Aller au contenu principal

Des agriculteurs pratiquent la danse de la pluie face à la sécheresse menaçante

La sécheresse est bien réelle en ce début mai et les agriculteurs sont inquiets pour la levée des cultures. Dans certaines zones, la situation est déjà critique et des restrictions sont en vigueur. Les agriculteurs sont inquiets. Pour conjurer le sort, certains ont décidé de pratiquer la danse de la pluie. Comme Bruno Cardot, qui préfère défier la météo avec son humour habituel.

© Manfred Richter / Pixabay

Une vague terrible de gel a succédé aux températures très élevées. Et voilà qu’une sécheresse s’abat sur de nombreuses régions de France. Les surprises météorologiques de ce printemps 2021 inquiètent les agriculteurs.

Sur la carte des arrêtés publiés par le Ministère de la Transition écologique, une zone rouge apparaît déjà ce 5 mai, à la frontière entre la Charente et les Deux-Sèvres. Un point rouge est également visible à la frontière des Bouches-du-Rhône et du Var. Des zones en situation de « crise » où l’arrêt des prélèvements vient d’être décrété, y compris à des fins agricoles. Dans les Deux-Sèvres et dans le Lot, deux zones sont en orange, c’est à dite en « alerte renforcée ». Dans ces zones, une réduction forte des prélèvements à des fins agricoles est mise en place.

 

Carte
Légende

En Loire-Atlantique, Maine-et-Loire, Vendée, Charente-Maritime, Charente, Rhône et Ain, des taches jaunes indiquent des zones en « alerte », ou des mesures de restriction d’eau sont également en vigueur.  

Lire aussi : Sécheresse agricole : le mal est-il déjà fait pour les cultures ?

Plusieurs départements de l’Ouest et du Sud-Est sont en « vigilance » et les économies d’eau sont recommandées.

Danses de la pluie

Inquiets, les agriculteurs ne savent plus à quel saint se vouer, ou plutôt sur quel pied danser. Pour faire venir les précipitations au-dessus de leurs champs, certains n’hésitent pas, en effet, à pratiquer des danses de la pluie.

Dans l’Aisne, Bruno Cardot et son compère Vincent agitent les parapluies pour inciter le ciel à mouiller la terre frappée de sécheresse. 

Dans l’Express, Philippe Cizeron, agriculteur en Dordogne témoigne plus sérieusement de son inquiétude pour les mois à venir. Mais le journal évoque aussi « la danse de la pluie ». Dans certaines régions, un peu de pluie bénéfique est tombée ces derniers jours. Grâce à la danse ou pas ?

Lire aussi « Pousse de l’herbe : quelques régions fourragères sont déficitaires »

Les plus lus

Ce qui change pour les agriculteurs depuis le 1er janvier 2023
Tour d’horizon des nouvelles dispositions sociales, fiscales et nouveaux règlements qui s’imposent aux agriculteurs, ou tout du…
Agriculteur en retraite
Réforme des retraites : quels changements pour les agriculteurs ?
Le projet présenté par Elisabeth Borne n’entraine pas la disparition du régime agricole mais aura des conséquences sur la…
exploitation agricoles et ligne électrique
Prix de l’électricité bloqué à 280 euros/MWh : les agriculteurs éligibles doivent vite renvoyer leur formulaire
Un bouclier tarifaire est instauré pour les TPE ne bénéficiant pas de tarif de vente réglementé. Les agriculteurs peuvent y être…
Paysage de ampagne française vue du ciel
Politique agricole commune : tout savoir sur la nouvelle PAC
Le 1er janvier 2023 entre en application une nouvelle Politique agricole commune. Reussir.fr vous en dit plus sur ses…
Salon de l'agriculture, hall des animaux, porte de Versailles
Salon international de l’agriculture 2023, mode d’emploi
Le Salon de l’agriculture se tiendra du 25 février au 5 mars 2023, porte de Versailles à Paris. « L’agriculture : le vivant au…
Ovalie, vache égérie du salon de l'agriculture 2023, et ses deux veaux
La vache Ovalie ne viendra pas seule au salon de l’agriculture 2023
L’égérie du prochain Salon international de l’agriculture a donné naissance début janvier à des jumelles. Ses éleveurs se…
Publicité