Aller au contenu principal

La filière maïs déterminée à mieux se protéger contre les risques climatiques

  Il est encore trop tôt pour dresser un bilan, estime l’AGPM, mais le constat est sans appel : le maïs a été durement touché par la sécheresse de l’été. Pour les producteurs, cela démontre la nécessité absolue d’une meilleure protection contre les risques climatiques. Ils mettent en avant deux points prioritaires pour y parvenir : un dispositif assurantiel efficace et le développement du stockage de l’eau.

En maïs grain, la récolte 2022 est attendue à un niveau historiquement bas, inférieure à 11 millions de tonnes.
© Gabriel Omnès (archives Réussir)

En 2022, les maïs ont souffert du manque d’eau tout au long de leur cycle de production. Ils ont subi 3 vagues de chaleur successives qui ont affecté leur floraison. C’est ce qu’indique un communiqué de presse de l’AGPM (Association générale des producteurs de maïs) publié le 6 septembre. Toutes les régions françaises de production du maïs sont concernées. Le maïs fourrage est déjà en grande partie récolté. Il affiche des rendements localement inférieurs à 10 tonnes de matière sèche par hectare (MS/ha). Cette situation de déficit fourrager a entraîné des transferts de maïs grain vers le maïs fourrage. Selon l’AGPM, ces changements pourraient concerner 80 000 à 100 000 ha. En maïs grain, la récolte française est attendue à un niveau historiquement bas, inférieure à 11 millions de tonnes. Les maïs non irrigués sont fortement impactés tandis que les rendements du maïs irrigué restent préservés. Les maïs doux et les maïs semences sont également affectés. « Grace à la sélection variétale, » précise l’association des producteurs, le maïs parvient malgré tout à exprimer son potentiel dans de nombreuses situations.

Pour l’AGPM, cette année 2022 démontre « la nécessité absolue de mieux protéger les producteurs des risques climatiques ». Les experts prévoient une augmentation de la fréquence des aléas. C’est pourquoi « l’assurance récolte doit aboutir, » affirme l’association et « tenir son engagement en faveur de la résilience des exploitations ». Elle réclame l’application du Règlement européen de 2017 dit « Omnibus » qui prévoit le subventionnement à 70 % des cotisations d’assurance et une franchise de 20 % minimum de pertes par rapport au rendement historique. L’AGPM appelle à faire preuve d’ambition dans le domaine et note que « les hypothèses proposées par le ministère ne sont pas satisfaisantes et pourraient même dissuader les maïsiculteurs de s’assurer ! ».

Accélérer les projets de territoire

Autre point sur lequel insiste l’association des producteurs de maïs dans son communiqué : l’accès à l’eau. C’est la « première des assurances récolte » estime l’AGPM et cette campagne le démontre une nouvelle fois. Le Varenne de l’eau a été un temps de concertation mais il y a désormais « urgence à faire place à l’action ». Pour la filière, il faut accélérer les projets de territoires pour le stockage de l’eau. Il faut également une « sécurisation juridique » des organismes uniques de gestion collective (OUGC) et une « condamnation des actes destructeurs ». Le « développement de la réutilisation des eaux usées » est aussi une des pistes évoquées par les producteurs.

« La France doit combler son retard en matière d’utilisation de l’eau par rapport aux autres pays de l’UE et investir dans d’ambitieux projets pour faire face au défi posé à tous par le changement climatique, » insiste l’AGPM. Pour son président, Daniel Peyraube, « l’approvisionnement en maïs se tend au niveau mondial ». Il rappelle que « la France est le premier producteur dans une Union européenne très déficitaire en maïs ». Et de conclure : « la filière maïs est entièrement mobilisée et compte sur l’engagement de l’Etat pour soutenir pleinement la production et les conditions favorables à son déploiement ».

 

 

Les plus lus

Hugo Clément le 16 novembre sur France Inter.
Antibiotiques : comment Dr Toudou et des éleveurs répondent à Hugo Clément sur Twitter
A la suite de l’émission Sur le Front d’Hugo Clément sur l’usage des antibiotiques dans un élevage de lapin, plusieurs voix se…
biodiversité HVE
Certification HVE : tout savoir sur le nouveau cahier des charges
La refonte de la certification Haute valeur environnementale est officielle avec la publication de deux textes au journal…
niveau des nappes phréatiques au 1er novembre 2022
Niveaux des nappes phréatiques toujours bas : le BRGM appelle à limiter les prélèvements en eau
Les pluies du début d’automne n’ont pas compensé les déficits accumulés depuis le début de l’année : les nappes phréatiques…
Alexis Duval, président d'Intact.
Agriculture régénératrice : Alexis Duval lance Intact, start-up valorisant l’amidon de légumineuses
Soutenu par Axéréal, l’ex-président du directoire de Tereos, se lance dans la fabrication bas carbone d’ingrédients à base de…
Eleveur laitier proche de la retraite
La retraite des agriculteurs basée sur les 25 meilleures années à partir de 2026
L’Assemblée nationale a voté ce 1er décembre à l’unanimité un texte permettant de calculer la retraite de base des…
Ligne électrique au-dessus d'un champ
Risques de coupures d’électricité : comment les agriculteurs doivent s’y préparer
Le gouvernement demande aux préfets par une circulaire d’anticiper les risques de délestages électriques attendus pour janvier…
Publicité