Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

MESSAGE ABONNES IMPORTANT

Afin d'être sûr de recevoir nos futures publications quelle que soit l’évolution de la situation sanitaire, activez votre compte numérique au plus vite en complétant vos informations.

J’active mon compte numérique

Actes de malveillance
Incendie d’abattoir dans l’Ain en 2018 - Quatre suspests antispécistes présentés à un juge d’instruction

Un an après l’incendie criminel des abattoirs Gesler dans l’Ain, l’enquête a conduit à l’interpellation de trois hommes et de trois femmes. Quatre de ces 6 suspects ont été présentés à un juge d’instruction.

Les faits remontent à la nuit du 27 au 28 septembre. Les abattoirs Gesler, à Haut-Valromey dans l’Ain, étaient partiellement détruits par un incendie criminel. De très gros dégâts sur les installations mettaient 80 salariés dans l’impossibilité de travailler. La piste criminelle ne semblait pas faire de doute.

« Le gouvernement ne laissera pas la haine prendre le pas sur le dialogue et la liberté de chacun de choisir son métier », avait déclaré Stéphane Travert, ministre de l’Agriculture à l’époque des faits.

Les regards se tournaient alors vers les mouvements antispécistes.

Ce 19 novembre, « six personnes défendant la cause animale ont été interpellées », indique Agra. Trois hommes et trois femmes, originaires de Lyon et de sa banlieue et âgés d'une trentaine d'années mais qui, « contestent toute participation aux faits », a indiqué à l'AFP le procureur de la République de Bourg-en-Bresse, Christophe Rod. Et de préciser : « Ce sont des personnes insérées, sans antécédents judiciaires, défendant avec conviction la cause animale, antispéciste ».

Agra rapporte encore que quatre des six suspects ont été présentés le 22 novembre à un juge d'instruction en Isère et mis en examen pour « incendie volontaire et association de malfaiteurs ». Deux ont été placés en détention provisoire et un troisième devait l'être ce même jour en soirée. Le quatrième a été placé sous contrôle judiciaire. Les deux derniers individus ont été remis en liberté à l'issue de leur garde à vue, rapporte encore l’agence de presse agricole.

 

Lire aussi dans Le Parisien Incendie d'un abattoir dans l'Ain / 4 militants écologistes radicaux déférés

Les plus lus

[Néo-ruraux] Aménagement routier : les engins agricoles ne passent plus
Les moissonneuses-batteuses, les ensileuses ou les tracteurs avec combiné de semis ne peuvent plus circuler dans ce village,…
Les agriculteurs ont besoin de bras pour continuer à nourrir la population
La filière agricole se mobilise pour subvenir aux besoins alimentaires de la population. Mais la crise du Covid-19 entraîne une…
[Coronavirus] Et si la crise sanitaire changeait le regard des Français sur le monde paysan
Les Français se ruent dans les commerces alimentaires. La peur de manquer leur rappelle que le premier maillon de la chaîne de…
Coronavirus : quelles conséquences et quelles pertes pour l'agriculture et l'agroalimentaire ?
L’économie mondiale vit à l’heure du coronavirus et le marché des matières premières agricoles est dans la turbulence. Les…
Le ministre de l’Agriculture appelle ceux qui n’ont plus d’activité à rejoindre les rangs de l’agriculture
C’est un appel que lance le ministre de l’Agriculture ce 24 mars. En raison de la crise du coronavirus, l'agriculture manque de…
2000 t. de vieux pneus récupérées dans les exploitations agricoles de Seine-Maritime – Et ce n’est qu’un début !
Les vieux pneus ne passent plus du garage à la ferme mais il en reste encore beaucoup sur les exploitations. Utilisés pour le…
Publicité