Aller au contenu principal

Protéines végétales en alimentation humaine
Givaudan ouvre un nouveau centre de développement en protéine alternative

La nouvelle structure est installée en Suisse alors que l’ingrédientiste en avait ouvert une autre en avril à Singapour.

Le "Protien Hub" est situé dans le centre d’innovation de Givaudan à Zürich (Suisse)
© Givaudan

Le géant suisse des parfums et arômes (goût, texture, couleurs, protéines et ingrédients) Givaudan a annoncé mardi 7 septembre 2021 l’ouverture d’un nouveau « hub » consacré au développement des protéines à destination de l’alimentation humaine. Il est installé dans le centre d’innovation de Zürich en Suisse et met à disposition des experts, des technologies et des équipements afin d’accélérer le développement des protéines alternatives.

Et ce afin de répondre à la demande mondiale des consommateurs finaux en la matière, qui ne cesse de croître de jour en jour. Les dernières études mises en avant par Givaudan montrent un marché mondial des protéines végétales qui représente aujourd’hui 4,3 Md$ et qui devrait atteindre 290 Md$ d’ici 2035. « Dans le monde entier, de nombreux consommateurs se tournent, pour des raisons de santé et d’éthique, vers des produits à base de plantes et d’autres alternatives » écrit Louie D’Amico, président goût et bien-être chez Givaudan, dans le communiqué de lancement.

Le « Protein Hub » rassemble des clients, des startups, des universitaires, des cuisiniers et d’autres partenaires pour « co-créer des expériences protéiniques ». Le lieu est équipé d’une cuisine de développement dernier cri et d’une usine-pilote comprenant une nouvelle machine d’extrusion à humidité élevée. Les clients peuvent venir au « Protein Hub » pour travailler sur tout type d’application et tous les aspects du processus de développement produits, « depuis l’idéation (NDLR : processus créatif de production, développement, et communication de nouvelles idées) initiale et la connaissance des consommateurs, jusqu’aux séances de prototypage pratiques, tout cela dans l’optique d’une commercialisation rapide des produits ».

Enjeux mondiaux et performance économique et environnementale

Face aux enjeux pour nourrir la population mondiale tout en gérant les questions d’environnement, d’empreinte écologique et d’émissions de gaz à effet de serre (changement climatique, de plus en plus d’entreprises du secteur de l’agroalimentaire se tournent vers la création de ce type de plateforme permettant d’accélérer le temps en matière de sélection des idées de base, de mise au point/test, de prototypage et de préparation à la phase de production.

D’autant que les secteurs de l’alimentation sont vastes puisque l’on parle d’alternatives au poisson, à la viande et aux produits issus du lait. Et le développement des protéines végétales n’est pas le seul moyen de trouver d’autres moyens de produire de l’alimentation. Des technologies et des techniques se développent très rapidement aussi autour des principes de la fermentation, de la fabrication à partir de cellule en laboratoire… Autre fait notoire, notamment sur le segment des alternatives de viande : les travaux menés en création de produits à partir de protéine végétale et ceux concernant la viande cellulaire pourraient être « mixé » pour aider à atteindre encore plus vite le marché, réduire les coûts de production et mieux répondre aux respects de l’environnement.

« La création d’excellentes alternatives à la viande, au poisson ou aux produits laitiers à base de plantes ou produits fermentés s’accompagne de défis spécifiques nécessitant une approche globale. Nous sommes conscients qu’aucune entreprise ne peut faire cela seule. Nous devons travailler ensemble pour relever les défis, accélérer l’innovation et créer l’avenir de l’alimentation » note Fabio Campanile, directeur science et technologie de goût et bien-être chez Givaudan.

En 2020, Givaudan a réalisé un chiffre d’affaires de 6,3 Md de francs suisses (3,373 Md francs suisses au premier semestre 2021, en hausse de 7,9 %) et employait 16 000 personnes dans le monde.

Voir aussi Dossier Protéines La Dépêche Le Petit Meunier : La protéine végétale se réinvente en alternative aux productions animales

Les plus lus

Cinq mesures pour atténuer l’impact des JO sur le transport des céréales sur la Seine

Après plusieurs semaines de concertation, l’ensemble des parties prenantes ont établi un certain nombre de règles pour éviter…

Transport de céréales pendant les JO 2024 : combien de temps sera arrêtée la navigation sur la Seine ?

En plus d’une huitaine de jours avant la cérémonie d’ouverture des Jeux olympiques Paris 2024, la circulation des péniches de…

Prix du blé tendre : « On pourrait dans les deux prochains mois tomber autour des 220 $/t »

Les stocks mondiaux de blé sont restreints, mais la Russie reste très agressive sur le marché international.

 

Céréales – Des stocks hexagonaux 2023-2024 toujours plus abondants, selon FranceAgriMer

La consommation de la meunerie de blé tendre a été revue à la baisse entre janvier et février 2024. En maïs,…

Céréales au Maroc - La sécheresse inquiète déjà

Le Maroc constitue un important acheteur de céréales françaises.

Le port de Rouen relativise la baisse de ses exportations de blé sur le premier semestre 2023-2024

Les chargements au départ des terminaux céréaliers du port de Rouen ont chuté de 24 % entre les premiers semestres des…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 352€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site La dépêche – le petit meunier
Bénéficiez de la base de cotations en ligne
Consultez votre revue numérique la dépêche – le petit meunier
Recevez les évolutions des marchés de la journée dans la COTidienne