Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Ici Saint-Félix – Des terriens parlent aux Français des villes

Elise Chatauret, réalisatrice de théâtre documentaire, sur le plancher des vaches.
© Hélène Harder

« - C’est incroyable cette maison hein ?! -T’imagines avec les volets ouverts en été ?!! » La fenêtre ouverte sur un paysage de rêve lève le rideau sur une pièce d’un genre peu ordinaire, celui du théâtre « documentaire et fiction ». Histoire d’un village de campagne, semi-vrai, semi-fantastique. Paroles de villageois qui suivent les évolutions du monde loin des villes. Vision onirique ou regard réaliste ?

« Saint-Félix, enquête sur un hameau français ». Non, il ne s’agit pas d’un nouvel épisode de Cash Investigation d’Elise Lucet, il s'agit d’une pièce de théâtre écrite et mise en scène par une autre Elise. Mais là s’arrêtent les similitudes. Elise Chatauret ne s’intéresse pas à l’actualité brûlante ni aux sujets polémiques. Son histoire à elle se déroule à Saint-Félix. Un nom que portent plusieurs villages français, un bout de territoire rural, c’est certain, mais en définitive indifféremment situé.

La pièce est donc née d’une enquête menée dans un hameau nommé Saint-Félix, quelque part en France. Elise Chatauret y a rencontré et interrogé 20 habitants. Dans son travail documentaire, elle a cherché à capter le regard que portent ces citoyens d’un lieu de vie hors des villes sur les transformations du monde. Ils contemplent de magnifiques paysages mais cela ne les empêche pas de voir les évolutions de la société qui les entoure. Des témoignages, des tranches de vie qui vont servir de trame à la reconstruction de la communauté villageoise sur les planches. Dans un décor entre réel et imaginaire, quatre comédiens deviennent les doyens du village, l’Anglais du hameau, les ruraux bios, la Femme du Sud ou les interviewers… L’enquête cède peu à peu place au conte avec un fantôme féminin qui s’invite dans l’histoire pour hanter les esprits.

« - … A l’époque où mes parents ont aménagé, c’est une dame qui habitait là. Elle avait une fille qui n’aimait pas trop la campagne je crois. Puis c’est resté inoccupé pendant très longtemps après sa mort, et c’est sa petite-fille - qui était un peu hippie, très hippie même - qui est venue pour élever des chèvres et confectionner du fromage…»

La création artistique de la Compagnie Babel prend sa place dans la catégorie « théâtre documentaire et fiction » et a été écrite dans le cadre du Festival Théâtral du Val d’Oise. Elle sera jouée du 4 au 7 décembre au Théâtre des Arts de Cergy-Pontoise, avant de partir en tournée.

Tarif : 10 à 15 €. Durée : 1 h 30. Renseignements : Myra, 01 40 33 79 13.

Les plus lus

Nuisibles : l'athlète olympique tire sur les corbeaux pour aider les agriculteurs
Les JO 2020 de Tokyo sont reportés à 2021. Le vol pour le Japon n’aura pas lieu cet été. Alors en attendant, c’est dans la Manche…
Le Sommet de l’élevage maintenu en 2020, du 7 au 9 octobre
Amélioration en vue sur le front du Covid-19 et bonne nouvelle pour les éleveurs : le Sommet de l’élevage est maintenu en 2020.…
[Covid-19] Le confinement a donné envie aux Français d’élever leurs poules pondeuses
Le confinement a donné aux particuliers possédant un jardin d’élever leurs poules et de manger leurs œufs « maison ». Depuis le…
[Covid-19] « Comment bâtir un système alimentaire résilient ? » - Des étudiants de SupAgro Montpellier répondent dans une vidéo
Comment garantir notre capacité à assurer une alimentation adaptée à nos besoins, même quand surviennent des événements imprévus…
« L'élevage en danger » : les Safer veulent des parts sociales soumises à régulation du foncier
Relancer notre économie, s’inscrire dans la durabilité et la résilience, garantir notre souveraineté alimentaire. Les Sociétés d’…
[Coronavirus] – Notre top des masques improbables : le ridicule protège contre l’anxiété
Sur Internet, les sujets les plus graves ne connaissent pas de barrières. Depuis deux mois, les masques ont laissé libre cours à…
Publicité