Aller au contenu principal

La France peut adopter son nouvel arrêté encadrant le marché du CBD

Le délai obligatoire de statu quo laissé à Bruxelles sur la nouvelle réglementation française du cannabidiol (CBD) étant expiré, le projet d’arrêté français peut désormais être librement adopté par les autorités françaises. Le texte prévoit que les fleurs et les feuilles pourront être récoltées, importées ou utilisées pour la production industrielle d’extraits de chanvre mais ne pourront pas être vendues aux consommateurs dans leur forme brute.

Le projet d'arrêté français sur le CBD prévoit que les fleurs et les feuilles pourront être récoltées, importées ou utilisées pour la production industrielle d’extraits de chanvre.
© Erin_Hinterland / Pixabay

Le marché français du cannabidiol (CBD) est estimé à près de 700 millions d’euros dès 2022. C’est le chiffre avancé par l’Uivec, l’Union des industriels pour la valorisation des extraits de chanvre. Le 20 juillet 2021, la France a notifié à la Commission européenne son projet d’arrêté révisant le texte du 22 août 1990, qui limite la culture et l’exploitation du chanvre aux seules fibres et graines.

Lire aussi « Ouverture prochaine du marché français du cannabidiol et autres extraits de chanvre »

Pas d'avis circonstancié de Bruxelles

La Commission européenne avait trois mois, c’est-à-dire jusqu’au 21 octobre, pour vérifier la compatibilité du nouvel arrêté français avec le droit communautaire. Le délai de réflexion est désormais passé. Durant cette période, la Commission européenne et la Hongrie ont transmis des observations sur le projet d’arrêté mais la commission et les Etats membres n’ont pas émis d’avis circonstancié qui aurait pu faire modifier le projet d’arrêté. Le texte peut donc désormais être librement adopté par les autorités françaises.

Ce texte prévoit l’extension de l’autorisation de la culture, l’importation, l’exportation et l’utilisation industrielle et commerciale des variétés de chanvre autorisées à toutes les parties de la plante de chanvre. Cela signifie que les fleurs et les feuilles de chanvre pourront être récoltées, importées ou utilisées « pour la production industrielle d’extraits de chanvre, » note l’Uivec. En revanche, elles ne pourront « pas être vendues aux consommateurs dans leur forme brute, » précise l’union dans son communiqué du 22 octobre.

La France est le premier pays producteur de chanvre en Europe.

Lire aussi « Cannabidiol : le projet d’arrêté de la France contesté par une partie des professionnels »

 

Lire aussi « [Cannabidiol] Nouvelle pièce au dossier de la commercialisation du CBD en France »

Les plus lus

Ce qui va changer pour les agriculteurs à partir du 1er janvier 2022
Alors que la fin de l’année 2021 approche à grands pas, tour d’horizon des nouvelles dispositions sociales et nouveaux règlements…
Des néoruraux perdent face à un éleveur bio dans les Yvelines
L’éditrice Odile Jacob et d’autres habitant d’Adainville défendus par Corinne Lepage viennent de voir leur recours contre l’…
salon de l'agriculture
Le salon de l’agriculture 2022 se tiendra, les premières contraintes se dessinent
Gouvernement, organisateurs et agriculteurs ont affiché cette semaine leur forte volonté de voir se tenir le salon de l’…
feuille de cannabis
CBD : que dit l’arrêté du 30 décembre sur la récolte de fleur et de feuille de chanvre
Le gouvernement vient d’autoriser la culture des fleurs et des feuilles de chanvre en France mais avec de nombreuses conditions…
Salon de l'agriculture
« Il faut essayer de tenir le salon de l’agriculture 2022 coûte que coûte »
Réuni hier en conseil d’administration, le Ceneca reste sur sa position de maintenir le salon de l’agriculture 2022 aux dates…
Andréa Catherine : « Je veux montrer qu’une agricultrice sait faire autant qu’un homme »
A 23 ans, Andréa Catherine ne doute plus : elle sera agricultrice. Actuellement salariée dans une exploitation, elle a prévu de…
Publicité