Aller au contenu principal

Portail Réussir: le média dédié à l'agriculture, l'agroalimentaire et l'alimentation.

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Energie durable
La filière bois déchiqueté se met en place dans le Calvados

Dans le Calvados, la Cuma Ecovaloris participe au développement de la filière bois déchiqueté piloté le Conseil départemental et le réseau Cuma du Calvados.  Une démonstration était organisée le 19 juin pour informer et motiver les agriculteurs. Découverte du travail réalisé par la déchiqueteuse Biber 78.

Elle s’appelle Biber 78 et c’est une « petite usine roulante qui attrape puis déchiquète les branches posées au sol ». Une déchiqueteuse pour produire du bois déchiqueté qui appartient à la Cuma Ecovaloris, basée dans la Manche.

Ce 19 juin, la démonstration était organisée à Douville-en-Auge, dans le Calvados, département ou intervient également la Cuma et où elle ambitionne de développer la filière bois déchiqueté. La coopérative milite pour une gestion durable des haies : « si la coupe est raisonnée », affirme Nicolas Leviautre, responsable chauffeurs et parc matériel de la Cuma, « cela permet d'avoir une repousse rapide et saine ». La coupe a aussi un impact sur la qualité du bocage et assure, à long terme, la pérennité de son rendement, note l’Agriculteur normand.

Joël Destrés, chargé de mission développement et attractivité des équipements au Conseil départemental, pilote le projet et présente ses objectifs dans le journal départemental.

Chez Gilbert Houlet, présent à la journée, la chaudière chauffela maison, l’atelier de transformation  et l’eau chaude de l’exploitation.

« Le Département possède 258 bâtiments. L'objectif est d'équiper certains de ces bâtiments de chaudières à bois déchiqueté, développer la filière bois-énergie locale et réduire les achats d'énergies fossiles et fissiles, » explique-t-il.

« Un groupe de travail transversal et partenarial a présélectionné dix-huit bâtiments prioritaires énergivores et/ou dont les chaudières sont vétustes. Une étude de faisabilité technico-économique cofinancée par l'ADEME vient d'être lancée pour ces 18 bâtiments. » Et pour l’approvisionnement en bois des chaudières, « notre souhait est de valoriser essentiellement les haies privées. Le Département compte également 600 km de haies le long des routes et des voies vertes, elles viendront en complément, » précise-t-il.

Les plus lus

Vignette
Nagui et L214 découvrent les vaches à hublot : le monde agricole réagit
L214 a publié une vidéo de vaches équipées de canules. Les images ont été tournées dans un centre de recherches privées de…
Vignette
Derrière un stagiaire en élevage peut se cacher un militant de la cause animaliste
Un maître de stage averti en vaut deux. Attention aux stagiaires d’activistes animalistes qui peuvent proposer leurs services…
Vignette
Le mystère des cercles dans les céréales élucidé
Retour sur l’histoire insolite du crop circle à Saint-Hippolyte en Alsace. Les auteurs de cette belle figure géométrique étaient…
Sodiaal attend " du mieux " en 2019
Lait
Le plan d’économies et les efforts déployés pour créer de la valeur ajoutée devraient commencer à porter leurs fruits en 2019.
Vignette
Cédric Villani craint un accaparement de la data agricole par les Gafa
A l’occasion du LFDay organisée par la Ferme digitale à Paris le 7 juin 2019, Cédric Villani, mathématicien et député de l’…
Vignette
Les vaches à hublot alimentent les discours sur la cause animale et font monter la polémique sur le financement de L214
Sébastien Arsac, co-fondateur de l’Association L214. Jean-Baptiste Moreau, agriculteur et député LREM de la Creuse. Tous deux ont…
Publicité