Aller au contenu principal

Etude Conso
La pomme de terre est le légume préféré des Français

Au rayon légume, la pomme de terre est « number one », devant la tomate et la salade.

Les Français aiment la pomme de terre. Elle serait le légume préféré de 57 % d’entre eux, devant la tomate et la salade. Mieux encore : 98 % des Français cuisinent des pommes de terre. Et pour 62 % d’entre eux, celle que l’on appelle familièrement la patate est préparée au moins une fois par semaine.

C’est ce qui ressort d’un sondage réalisé par Opinion Way pour le CNIPT, le Comité national interprofessionnel de la pomme de terre, et FranceAgriMer, l’établissement national des produits de l’agriculture et de la mer. L’étude a été réalisée en 2018 sur un échantillon de 1039 Français âgés de 18 ans et plus.

La pomme de terre est aussi perçue comme un aliment plaisir par 73 % des Français avec un avantage non négligeable :  79 % des personnes interrogées considèrent qu’elle plaît à toute la famille.

A 95 %, les consommateurs de l’étude savent qu’il existe plusieurs sortes de pommes de terre qui se cuisinent différemment.

Seule ombre à ce tableau idéal : dans l’assiette, elle est jugée calorique par 71 % des Français. Selon l’Anses (1), son apport calorique serait pourtant plus faible que celui des pâtes et du riz blanc.

Terminons la présentation de cette enquête par un atout irréfutable : celui du porte-monnaie. Ce légume est considéré comme « pas cher » par 80 % des Français enquêtés.

Par cet aspect économique, la pomme de terre se distingue des autres légumes, considérés, avec les fruits, comme n’étant pas à la portée de toutes les bourses. Dans un article du Figaro publié le 1er mars 2019, Pascale Hebel, directrice du pôle entreprise et consommation au Credoc (2) considère que les fruits et légumes sont des « marqueurs de différenciation sociale ». La pomme de terre serait-elle alors un marqueur de mixité sociale ?

(1) Anses : Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail.

(2) Crédoc : Centre de recherche pour l'étude et l'observation des conditions de vie.

Voir intégralité de l'étude en fichier joint.

EtudeCNIPT.pdf (834.45 Ko)

Les plus lus

Quel que soit le scénario envisagé, tous les secteurs connaîtront une diminution de leur production oscillant entre 5 et 15%, l’élevage étant le secteur le plus durement touché, selon l'étude.
Agriculture en Europe : les prédictions funestes d’une étude cachée
L’étude du centre commun de recherche européen, sortie sans aucune promotion en plein été, fait couler de l’encre en cette…
Océane Future agricultrice : « Il y a beaucoup trop de préjugés sur les femmes en agriculture »
A 19 ans, Océane est agricultrice et active depuis déjà 5 ans sur les réseaux sociaux. Elle se destinait à ce métier depuis…
Stéphane Le Foll
Stéphane Le Foll : « le seul problème du monde agricole c'est de penser qu’il faut produire plus »
Ex-ministre de l’Agriculture et actuel maire du Mans, Stéphane Le Foll a annoncé se présenter à une primaire socialiste qu’il…
Macron et jeunes agriculteurs
Jeunes agriculteurs : Emmanuel Macron met Océane, 19 ans, à l’honneur
Le président de la République, en déplacement à la foire agricole des Terres de Jim, en a profité pour saluer le dynamisme des…
Capture d'écran video Facebook
Son champ sert de parking pour un rallye, coup de gueule d’un agriculteur
Julien Saillat, agriculteur en Haute-Savoie, a vu ses champs envahis ce week-end par des centaines de voitures à l’occasion du…
La secrétaire d’État à la Biodiversité veut stopper la croissance des dégâts de gibier
Bérangère Abba, la secrétaire d’État à la Biodiversité dit avoir l’intention de « mettre un coup d’arrêt » à la croissance des…
Publicité