Aller au contenu principal

[Edito] ZNT : le coup du parapluie, ou comment se couvrir en mécontentant tout le monde

Les zones non traitées sont désormais obligatoires à proximité des terrains habités. Mais en créant les ZNT, le gouvernement a ouvert le parapluie, éborgnant au passage les agriculteurs et les écologistes.

Epandage à proxmité d'habitation
Le respect des ZNT est un casse-tête pour les agriculteurs, sans même parler du manque à gagner, tandis que les détracteurs des pesticides ne sont pas convaincus par la mesure.
© N. Ouvrard

Cette fois, impossible d’y couper : les zones non traitées (ZNT) riverains vont faire leur trou dans toutes les parcelles jouxtant des habitations. Les semis d’automne vont devoir les intégrer et il serait très risqué d’y déroger. Ces contraintes supplémentaires passent mal chez un grand nombre d’agriculteurs. Cela ne devrait pas s’arranger lorsqu’ils se seront penchés sur les règles complexes qui encadrent ces fameuses bandes (voir le dossier de notre numéro de septembre).

Les ZNT s’inscrivent dans le débat difficile de la place des phytos dans le modèle agricole. Quelle que soit la position que l’on défend à ce propos, on peut s’interroger sur la pertinence de ces zones. La genèse des ZNT permet d’y voir plus clair. Tout est parti de la décision du Conseil d’État, en 2019, de casser l’arrêté encadrant l’usage des pesticides. Motif ? Le texte ne prévoyait pas de « protection des riverains », comme exigé par l’Europe. L’État avait alors six mois pour revoir sa copie, et les ZNT ont fait leur apparition.

En créant les ZNT, le gouvernement a ouvert le parapluie. ZNT = protection des riverains, CQFD. Sauf qu’en ouvrant ainsi, un peu brutalement, le parapluie, l’État a éborgné à la fois les agriculteurs et les écologistes antipesticides. Pour les premiers, ces bandes tournent au casse-tête pratique doublé d’une perte sèche de revenu. Il faut parfois composer avec des limites de terrain à la géométrie chaotique, gérer de nouveaux couverts, sans parler du risque de dépôts sauvages. Les pourfendeurs des produits phyto, eux, s’étranglent : 3 à 5 mètres en grandes cultures, 20 mètres dans de rares cas ? Quelle différence avec un épandage au ras du grillage ? Mascarade !

« Un petit coin de parapluie, contre un coin de paradis », chantait Brassens, qui disait aussi « au village, sans prétention, j’ai mauvaise réputation ». Dans la vie réelle, l'ouverture de parapluie peut aussi être synonyme d’enfer. Pavé de bonnes intentions. Ça va de soi.

Les plus lus

Pour une bonne rotation des stocks, notez la date de rentrée des produits sur les bidons.  © N. Cornec/Aravalis
Stockage des produits phytosanitaires : bien ranger son local phyto
Si toutes les fermes comportent un local pour stocker les produits phytosanitaire, ce dernier n’est pas toujours aux normes.…
Blé : ils contrôlent les maladies avec peu de fongicides malgré une forte pression
Substances naturelles, variétés tolérantes, semis peu denses et retardés, bas volume associé à réduction de dose : en Seine-…
10,8 millions de tonnes d'engrais ont été livrées au cours de la campagne 2021-2022, soit une baisse de 5 % par rapport à la campagne précédente.
Engrais azotés : toujours du retard dans les achats des agriculteurs
La situation sur le marché des engrais reste tendue avec des prix très élevés, des agriculteurs attentistes et un risque d’…
Denis Bollengier a bénéficié d’une prise en charge financière totale pour implanter sa haie grâce au dispositif de paiement pour services environnementaux.
« J’ai financé ma haie grâce aux paiements pour services environnementaux »
Denis Bollengier, agriculteur dans le Nord, a financé l’implantation d’une haie en bénéficiant d’un paiement pour service…
Fiscalité : deux exemples pour mieux comprendre la DEP
Fiscalité : deux exemples pour mieux comprendre la DEP
La déduction pour épargne de précaution (DEP) est un outil de défiscalisation et de lissage des prélèvements sociaux très…
Un tiers des producteurs envisage de réduire ou d'arrêter la production de maïs semences.
Maïs semences : un tiers des producteurs envisagent de réduire les surfaces ou d’arrêter
Les producteurs de maïs semences affichent un moral en berne après une année 2022 très difficile. La filière cherche des moyens…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures