Aller au contenu principal

Grignon : Julien Denormandie s’exprime pour la première fois sur la vente du domaine

Quelques heures avant la nouvelle manifestation contre le projet de vente du domaine de Grignon au promoteur Altarea, le ministre de l’Agriculture a pris la parole pour la première fois sur le sujet le 28 septembre lors d’un évènement organisé par l’Afja.

"C’est une honte de vendre Grignon !" A cette exclamation, entendue depuis quelques semaines et notamment lors d’une manifestation devant le domaine où étudient aujourd’hui une partie des étudiants d’AgroParisTech le 11 septembre dernier, Julien Denormandie a pour la première fois réagi mardi 28 septembre. Il s'exprimait à l’occasion de la remise des prix de l’Afja (association des journalistes de l’agriculture et de l’alimentation) devant des journalistes agricoles et les membres de l'association présents à l'évènement. Il a répondu à une question posée par Hervé Lecesne, coprésident de l’association Grignon 2000 à l’initiative de l’offre Grignon 2026 concurrente à Altarea.

Lire : « La vente de Grignon n’est plus nécessaire à l’Etat »

« La décision a été prise de créer un pôle d’excellence à Saclay en 2008 pris sous le gouvernement de Nicolas Sarkozy et jamais remise en cause par François Hollande » a tout d’abord tenu à rappeler le ministre de l’Agriculture. Et « l’Etat ne vend pas pour se faire plaisir », a-t-il poursuivi soulignant par ailleurs que l’on ne peut pas accuser l’Etat d’y faire construire des logements. « L’Etat ne délivre pas les permis de construire, c’est la communauté locale », a-t-il précisé.

« J’ai entendu beaucoup dire qu’il faudra que l’Etat rachète. Mais à la fin des fins, ce qui est important c’est le projet pour les étudiants, le respect d’un processus avec la protection du patrimoine, de la forêt, de la ferme », a-t-il encore argumenté, ajoutant avoir confié une mission à Gilles Trystram, directeur général d’AgroParisTech pour améliorer le projet, une fois le processus de cession finalisé. « Qu’aurait-on dit si je l’avais fait avant », a-t-il lancé !

Lire aussi : AgroParisTech : vente choc du domaine de Grignon au promoteur immobilier Altarea

Cette déclaration est intervenue quelques heures avant la manifestation organisée par l’association Grignon 2000 qui se tient depuis 14h devant la DGER place Denys Cochin à Paris dans le 7e, les organisateurs n’ayant pas eu l’autorisation de manifester devant le ministère de l’Agriculture rue de Varenne.

Le mot d’ordre du mouvement : « Altarea à Grignon : c’est non ! ». Une manifestation à laquelle participent de nombreux élus et politiques dont Jean-Luc Mélenchon.

Les plus lus

Jeune et agriculture
Les jeunes ont une opinion bien tranchée sur l’agriculture
Les 18-35 ans ont une image moins positive de l’agriculture que l’ensemble de la population française et attendent qu’elle joue…
Sanglier ville capture écran reportage TV
Quand les sangliers arrivent en ville, Christiane Lambert pointe « la protection des espèces »
A Rome, les sangliers se promènent dans les rues la nuit et se nourrissent des détritus des poubelles. Un phénomène lié à une « …
100 euros
L’indemnité inflation de 100 euros pour les agriculteurs en cinq questions-réponses
Qui va bénéficier de l’indemnité inflation de 100 euros annoncée par le gouvernement ? Comment ? Quand et par qui sera-t-elle…
Xavier Niel nomme un « Paysan-directeur » à la tête de la ferme d’Hectar
Christophe Naudin, 39 ans, devra gérer la ferme pilote de 250 hectares en polyculture de céréales et élevage bovin en « …
L’Aspa : une allocation pour ceux qui disposent de peu de ressources pour leur retraite
L’Aspa, l’Allocation de solidarité aux personnes âgées est prévue pour permettre aux personnes disposant d’une faible retraite de…
Betteraves
Cristal Union recherche 7000 hectares de betteraves pour saturer ses usines
Le groupe coopératif sucrier cherche des surfaces supplémentaires pour améliorer le fonctionnement de ses usines de Sainte-Emilie…
Publicité