Aller au contenu principal

[Interview] Marco l’Agricoolteur : l’agriculteur français le plus suivi sur TikTok

A 25 ans, Marc-Antoine Dumoulin est devenu l’agriculteur français le plus en vue sur TikTok. Présent sur le réseau social depuis moins d’un an, il est suivi aujourd’hui par 200 000 abonnés et ses vidéos font plus d’un million de vue. En 6 mois, il est passé de simple spectateur à véritable influenceur. Le secret du succès de Marco l’Agricoolteur ? Suivre son intuition et rester lui-même.

Il a 25 ans et a débarqué sur la planète TikTok il y a un peu plus de 6 mois. C’est une amie qui lui en avait parlé et il y était depuis quelques temps mais en tant que spectateur. « J’aime pas trop m’afficher, de base », dit Marc-Antoine Dumoulin, pourtant désormais bien en vue sur le réseau social. Marco l’Agricoolteur s’est lancé à petit pas, en tournant ses premières vidéos sans se montrer, puis des vidéos derrière les lunettes de son personnage. Au fur et à mesure « j’ai vaincu ma timidité, » explique le jeune agriculteur. Et le résultat est étonnant. Aujourd’hui, le betteravier de La Neuville-Bosmont dans l’Aisne rassemble plus de 200 000 abonnés. C’est le premier représentant de sa profession sur TikTok. Son secret ? Il l’a livré à Virginie Menvielle du journal La Thiérache dans une vidéo diffusée sur YouTube. Mais est-ce uniquement une question de look ? Nous avons voulu en savoir un peu plus. La star de TikTok a répondu à nos questions pour nous parler de son ascension rapide sur le chemin des influenceurs.

Pourquoi êtes-vous sur les réseaux sociaux ?

Marc-Antoine Dumoulin - « Pour défendre mon métier. Les gens sont bloqués sur certaines idées, ils pensent qu’on cultive encore comme nos grands-parents. Je veux montrer qu’on n’est pas ringards et répondre aux questions, sans tabou. Je suis réellement agriculteur, installé sur la ferme de mes parents en grandes cultures. J’ai fait des stages en élevage bovin, en élevage ovin. J’ai fait le tour de tout et je peux parler de mon expérience dans sa globalité. Je peux aussi répondre aux demandes de conseil. »

Je veux montrer qu'on n'est pas ringards

Pourquoi avoir choisi TikTok ?

M.-A. D. – « C’est le réseau social du moment et comme je suis assez déconneur dans la vie, c’est l’application qui me va le mieux. Sur Facebook, on ne peut pas faire la même chose. Il y a peu d’agriculteurs sur TikTok, seulement 10 à 15 comptes importants. On fait des " live " ensemble et je suis un peu le porte-parole des agriculteurs. »

La vidéo avec la balançoire fait 2 millions de vues

Le post dont vous êtes le plus fier ?

M.-A. D. – « C’est un tout. Je suis fier de l’ensemble de ce que je poste. J’essaie de divertir en poussant des petits coups gueule quelquefois, en restant toujours respectueux. Si je dois choisir une vidéo, c’est peut-être celle avec la balançoire, avec une reprise de chanson. Elle fait 2 millions de vues. »

 

 

 

Votre meilleure audience ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

M.-A. D. – « Ca aussi, c’est un tout. Je fais parfois 100 000 à 500 000 vues par jour. Et il peut m’arriver de gagner 10 000 abonnés par jour. J’ai un public d’agriculteurs et de non-agriculteurs. Je n’arrive plus à faire la différence. »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un buzz que vous n’avez pas aimé ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

M.-A. D. – « C’est très rare que les réactions soient négatives. En général, ça se passe bien. Je partage mon métier mais il y a très peu de gens qui " cassent ". Mon compte, c’est un peu la joie de vivre, il y a très peu de personnes qui critiquent. »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un post que vous regrettez ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

M.-A. D. – « Pas du tout. Si je l’ai posté, c’est que j’ai pris du plaisir à le faire. Et je n’ai aucun regret. »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le post qui vous a le plus amusé ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

M.-A. D. – « C’est encore la vidéo avec la balançoire. Ce n’est pas habituel. Elle est juste décalée. Il n’y a pas spécialement de message. »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un post qui vous a marqué ou énervé ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

