Aller au contenu principal

Communication positive
La bonne image de l’agriculture bretonne

L’association Agriculteurs de Bretagne a rendu public en mai les résultats de sa dernière étude d’image auprès des Bretons. Ils la considèrent globalement comme une agriculture de qualité, tout en réclamant qu’elle soit plus vertueuse et plus rémunératrice.

orte ouverte chez Eric et Guénaëlle Sassower à Saint-Divy (Finistère)
© Agriculteurs de Bretagne

Fondée en 2012 pour mieux faire connaître l’agriculture aux Bretons, l’association Agriculteurs de Bretagne a construit ses actions de communication en fonction des résultats d’enquêtes d’opinion. Les résultats de la dernière en date ont été présentés au public, mardi 17 mai à Pontivy (Morbihan). Comme pour la précédente enquête réalisée en 2020, les 600 personnes interrogées fin mars 2022 dans les cinq départements de la Bretagne historique « ont une image positive et qualitative de l’agriculture bretonne ». Ils considèrent les agriculteurs comme « des passionnés attachés à leurs animaux et leurs terres », mais subissant des « conditions de travail difficiles » avec un niveau de « rémunération insuffisant ».

Pour cette nouvelle enquête, la cinquième depuis la création d’Agriculteurs de Bretagne - les précédentes ont été conduites en 2012, 2014, 2019 et 2020, l’association s’est rapprochée de Produit en Bretagne (470 entreprises adhérentes au total, principalement dans l’agroalimentaire). Au travers d’une commission commune, Agriculture et Société, elles ont questionné les Bretons sur leur perception de l’agriculture et de l’alimentation.

Nouvelle présidente de l'association Agriculteurs de Bretagne, Dominique Gautier est éleveuse porcin à Trévérec (Côtes d’Armor)
© Agriculteurs de Bretagne

Confiance dans l’agriculture

L’enquête s’est déroulée en deux phases. La première a réuni 140 personnes lors de dix rencontres, entre décembre 2021 et mars 2022. Ce public de jeunes et d’adultes avait parfois des avis négatifs envers l’agroalimentaire et la grande distribution, ainsi que les médias pointés du doigt pour l’image « exagérément négative » qu’ils donnent de l’agriculture et de l’alimentation. Dans sa seconde phase, un sondage dit quantitatif avec 30 questions à choix multiples a été adressé à 600 Bretons de plus de 18 ans résidant en milieu rural et urbain. Les mots qu’ils citent spontanément quand ils évoquent l’agriculture est, dans l’ordre, « qualité », « local », « bio » et « naturel ». Ce qui traduit bien « la confiance qu’ont les Bretons dans les agriculteurs » souligne la présidente d’Agriculteurs de Bretagne Dominique Gautier, éleveuse de porcs dans les Côtes d’Armor (lire encadré). Et ce malgré les critiques que ses 26 000 exploitations agricoles (35 600 chefs d’exploitation et 30 800 salariés équivalent temps plein) subissent régulièrement. Les sondés voient l’agriculture de leur région composée de fermes de taille familiale, majoritairement orientées élevage (55 % des réponses) et polyculture-élevage (43 %). Ils n’ont pas idée, en revanche, de la taille d’un élevage de porcs. Huit sondés sur dix pensent qu’il abrite moins de 300 porcs alors que sa taille moyenne est plutôt de 1 820 porcs, dit l’étude.

Chez Gwendal Danse à Clohars-Carnoët (Finistère)
© Agriculteurs de Bretagne

Rémunération et prix sont incontournables

Les sondés ont parfaitement conscience, en revanche, de la puissance de l’agriculture bretonne, « qui doit nourrir toute la France » (72,5 % des réponses). Pour le futur, les sondés attendent de l’agriculture, dans l’ordre, qu’elle « rémunère correctement », qu’elle « respecte l’environnement », qu’elle « traite bien les animaux ». Le sans pesticides arrive en quatrième position, suivi des assertions selon lesquelles l’agriculture doit, demain, produire « moins mais mieux », avec des produits vendus « directement à la ferme ». Par contre, le bio n’arrive qu’en septième position. Sur la partie alimentation de l’étude, au-delà du fait que les consommateurs cherchent avant tout « la santé », « le goût » et « le plaisir » et qu’ils affichent leur confiance dans l’agroalimentaire de leur région, le prix reste le déterminant principal dans leur acte d’achat. Toute transformation de l’agriculture ne pourra donc se faire que dans le cadre d’un prix acceptable.

