Aller au contenu principal

Intégrer la construction de retenues d’eau par les agriculteurs dans une réflexion sur le partage des réserves

Pour les agriculteurs, la gestion de l’eau est un enjeu majeur pour sécuriser les productions. Le réchauffement climatique pose cependant la question du partage de l’eau. La création de retenues d’eau doit tenir compte de ces changements et aller de pair avec une évolution des pratiques agricoles. Faire des réserves n’empêche pas d’améliorer les pratiques d’irrigation et de s’interroger sur les modèles agricoles à privilégier.

© mark notari / flickr

Pour le BRGM, le service géologique national, le niveau des nappes phréatiques en sortie d’hiver est satisfaisant dans la majorité des régions, à l’exception de quelques bassins pour lesquels les apports pluviométriques des mois d’hiver ont été insuffisants pour combler les déficits des recharges. Ce constat dressé début avril faisait suite à un mois de mars très sec, avec un déficit de précipitations de 50 % au niveau national.

Lire « Nappes phréatiques : un niveau à surveiller dans le couloir du Rhône et dans le Haut-Rhin ».

S’il se prolonge, ce déficit de précipitations peut être très préjudiciable à l’agriculture. Pourtant, les stress hydriques printaniers et estivaux semblent s’accroître. L’évaporation « augmente sous l’effet de la hausse des températures moyennes en lien avec le changement climatique, » observe Réussir Grandes Cultures, tandis que les pluies « se font rares au printemps et à l’été ». Conséquence : « l’alimentation en eau devient de plus en plus critique pour les cultures, » note Gabriel Omnès dans son article.

Lire « Irrigation : le stockage de l’eau, toujours l’objet de réserves ».

Les périodes de sécheresse sont synonymes d’arrêtés contraignants pour l’irrigation. Pour cette raison, les agriculteurs voudraient pouvoir multiplier les retenues de substitution qui permettent de stocker l’eau qui tombe en hiver et de constituer des réserves. Pour la profession agricole, cette solution permet de sécuriser l’accès à l’eau. Mais il faut être prudent. C’est l’avis de Sami Bouarfa, de l’Inrae, qui souligne que « la création d’une retenue d’eau n’est jamais anodine ». Dans Réussir Grandes Cultures, il prévient : « Cela a des impacts sur le cycle de l’eau et sur la vie aquatique qu’il convient d’évaluer systématiquement. »

Discussions, contestations et tensions

Localement, les projets soulèvent souvent des tensions entre partisans et opposants à ces réserves destinées à l’agriculture. Les débats se multiplient. Les contestations et les conflits grandissent.

« Outre la question de la répartition de la ressource entre les différents usages (irrigation, eau potable, industrie, énergie…) se pose la question du modèle agricole à qui profitent ces retenues, » analyse Réussir Grandes Cultures.

Les retenues d’eau vont être conditionnés à des « changements radicaux » des pratiques agricoles, explique encore Réussir Grandes Cultures, prenant l’exemple d’un projet coopératif près de Niort.

Lire « Des retenues d’eau conditionnées à des changements de nos pratiques agricoles ».

Dans les régions, tout projet de création de retenue d’eau située dans le périmètre d’un schéma d’aménagement et de gestion des eaux (Sage) doit être compatible avec les dispositions du schéma directeur prévu.

La construction doit respecter des règles précises pour limiter les impacts.

Lire dans l’Anjou agricole « Créer une réserve d’eau pour irriguer »

De longues démarches administratives

Les projets peuvent mettre du temps à aboutir car ils font l’objet de nombreuses réflexions et procédures administratives. En Dordogne, le Gaec Landat témoigne dans Réussir Grandes Cultures de ce parcours du combattant qui a duré 10 ans.

Lire « Gestion de l’eau : " Nous avons rempli notre réserve après 10 ans de démarches " ».

Pour Mathieu Daim, dans le Puy-de-Dôme, les démarches ont été moins longues. Le projet d'une réserve d'eau de 10 000 m3 a pu être mené à bien en deux ans.

Lire « Une réserve d’eau individuelle de 10 000 m3 chez un agriculteur irrigant en Limagne »

Cellule interministérielle sur les projets de gestion de l'eau dans les territoires

Pour se prononcer sur les projets de territoire concernant la gestion de l’eau, le Gouvernement vient de créer une cellule interministérielle. Parallèlement, le sujet fait l’objet d’une consultation citoyenne, lancée le 1er mars pour une durée de 6 mois.

Lire « Une cellule interministérielle destinée à faire le point sur les projets de territoire pour la gestion de l’eau ».

Eric Frétillère, le président des Irrigants de France en est bien conscient : « l’eau est un enjeu à l’échelle des territoires ». Le stockage de l’eau est une réponse pour répondre aux besoins de l’agriculture dans les années à venir. Mais il faut de l’eau pour tous et éviter la guerre de l’eau.

Lire « Eric Frétillère, président des Irrigants de France : « L’eau est un enjeu à l’échelle des territoires ».

Les plus lus

Agriculteur en retraite
Réforme des retraites : quels changements pour les agriculteurs ?
Le projet présenté par Elisabeth Borne n’entraine pas la disparition du régime agricole mais aura des conséquences sur la…
film
« La terre n'absorbe plus l'eau parce qu'elle se meurt » : la dégradation des sols filmée dans les Hauts-de-France
« Paysans du ciel à la terre avec les agriculteurs de Hauts-de-France » est un film d'Hervé Payen et Agathe Vannieu réalisé entre…
exploitation agricoles et ligne électrique
Prix de l’électricité bloqué à 280 euros/MWh : les agriculteurs éligibles doivent vite renvoyer leur formulaire
Un bouclier tarifaire est instauré pour les TPE ne bénéficiant pas de tarif de vente réglementé. Les agriculteurs peuvent y être…
Paysage de ampagne française vue du ciel
Politique agricole commune : tout savoir sur la nouvelle PAC
Le 1er janvier 2023 entre en application une nouvelle Politique agricole commune. Reussir.fr vous en dit plus sur ses…
Salon de l'agriculture, hall des animaux, porte de Versailles
Salon international de l’agriculture 2023, mode d’emploi
Le Salon de l’agriculture se tiendra du 25 février au 5 mars 2023, porte de Versailles à Paris. « L’agriculture : le vivant au…
paysage agricole en Bretagne
Dans quelles régions, l’agriculture manquera-t-elle le plus de bras en 2030 ?
La France va manquer d’agriculteurs, viticulteurs et salariés agricoles d’ici à 2030. Le déséquilibre sera plus marqué dans…
Publicité