Aller au contenu principal

Karine Le Marchand, marraine d'une consultation publique sur l'agriculture

imPACtons a été lancé le 23 février au Salon de l'agriculture. Il s'agit d'un débat organisé par la Commission nationale du débat public (CNDP). Les Français ont jusqu'au 31 mai pour donner leur avis sur la Politique agricole commune et l'agriculture en général.

© France 5 / YouTube

Karine Le Marchand, animatrice connue pour son émission « Le bonheur est dans le pré », était ce dimanche 23 février sur le plateau de C Politique, en compagnie du sociologue Jean Viard, à l’occasion du lancement du grand débat national sur l’agriculture dont elle a accepté d’être la marraine.  

imPACtons, c’est son nom, se veut être un « débat transparent qui repose sur les principes d’indépendance et de neutralité de la Commission nationale du débat public (CNDP) à l’origine de cette initiative.

La consultation a été lancée le 23 février au Salon de l’agriculture par Chantal Jouanno, présidente de la CNDP et Ilaria Casillo, présidente du débat, en présence de Didier Guillaume, ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation ainsi que de Karine Le Marchand.  Le débat va se poursuivre jusqu’au 31 mai, sur tout le territoire métropolitain et outremer.

La nouvelle Politique agricole commune (PAC) est en cours de négociation pour la période 2021-2027 et, pour la première fois, la Commission européenne a demandé à chaque Etat membre d’élaborer un Plan stratégique national. C’est ainsi qu’en octobre 2019, la CNDP a décidé d’activer une procédure de débat public pour permettre la participation la plus large possible, des acteurs concernés comme de l’ensemble de la société.

Quels modèles agricoles pour la société française ? Quelle transition agroécologique ? Qu’est-ce que je mange ? Comment cohabiter dans les campagnes ? Qui décide de la politique agricole ? Telles sont les cinq questions qui sont posées pour faire contribuer toute la population française à l’avenir de son agriculture. La plateforme « je participe » est accessible depuis le site impactons.debatpublic.fr

Lire aussi dans l'Action agricole picarde : « L'agriculture croquée par la démocratie participative »

Du 27 au 29 mars, 140 personnes venant de toutes les régions de France seront tirées au sort et réunies pour s’exprimer sur les objectifs de la PAC et les hiérarchiser.

Plus de 30 débats publics ouverts à tous dans les régions vont par ailleurs être organisés par la Commission.

Enfin, un kit « j’organise mon débat » téléchargeable depuis le site permettra à chacun d’organiser un débat de façon autonome.

Fin juillet, la Commission remettra au ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation un compte

rendu intégrant toutes les contributions. Fin octobre, le gouvernement communiquera sur sa décision de suivre ou non l’avis des citoyens et la manière dont il procédera.

Sur le plateau de France 5, le 23 février, Karine Le Marchand a expliqué pourquoi elle avait accepté d’être le porte-voix de l’opération. « J’ai trouvé ça formidable que pour la première fois, en France et en Europe, on puisse appeler tous les citoyens à se prononcer », affirmait-elle sur le plateau de télévision. « Que ce soit des gens qui sont de la partie comme les agriculteurs, les syndicalistes, les industriels, mais surtout tous les Français qui sont des consommateurs et qui ont des choses à dire ». Il reste un peu plus de trois mois pour le dire. imPACtons !

 

Lire aussi sur Réussir Fruits & Légumes [Salon de l'agriculture] Consultation publique sur l'agriculture et les fonds européens

 

Les plus lus

Quel que soit le scénario envisagé, tous les secteurs connaîtront une diminution de leur production oscillant entre 5 et 15%, l’élevage étant le secteur le plus durement touché, selon l'étude.
Agriculture en Europe : les prédictions funestes d’une étude cachée
L’étude du centre commun de recherche européen, sortie sans aucune promotion en plein été, fait couler de l’encre en cette…
Océane Future agricultrice : « Il y a beaucoup trop de préjugés sur les femmes en agriculture »
A 19 ans, Océane est agricultrice et active depuis déjà 5 ans sur les réseaux sociaux. Elle se destinait à ce métier depuis…
Stéphane Le Foll
Stéphane Le Foll : « le seul problème du monde agricole c'est de penser qu’il faut produire plus »
Ex-ministre de l’Agriculture et actuel maire du Mans, Stéphane Le Foll a annoncé se présenter à une primaire socialiste qu’il…
Macron et jeunes agriculteurs
Jeunes agriculteurs : Emmanuel Macron met Océane, 19 ans, à l’honneur
Le président de la République, en déplacement à la foire agricole des Terres de Jim, en a profité pour saluer le dynamisme des…
Capture d'écran video Facebook
Son champ sert de parking pour un rallye, coup de gueule d’un agriculteur
Julien Saillat, agriculteur en Haute-Savoie, a vu ses champs envahis ce week-end par des centaines de voitures à l’occasion du…
La secrétaire d’État à la Biodiversité veut stopper la croissance des dégâts de gibier
Bérangère Abba, la secrétaire d’État à la Biodiversité dit avoir l’intention de « mettre un coup d’arrêt » à la croissance des…
Publicité