Aller au contenu principal

Il est « urgent » de s’occuper de l’agriculture alerte Jean-Marc Jancovici

Dans un message posté sur Linkedin, Jean-Marc Jancovici réagit à un article des Echos relatant la visite d’Emmanuel Macron aux Terres de Jim prévue ce 9 septembre. La réaction de l’ingénieur engagé dans la lutte contre le réchauffement climatique tombe comme un message adressé à Emmanuel Macron et un appel à la « volonté présidentielle ». Il est « urgent » de s’occuper de l’agriculture.

Pour Jean-Marc Jancovici, le « sujet de la production de nourriture » est « lié à l’actualité » de l’amont à l’aval.
© Capture YouTube

Il a imaginé le bilan carbone et cela a grandement contribué à forger sa notoriété. Jean-Marc Jancovici, ingénieur de l’Ecole polytechnique, est aujourd’hui connu pour son engagement dans la lutte contre le réchauffement climatique.

Ce 8 septembre, le spécialiste réagit à un article des Echos. Marie-Josée Cougard titre son papier : « Emmanuel Macron : le président fixe des priorités à l’agriculture pour 2030 ». La journaliste relate le déplacement prévu du chef de l’Etat le 9 septembre sur les Terres de Jim, la fête agricole organisée par les Jeunes Agriculteurs, à Outarville dans le Loiret. L’occasion pour Emmanuel Macron de parler de l’avenir de l’agriculture et notamment de la future loi d’avenir agricole qui sera discutée en 2023. Une loi qui a pour objectif d’assurer le renouvellement des générations d’agriculteurs en apportant des réponses au défi climatique.

C’est sur Linkedin que Jean-Marc Jancovici commente l'article du quotidien économique et donne son avis sur l’agriculture française. « L’agriculture partage une caractéristique avec le climat : pour qu’elle (re)devienne un sujet sérieux, il faudra arrêter de tout réduire à des indicateurs économiques, et revenir à des indicateurs physiques - ceux qui comptaient le plus avant que nous ne devenions une civilisation d’urbains déconnectés de ce qui se passe " en dehors ". »

Celui qui est également enseignant et conférencier rappelle ce que représente l’agriculture pour la France. « Elle ne fait que 2 % du PIB, mais elle nourrit 100 % de la population, occupe 2/3 du territoire (pâturages inclus), entretient une biomasse animale (celle des bovins) du même ordre que celle des Français(es) – avec 15 millions de bêtes à cornes pesant en moyenne quelques centaines de kg – et engendre 20 % de nos émissions de gaz à effet de serre. »

L'agriculture à la base de la pyramide des besoins

Un secteur qui représente « beaucoup moins que les télécoms ou la voiture dans le PIB, » poursuit-il, mais qui se trouve « à la base de la pyramide de Maslow », qui hiérarchise les « besoins » humains.

« Sans base, une pyramide a du mal à rester debout, » observe Jean-Marc Jancovici. « Sans nourriture, adieu la start-up nation ! » ironise-t-il.

Pyramide des besoins de Maslow
© Wikimedia commons

 

Le sujet de la production de nourriture est lié « par tous les bouts » à l’actualité, poursuit-il. « A l’amont du champ, les combustibles fossiles servent à fabriquer des engrais et à alimenter des engins agricoles, et à l’aval ils servent à transporter les récoltes jusqu’aux élevages ou usines de l’agroalimentaire, puis des usines au magasin ». Ils servent aussi à « transformer et emballer ».  Au bout du compte « la dépendance de la chaîne alimentaire aux hydrocarbures est massive, » analyse-t-il. Et d’évoquer aussi les « aléas climatiques », qui sont « de moins en moins des aléas » …

Pour toutes ces raisons, il est à ses yeux « urgent » de s’occuper du sujet, « car les temps de transformation sont longs en agriculture, » remarque-t-il. Il va selon lui falloir des décennies « pour voir des cultures ou animaux différents, cultivés ou élevés différemment, transformés et distribués différemment, à des consommateurs qui vont devoir moins habiter en ville ». En effet, il estime que « la ville ne peut vivre qu’avec des flux importants qui demandent une énergie abondante ». Des citadins qui auront de plus « des habitudes alimentaires différentes ».

Pour Jean-Marc Jancovici, la volonté présidentielle de s’emparer du thème de l’agriculture pourra être attestée par « le nombre de personnes » qui vont être mobilisées pour « plancher sur le sujet ». Des personnes « de qualité » avec du « temps disponible » pour « discuter avec une administration européenne qui tient une partie importante des manettes ». Selon lui, la réponse ne devrait pas tarder.

 

Les plus lus

Florian Delmas, président d'Andros
Notre système agricole et agroalimentaire français fait faillite, « et nous regardons ailleurs »
Florian Delmas, 37 ans, président d’Andros, signe une tribune cash sur ce qu’il pointe comme les dérives du système agricole et…
Il est « urgent » de s’occuper de l’agriculture alerte Jean-Marc Jancovici
Dans un message posté sur Linkedin, Jean-Marc Jancovici réagit à un article des Echos relatant la visite d’Emmanuel Macron aux…
investissement photovoltaïque agriculture
Investissements : optimiste pour 2022, le Crédit agricole exprime des « incertitudes » pour 2023
La première banque de l’agriculture a accordé un montant record de prêts en 2021 au monde agricole et annonce un bon premier…
Pierre Rouault (Union centriste), Laurent Duplomb (LR) et Serge Mérillou (socialiste) trois sénateurs dans une exploitation agricole.
La Ferme France recule : constat alarmant et solutions du Sénat
Un rapport sénatorial transpartisan appelle à mettre en place un plan d’urgence pour redresser la compétitivité de l’agriculture…
méthaniseur agricole
Energies renouvelables : revalorisation du tarif d’achat du biométhane
Afin d’accroître la production de biométhane en France, le gouvernement publie deux textes visant à revaloriser le tarif d’achat…
Arnaud Gaillaut, président des Jeunes agriculteurs, et Emmanuel Macron à Terres de Jim.
Pacte d’orientation et d’avenir pour l’agriculture : les 4 annonces d’Emmanuel Macron
A Terres de Jim dans le Loiret, le président de la République a annoncé les grandes pistes sur lesquelles il compte travailler…
Publicité