 

Agriculteurs de Bretagne, une association présente du plus petit aux plus grands évènements
Dans ses actions de communication, Agriculteurs de Bretagne met en œuvre un plan stratégique. « L’idée, c’est d’instaurer un dialogue en circuit court, c’est-à-dire en rencontrant les gens où qu’ils soient, pour leur expliquer ce qu’est l’agriculture », détaille Dominique Gautier, sa présidente. De son point de vue, cette stratégie permet « de montrer que les agriculteurs s’adaptent en permanence ». Cette prise de parole diffusée sur de multiples canaux de diffusion, y compris les réseaux sociaux (Facebook, Instagram, Tweeter) « rééquilibre le dialogue et fait entendre les agriculteurs » face à leurs détracteurs. Désormais, la machine de communication d’Agriculteurs de Bretagne est bien huilée. L’association organise chaque année l’évènement Tous à la ferme, 19 fermes ont ouvert leurs portes le 19 juin dernier. Elle réalise aussi une tournée d’été sur les marchés de Bretagne (25 cette année) et participe à différents grands rassemblements : festival des Vieilles Charrues, départ de la Route du Rhum, etc. Sans oublier sa présence (sur un panneau) aux entrées de 260 communes bretonnes solidaires. Agriculteurs de Bretagne a en projet des interventions dans les écoles primaires « pour que les jeunes entrant en collège aient au moins une fois rencontré un agriculteur », poursuit Dominique Gautier. L’opération va faire l’objet d’un test cette année. Autre projet en lien avec Produit en Bretagne, proposer à des collégiens une visite de ferme laitière couplée à un rendez-vous dans une laiterie et un magasin de grande distribution.   

 

Une présidente dans le cochon
Dominique Gautier a succédé en avril à Danièle Even qui fut présidente de l’association pendant huit ans. L’agricultrice de 56 ans est installée en élevage de porcs (600 truies) sur 230 hectares à Trévérec (Côtes d’Armor). Les cultures se répartissent entre l’alimentation donnée aux animaux (fabrication d’aliments à la ferme simplifiée) et des cultures de vente. C’est une petite entreprise familiale avec un associé dans le GAEC, le mari de Dominique, et six salariés. Leur fille de 28 ans devrait prochainement les rejoindre dans la structure.

Les plus lus

Le meilleur de l'humour des agriculteurs sur les réseaux sociaux
L'humour agricole est une vieille tradition qui a trouvé sa place sur les réseaux sociaux. Autodérision, humour vache, absurde,…
Sophie Renaud, Miss France agricole 2021 : « On voit qu’il y a des femmes en agriculture grâce à Instagram »
Sophie Renaud s’est installée sur la ferme familiale en 2016. Elle communique beaucoup pour défendre son métier et la place des…
Preview image for the video "😱 18 BATTEUSES DANS 1 PARCELLE - Dernières moissons à l'ETA GABARD".
18 batteuses dans une parcelle, qui est derrière la vidéo qui fait le buzz ?
Mise en ligne vendredi 29 juillet sur Youtube, la vidéo cumule les vues. Elle est signée Honoré Sarrazin, jeune vidéaste et futur…
L’agriculture bio tire le marché des produits phytos vers le haut
Les ventes de produits phytopharmaceutiques aux distributeurs pour l’année 2021 ont augmenté. C'est l'agriculture bio qui a…
Benoît Le Baube de la ferme de Cagnolle répond à la vidéo du Parisien sur le maraîcher de Marcoussis Marc Mascetti.
[Video] Faire pousser des légumes sans eau ? La ferme de Cagnolle répond au maraîcher de Marcoussis
Alors que la France traverse une sécheresse historique, une vidéo du Parisien sur Marc Mascetti, maraîcher à Marcoussis,…
Production de fourrages : quel sera l’impact du changement climatique en 2070 ?
Le changement climatique s’accélère et l’agriculture est directement impactée. Quid des années futures avec le réchauffement…
Publicité