Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

La pomme de terre de Neuilly-Plaisance fait sa « Belle » dans les assiettes de l’Elysée

© Mairie de Neuilly-Plaisance

L’histoire de la « Belle de Neuilly-Plaisance » n’est pas une histoire de princesse ni un conte de fées. C’est une belle aventure contemporaine, celle d’une pomme de terre issue du 93 qui voulait faire rayonner sa banlieue « à la table des dieux ».

Il s’appelle Guillaume Gomez. Sans attendre qu’un futur président le lui suggère, il a choisi  un métier dans la restauration. Après quelques années de formation, il est ainsi devenu chef cuisinier. Et lui, l’enfant du 93, officie aujourd’hui dans les cuisines du Palais de l’Elysée.

A Neuilly Plaisance, sa commune d’enfance, peuvent donc naître de grandes vocations. Et qui sait si, quelques années plus tard, d’autres idées n’auraient pas germé dans sa tête. A Neuilly-Plaisance, si on laisse de côté les clichés qui collent à la Seine-Saint-Denis, on peut s’intéresser à différentes activités, et notamment à la culture de la pomme de terre.

Depuis deux ans, à l’initiative de la municipalité, la « Belle de Neuilly Plaisance » est cultivée sur le plateau d’Avron. En 2018, les 1600 pieds ont produit deux tonnes de pommes de terre. Plantées le 26 mai, récoltées le 1er septembre, quelques kilos de ces patates pas comme les autres ont franchi les portes de l’Elysée le 20 septembre. Grâce au chef des fourneaux du 55 rue du Faubourg Saint-Honoré, les précieux tubercules vont faire leur entrée sur la plus grande table de la République. Une histoire de banlieue qui finit bien.

Voir aussi  « Les enfants de Neuilly sa terre tentent le buzz avec un jardin du 93 ».

Les plus lus

Nuisibles : l'athlète olympique tire sur les corbeaux pour aider les agriculteurs
Les JO 2020 de Tokyo sont reportés à 2021. Le vol pour le Japon n’aura pas lieu cet été. Alors en attendant, c’est dans la Manche…
Le Sommet de l’élevage maintenu en 2020, du 7 au 9 octobre
Amélioration en vue sur le front du Covid-19 et bonne nouvelle pour les éleveurs : le Sommet de l’élevage est maintenu en 2020.…
[Covid-19] Le confinement a donné envie aux Français d’élever leurs poules pondeuses
Le confinement a donné aux particuliers possédant un jardin d’élever leurs poules et de manger leurs œufs « maison ». Depuis le…
[Covid-19] « Comment bâtir un système alimentaire résilient ? » - Des étudiants de SupAgro Montpellier répondent dans une vidéo
Comment garantir notre capacité à assurer une alimentation adaptée à nos besoins, même quand surviennent des événements imprévus…
« L'élevage en danger » : les Safer veulent des parts sociales soumises à régulation du foncier
Relancer notre économie, s’inscrire dans la durabilité et la résilience, garantir notre souveraineté alimentaire. Les Sociétés d’…
[Coronavirus] – Notre top des masques improbables : le ridicule protège contre l’anxiété
Sur Internet, les sujets les plus graves ne connaissent pas de barrières. Depuis deux mois, les masques ont laissé libre cours à…
Publicité