Aller au contenu principal

Julien Denormandie esquisse les orientations d’un éventuel second mandat

A l'occasion d'une audition par les députés de la commission des affaires économiques le 18 janvier, le ministre de l'Agriculture Julien Denormandie a esquissé ses orientations politiques dans l’hypothèse d’une reconduction à son poste à l'issue de l’élection présidentielle.

La veille de son audition devant les députés de la commission des affaires économiques, Julien Denormandie a présidé le premier Conseil « Agriculture et Pêche » de la Présidence française du Conseil de l’Union européenne.
© compte Twitter J_Denormandie

Après avoir présidé à Bruxelles le premier Conseil « Agriculture et Pêche » de la Présidence française du Conseil de l’Union européenne le 17 janvier, Julien Denormandie a été auditionné, le 18 janvier à l’Assemblée nationale, par les députés de la commission des affaires économiques. Le ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation était interrogé sur le bilan de son mandat.

 

A cette occasion, le député LREM Jean-Baptiste Moreau a demandé au ministre de l’Agriculture quelles seraient ses orientations politiques dans l’hypothèse d’une reconduction à son poste au sein du gouvernement à l'issue de la présidentielle. Julien Denormandie a évoqué les « sujets très importants » pour lesquels il poursuivrait le travail engagé.

  • « Un : la rémunération, la mère des batailles »
  • « Deux : la troisième révolution agricole »
  • Trois : défendre la « valeur » de l'alimentation, notamment « nutritionnelle ». Le ministre plaide pour un travail sur l'éducation à l'alimentation. « L’alimentation a une valeur » affirme le ministre. Dans le débat sociétal, cela doit « s’imposer comme une force de l’évidence » dès le « plus jeune âge ».

 

Lors de cette audition, Julien Denormandie s'est par ailleurs dit favorable - sans préciser d'échéance, à une nouvelle loi foncière, qui nécessitera « une sacrée consultation ». Il souhaite également la mise en place du chèque alimentaire. Un dossier qu’il juge pertinent malgré le retard pris dans sa mise en œuvre.   

 

 

Les plus lus

Nicolas Meyrieux, youtubeur et comédien.
Ce célèbre youtubeur a radicalement changé sa vision de l’agriculture
« Je ne pense pas qu’on puisse vivre de la permaculture », c’est le constat de Nicolas Meyrieux, comédien, auteur de vidéos et de…
Vaches en France
La fin des aides Pac pour l’élevage demandée par une initiative citoyenne européenne
Bruxelles vient d’enregistrer une initiative citoyenne européenne qui demande l’arrêt des subventions pour l’élevage et réclame…
Les agriculteurs ukrainiens tentent de semer dans des champs minés
Héros de la deuxième ligne, les agriculteurs ukrainiens participent à l’effort de guerre en continuant coûte que coûte à…
Remise des diplômes 2022 d'AgroParisTech
[Vidéo] AgroParisTech : de jeunes diplômés appellent leurs camarades agronomes à déserter
La cérémonie des remises de diplômes d’ingénieurs agronomes 2022 de la grande école parisienne AgroParisTech a été marquée par le…
exploitation agricole du sud de la France
Perte de 6 millions d’exploitations agricoles d’ici à 2040 : quel pays résistera le mieux en Europe ?
Le nombre de fermes dans l’Union européenne devrait passer de 10 à 3,9 millions entre 2016 et 2040 selon une étude européenne. Un…
Discours de 8 jeunes diplômés lors de la remise des diplômes 2022 d'AgroParisTech
Découvrez la réaction d'AgroParisTech au discours choc de 8 étudiants
L’école d’ingénieur en agronomie répond dans un communiqué au buzz créé par la vidéo du discours radical de huit de ses jeunes…
Publicité