Aller au contenu principal

Îles Tonga : une catastrophe agricole annoncée après l’éruption volcanique

Il y a une dizaine de jours, le volcan sous-marin Hunga Tonga Ha’apai est entré en éruption et a provoqué un tsunami ayant violemment touché les îles Tonga situées dans le Pacifique Sud. Selon la FAO, cet événement tragique va avoir des conséquences catastrophiques sur l’agriculture locale.

culture igname
La culture de l’igname, comme toutes les autres, est menacée sur les Îles Tonga à cause de l’éruption volcanique.
© Pixabay

Le royaume de Tonga – qui compte 169 îles au total – est l'un des 14 petits États insulaires en développement du Pacifique. Cette région, l'une des plus exposées aux catastrophes, fait face à de nombreux risques naturels, notamment les cyclones, la sécheresse (y compris El Niño) et les éruptions volcaniques. La FAO travaille depuis de nombreuses années aux Tonga pour aider à renforcer la résilience et la sécurité alimentaire, former les jeunes agriculteurs, aider les femmes à créer des pépinières de plantes ornementales et rendre les pêcheries du pays plus durables.

Étant donné qu’environ 86 % des Tongans se consacrent à une activité agricole, l’organisation est gravement préoccupée par les effets qui pourraient se faire sentir dans tous les secteurs agricoles, notamment la pêche, la culture et l’élevage, même si elle ne dispose que d’informations limitées, les communications et l'accès au territoire demeurant fortement perturbés. Selon Xiangjun Yao, coordonnatrice sous-régionale pour les Îles du Pacifique de la FAO, basée au Samoa, les premières estimations indiquent qu’environ 12 000 ménages agricoles, soit 85 % du total, ont été ou seront touchés par cette catastrophe.
 

Les cendres menacent le bétail et les cultures

L'un des premiers défis consiste à évaluer l'impact sur l'agriculture et la pêche de la couche de cendres qui a recouvert une partie du pays et des dommages causés par le tsunami. Les chutes de cendres peuvent avoir des effets très délétères sur les cultures et le bétail. Les conséquences vont dépendent principalement de l'épaisseur de cette couche, du type de culture et des conditions de croissance, du calendrier et de l’intensité des pluies ultérieures, de l'état préalable des pâturages et des animaux, et de la disponibilité d'eau et d'aliments non contaminés. Les cultures de plantes racines, telles que la patate douce et l’igname, pourraient être touchées, et les cultures de fruits et légumes vont-elles aussi être impactées dans l’ensemble de l’archipel. Il est en outre probable que les inondations d’eau salée aient endommagé les terres agricoles, et le risque de pluies acides est inquiétant. La FAO estime que 60 à 70 % des ménages possédant du bétail – essentiellement des cochons et des volailles – ont vu leur élevage touché d'une manière ou d'une autre.
 

Insécurité alimentaire

L’effet que la catastrophe devrait avoir sur les pêches est également une source de préoccupation. Si la consommation de poisson par habitant est plutôt faible par rapport au reste du Pacifique (25 à 35 kg/an), la pêche pourrait devenir une source de nourriture plus importante à la suite de cette catastrophe. Or, les dommages causés aux embarcadères et aux bateaux sont déjà bien visibles, et il est probable que de nombreux récifs et lagunes côtiers, essentiels à la santé des pêcheries, ont été endommagés ou pollués par les cendres et les débris ainsi que par les déchets charriés par le tsunami. « Si le bilan complet n’est pas encore connu, il est déjà évident que les Tonga auront besoin d'une aide à court et à long terme. La FAO a déjà commencé à allouer des fonds à l'évaluation des dégâts et à une première série d’interventions», a déclaré Xiangjun Yao.

Quelque 23 % de la population des Tonga étaient touchés par une insécurité alimentaire modérée à grave avant même l’éruption du volcan. Le secteur agricole représentait près de 14 % du produit intérieur brut des Tonga en 2015-2016 et plus de 65 % de leurs exportations. Les principaux produits d’exportation sont le kava, la courge, la citrouille, les plantes racines, la noix de coco et le poisson. La pêche et les activités connexes constituent également une source importante de nourriture, en particulier pour les communautés vivant sur celles des 36 îles habitées des Tonga qui sont le plus isolées.

Les plus lus

Nicolas Meyrieux, youtubeur et comédien.
Ce célèbre youtubeur a radicalement changé sa vision de l’agriculture
« Je ne pense pas qu’on puisse vivre de la permaculture », c’est le constat de Nicolas Meyrieux, comédien, auteur de vidéos et de…
Vaches en France
La fin des aides Pac pour l’élevage demandée par une initiative citoyenne européenne
Bruxelles vient d’enregistrer une initiative citoyenne européenne qui demande l’arrêt des subventions pour l’élevage et réclame…
Les agriculteurs ukrainiens tentent de semer dans des champs minés
Héros de la deuxième ligne, les agriculteurs ukrainiens participent à l’effort de guerre en continuant coûte que coûte à…
Remise des diplômes 2022 d'AgroParisTech
[Vidéo] AgroParisTech : de jeunes diplômés appellent leurs camarades agronomes à déserter
La cérémonie des remises de diplômes d’ingénieurs agronomes 2022 de la grande école parisienne AgroParisTech a été marquée par le…
exploitation agricole du sud de la France
Perte de 6 millions d’exploitations agricoles d’ici à 2040 : quel pays résistera le mieux en Europe ?
Le nombre de fermes dans l’Union européenne devrait passer de 10 à 3,9 millions entre 2016 et 2040 selon une étude européenne. Un…
Discours de 8 jeunes diplômés lors de la remise des diplômes 2022 d'AgroParisTech
Découvrez la réaction d'AgroParisTech au discours choc de 8 étudiants
L’école d’ingénieur en agronomie répond dans un communiqué au buzz créé par la vidéo du discours radical de huit de ses jeunes…
Publicité