M.-A. D. – « Il n’y en pas vraiment. On fait tous la même chose et on est là-dessus pour se divertir. Et l’algorithme vous propose du contenu qui est censé vous plaire. Il vous ramène sur des contenus qui ressemblent à ce que vous regardez. Ce n’est pas comme sur Twitter ou Facebook où il y a des choses qui sont mal dites. Le truc qui m’énerve, c’est un contenu mauvais pour le public qui regarde, un contenu pour adulte vu par des enfants par exemple… »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Votre modèle sur les réseaux sociaux, un exemple que vous suivez ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

M.-A. D. – « Non, je n’en ai pas vraiment. Sur TikTok, je reste moi-même. Je suis comme je suis dans la vie. C’est mon inspiration que je suis. Il n’y a pas de filtre. »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quel a été votre déclic pour vous lancer ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

M.-A. D. – « Le déclic, c’est quand j’ai installé l’appli. J’ai fait une première vidéo toute banale. Ca a plu. Au fur et à mesure, je me suis montré et j’ai eu de plus en plus d’abonnements. Aujourd’hui, je suis devenu influenceur sur les réseaux et je suis contacté par les agences. J’ai par exemple été repéré par Youzful, la plateforme de l’orientation et de l’emploi du Crédit agricole. J’ai fait une vidéo pour eux en réalisant ce qui était demandé et en l’intégrant dans une mise en scène. Ce genre de prestation ne me pose pas de problème si ça reste dans mon optique de vie. Si ça me ressemble et ça m’intéresse, je le fais. Aider les jeunes ça me convient. »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je suis devenu influenceur sur les réseaux et je suis contacté par les agences

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Combien de temps passez-vous par jour sur les réseaux sociaux ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

M.-A. D. – « Entre 10 et 15 minutes par jour pour faire une vidéo. Je réfléchis à l’idée la veille pour le lendemain. Je brasse les idées dans ma tête et j’imagine la mise en scène. Le soir, je lis 100 % de mes commentaires. Je surveille tout ça et je regarde aussi ce qui circule. J’y passe environ une heure mais vous pouvez passer la soirée sur TikTok, en simple spectateur. On ne s’en rend pas compte mais on peut y passer du temps. »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quels conseils donneriez-vous à un agriculteur qui veut se lancer sur TikTok ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

M.-A. D. – « Rester soi-même, c’est ce qui paye le mieux. Faire comme les autres, ça ne marche pas. Copier, c’est pas terrible. Ce que je conseille, c’est de trouver de la diversité, des nouvelles choses, originales, pour créer des bons contenus, amusants et pas ennuyeux. »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lire aussi : Ils expliquent leur métier d'agriculteur sur les réseaux sociaux

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les plus lus

Hugo Clément le 16 novembre sur France Inter.
Antibiotiques : comment Dr Toudou et des éleveurs répondent à Hugo Clément sur Twitter
A la suite de l’émission Sur le Front d’Hugo Clément sur l’usage des antibiotiques dans un élevage de lapin, plusieurs voix se…
niveau des nappes phréatiques au 1er novembre 2022
Niveaux des nappes phréatiques toujours bas : le BRGM appelle à limiter les prélèvements en eau
Les pluies du début d’automne n’ont pas compensé les déficits accumulés depuis le début de l’année : les nappes phréatiques…
biodiversité HVE
Certification HVE : tout savoir sur le nouveau cahier des charges
La refonte de la certification Haute valeur environnementale est officielle avec la publication de deux textes au journal…
Alexis Duval, président d'Intact.
Agriculture régénératrice : Alexis Duval lance Intact, start-up valorisant l’amidon de légumineuses
Soutenu par Axéréal, l’ex-président du directoire de Tereos, se lance dans la fabrication bas carbone d’ingrédients à base de…
Eleveur laitier proche de la retraite
La retraite des agriculteurs basée sur les 25 meilleures années à partir de 2026
L’Assemblée nationale a voté ce 1er décembre à l’unanimité un texte permettant de calculer la retraite de base des…
Alexis Le Rossignol, dans la campagne
Alexis Le Rossignol, humoriste France Inter inspiré du bon sens paysan
Auteur d’une chronique humoristique chaque semaine sur France Inter, Alexis Le Rossignol aime à parler du monde rural et nous…
Publicité