Aller au contenu principal

Vivéa souhaite former au changement climatique

En partenariat avec l’Ademe, Vivéa souhaite intégrer les enjeux climatiques dans les formations mises à disposition des agriculteurs. Présentation d’un exemple en Dordogne.

Lors de l'atelier Vivéa du 23 novembre, les formateurs ont exposé leurs manière de former les agriculteurs aux techniques alternatives afin de réduire les conséquences du changement climatiques.
© L.D.

Vivéa, organisme de gestion des fonds pour la formation des entrepreneurs agricoles, promeut l’adaptation du monde agricole aux changements climatiques par la formation. « Les nombreuses études ont démontré que nous étions incapables de maintenir l’objectif de diviser par quatre les émissions de gaz à effet de serre sans l’agriculture, a déclaré Jérôme Mousset chef du service agriculture et forêt à l’Ademe, lors d’un atelier Vivéa le 23 novembre à Paris. L’agriculture est même une solution à ce changement climatique grâce aux énergies renouvelables, au stockage du carbone et aux réductions des émissions de gaz à effet de serre. » Il semble donc important pour Vivéa d’intégrer dans les formations des chefs d’entreprises agricoles des clés d’adaptation et d’atténuation au changement climatique. C’est le cas de la chambre d’agriculture de Dordogne qui a mis en place dans différentes formations orientées sur les nouvelles pratiques agricoles, un module de deux heures sur les outils à adopter afin de réduire l’impact de l’agriculture sur le changement climatique. « Grâce aux relevés que nous avons effectués dans notre département, nous introduisons le sujet par des données de températures locales ou des indicateurs de semis par exemple, explique Nicolas Fedou, de la chambre d’agriculture de Dordogne. Ce sont des références non discutables et concrètes. Par ce module, les agriculteurs sont confortés dans leurs choix de pratiques. » Encore faut-il trouver des références locales. « Nous avons encore besoin de ressources et d’outils pour pouvoir aborder ce sujet en formation », ajoute Philippe Sulpice animateur à la Fevec (fédération des éleveurs et vétérinaires en convention). Ce dernier a, quant à lui, choisi de mettre en place des formations exclusivement destinées à de nouvelles pratiques agricoles dans le but de réduire le réchauffement climatique.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Par défaut, la zone non traitée s’établit à partir de la limite de propriété du riverain et non à partir de ses bâtiments.  © C. Watier
Réglementation/ZNT : les 8 questions que tout agriculteur doit se poser pour éviter les pièges
Les zones non traitées à mettre en place près des habitations viennent compliquer le travail au champ, la gestion du parcellaire…
Sébastien Windsor Chambres d'agriculture
« 15 % des agriculteurs pourraient ne pas passer l’année » dans les zones intermédiaires (Chambres d'agriculture)
Sébastien Windsor , président de l'assemblée permanente des chambres d'agriculture, a alerté sur la situation difficile de…
plan de relance - volet agricole
Plan de relance/agriculture : 1,2 milliard d'euros pour la souveraineté agroalimentaire française
Plan protéines doté de 100 millions d'euros, "aide à la conversion" pour l'agroéquipement, crédit d'impôt pour la certification…
Avec une année 2020 "catastrophique" faisant suite à plusieurs mauvaises campagnes, les responsables de l'AGPB Eric Thirouin (président, à gauche) et Philippe Heusèle (secrétaire général) ont appelé à des mesures d'urgence pour soutenir le secteur. © G. Omnès
« Plus de la moitié des céréaliers ne dégageront aucun revenu en 2020 » (AGPB)
Le syndicat céréalier pointe du doigt la situation très difficile des grandes cultures depuis plusieurs années et qui culmine en…
La production mondiale tous blés (hors Chine) est stable par rapport à l'an passé, écartant le risque de bilan mondial très déficitaire.
[Marché] Blé tendre : les prix peuvent-ils monter en 2020-2021 ?
La bonne récolte mondiale 2020 de blé tendre permettra d’alimenter la demande sans pour autant regonfler les stocks assez bas des…
Sur la ferme de Benoît Le Helloco, le miscanthus avait été implanté pour protéger un cours d'eau. L'agriculteur a désormais décidé d'en implanter sur une ZNT le long d'une habitation qui jouxte sa parcelle. © G. Omnès
Pesticides/riverains : « le miscanthus était la seule solution »
Benoît Le Helloco a décidé d’implanter une bande de miscanthus pour ne plus subir la pression exercée par un riverain qui borde…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures