Aller au contenu principal

Portail Réussir: le média dédié à l'agriculture, l'agroalimentaire et l'alimentation.

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Relancée en Auvergne depuis 30 ans
Castanéiculteur : la châtaigne peut être une vraie source de revenu dans le Cantal

Vigier et fils. Sur les traces de son père Jean-Pierre, Jérémie a décidé de miser sur la culture de la châtaigne. Passionné et déterminé, il est en phase de tests pour passer à la vitesse supérieure. Récit dans l'Union du Cantal.

© Maison de la châtaigne de Mourjou à Puycapel

Comment appelle-t-on un producteur de châtaignes ? Réponse dans l’Union du Cantal : un castanéiculteur. Dans un article daté du 5 février, le journal auvergnat s’intéresse au parcours de Jérémie Vigier, agriculteur installé à Maurs dans le Cantal depuis 2014. Jérémie est le fils de Jean-Pierre, « un des pionniers à croire au renouveau de la châtaigne et du châtaignier dans le Cantal », raconte le journal. A la fin des années 80 et le début des années 90, épaulé par des conseillers agricoles,il a planté des arbres greffés, explique l’Union du Cantal. Et aujourd’hui, son fils « est convaincu que la production de châtaignes mérite de passer à une vitesse supérieure ». Son objectif est de diminuer son troupeau bovin mixte. Il pense ne garder que quelques vaches allaitantes « pour se recentrer sur le lait… et la châtaigne », précise le journal. « Pour moi, plus question de vivoter de la châtaigne. C’est une production à part entière qui prend du temps et mérite une rémunération pour les heures qu’on y passe », témoigne l’agriculteur.

Jérémie est adhérent de l’association des Castanhaïres bio. Avant de se lancer, il compte tester la faisabilité de son projet dans des tests grandeur nature. Pour assurer ses revenus, il a choisi de se lancer dans la transformation. Châtaignes pré-cuites sous vide, crème de marrons et farine de châtaigne doivent compléter les ventes saisonnières en frais ou grillées.

Pour le moment, il travaille avec un atelier en Haute-Vienne « mais la création à terme d’un atelier pour cuire les châtaignes à la ferme risque de s’avérer incontournable pour capter la plus-value », note l’Union du Cantal.

 

 « La châtaigne pour tremplin à l’installation » - L’intégralité de l’article écrit par Renaud Saint-André est en ligne sur le site de l’Union du Cantal.

Les plus lus

Objectif HVE et moins de plastique pour Fruidor Terroirs
Fruits et légumes
À l’occasion de Fruit Logistica, Fruidor Terroirs a fait le point pour FLD sur les tendances fortes en cours de développement.…
VOG renforce ses engagements verts
Fruits et légumes
Emballages, électricité photovoltaïque, bio… Le consortium italien veut verdir au maximum ses pommes.
Lancement de « Né d’une seule ferme » au Sia
Les Marchés

Lors du salon de l’agriculture sera lancé « Né d’une seule ferme », une démarche d’ambition nationale, qui propose des…

Agneaux : baisse saisonnière des prix moins marquée
Les Marchés

Le cours de l’agneau français poursuit sa baisse saisonnière liée aux sorties d’agneaux issus des bassins laitiers mais…

Poireau : suivre des règles de décision pour lutter contre le thrips
Fruits et légumes
Si le thrips du poireau est présent dans tous les bassins de production de poireau, ce n’est pas en intervenant systématiquement…
Pink Lady s’engage sur dix ans (au moins)
Fruits et légumes
Certifications agroécologiques et emballages zéro plastique font notamment partie des engagements concrets de la charte Pink Lady.
Publicité