voir avec ceux qu’ont causé la grève (…) La météo devrait s’améliorer la semaine prochaine (semaine 8) et tout reviendrait donc à la normale », ajoute Bruno Lemelle, pour qu’il s’agit d’un simple contretemps, alors que la campagne d’exportation bat son plein.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Jean-François Arnauld président de Duralim (2020)
"Notre objectif est d’atteindre 100% d’approvisionnements durables pour toutes les matières premières"
Agriculteur et éleveur en Charente Maritime, Jean-François Arnauld a été élu, le 30 janvier, président de Duralim, la…
L’export céréalier et la nutrition animale aux abois
La poursuite des grèves dans le secteur portuaire inquiète sérieusement les professionnels qui redoutent des pertes de parts de …
Recul annuel de la surface de blé dur française de 4-5 % selon Arvalis-Institut du végétal
Les pluies automnales expliquent la baisse de la surface de blé dur en France. Un risque haussier sur les prix persiste, dans un…
Roquette annonce un plan de sauvegarde de l’emploi

Roquette a annoncé lors d’une réunion du CSE, le 23 janvier, un plan de sauvegarde de l’emploi, concernant la…

Succès de la bourse du Nouvel An et de l’Exécution malgré les difficultés de transport

On pouvait se poser la question : les adhérents d’Agro Paris Bourse seraient-ils en mesure de venir assister à cette…

« Nous connaissons une crise du multilatéralisme »
À l’occasion de la sortie de l’ouvrage Demeter 2020, rencontre avec Matthieu Brun, responsable des études et des partenariats…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 33.33€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site La Dépêche
Profitez de l’ensemble des cotations
Consultez la revue La Dépêche au format numérique
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter La Dépêche