Aller au contenu principal
Font Size

La fièvre porcine a pesé sur les volumes mondiaux d’aliments pour animaux

Les événements sanitaires impactent fortement la production d’aliments pour animaux comme le montre la baisse de 35 % des aliments pour porcs en Chine en 2019.

Groin Porc
© Pexels - Pixabay

D’après l’enquête annuelle d’Alltech, la production mondiale d’aliments pour animaux a perdu 1 % en volume en 2019, pour atteindre 1,1265 Mdt. La régression est principalement due à la contraction de 5,5 % dans la zone Asie-Pacifique qui passe à 363,2 Mt. L’Europe, dans laquelle la firme inclut la Russie et la Turquie, est quasi stable à 279,2 Mt (+0,2 %). L’Amérique du Nord tient sa troisième place avec une progression de 1,6 % (236 Mt). L’Afrique affiche, une fois de plus, une belle croissance (+7,5 % à 43,7 Mt), alors que le Moyen-Orient perd 5,8 % (26 Mt) et l’Océanie 1,3 % (10,5 Mt). La hiérarchie des espèces est conservée avec, en tête, le poulet de chair qui creuse l’écart (307,3 Mt), suivi par le porc (260,9 Mt) qui a beaucoup souffert, notamment avec la fièvre porcine africaine en Chine (-35 %) et au Vietnam (-21 %). Au total, dans toute la zone Asie-Pacifique, l’alimentation pour les porcs a perdu plus d’un quart de ses volumes entre 2018 et 2019.

Les pondeuses sont bien installées en troisième position (157,7 Mt), suivies par les vaches laitières (129,9 Mt), les bovins viande (115,4 Mt) et, plus loin, l’aquaculture (41 Mt) et le petfood (27,7 Mt).

Sur le podium, les États-Unis gardent la tête (214,4 Mt) devant la Chine (167,9 Mt) et le Brésil (70,4 Mt). Selon Alltech, l’Espagne, en septième position, est le premier pays de l’UE (34,8 Mt), devant l’Allemagne (25 Mt), en décalage avec le classement annoncé par la Fefac, .

Pour Mark Lyons, PDG d’Alltech, les tendances en nutrition animale mondiale sont claires : la montée des questions de santé animale et, donc, de biosécurité ; la modification des comportements des consommateurs (végétarisme et flexitarisme en Europe ou demandes croissantes pour du non-OGM et du sans-antibiotique en Amérique latine). La question de l’environnement et de la durabilité fait, par ailleurs, peser une certaine incertitude, selon les pays, avec des réglementations qui s’alourdissent.

Sur le podium, les États-Unis gardent la première place devant la Chine et le Brésil.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

[Coronavirus Covid 19] Kronenbourg se positionne pour accompagner la reprise
Le brasseur français (700 Ml de bière par an et 1 200 salariés) agit dans le cadre du déconfinement et prépare la saison d’été.
[Coronavirus Covid 19] La boulangerie artisanale et industrielle française navigue à vue

Jean François Loiseau, président d’Intercéréales et de l’Association nationale de la Meunerie française, a bien souligné, le…

De nouveaux aménagements prévus pour Soufflet à Rouen
Suite à l’approfondissement du chenal d’accès au port de Rouen, réalisé par Haropa, le réaménagement du poste Soufflet-Socomac1…
[Coronavirus - Covid-19] Jean-François Loiseau : "La filière céréalière a absorbé tous les surcoûts liés au Covid-19"
Le président d'Intercéréales, Jean-François Loiseau, a appelé l'État à "plus de reconnaissance et d'accompagnement" à l'occasion…
Argus Media s'offre la société de conseil Agritel
Agritel souhaite devenir une agence de report de prix (PRA, Price reporting agency). Argus Media peut le lui permettre à terme.
Une récolte de blé tendre à 32-33 Mt encore crédible

Fin mai, Stratégie Grains annonçait dans nos colonnes une récolte…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 30€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site La dépêche – le petit meunier
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez votre revue numérique la dépêche – le petit meunier
Recevez les évolutions des marchés de la journée dans la COTidienne