Aller au contenu principal

Biomatériaux
Végémat, à base de maïs plante entière

Le Végémat est un matériau 100 % maïs qui a l´avantage du bois et du carton pour sa biodégradabilité et celui des plastiques pour sa facilité de mise en oeuvre.


Végéplast fabrique des objets biodégradables et compostables, en Végémat, un matériau à base de maïs plante entière. Le Végémat est susceptible de remplacer les plastiques rigides pour la fabrication d´objets obtenus par injection. Les dirigeants-fondateurs et principaux actionnaires sont deux anciens salariés du groupe coopératif gersois Vivadour.
Tout a commencé en 1997. Vivadour se préoccupait de trouver de nouveaux débouchés pour le maïs. Deux années de recherches fondamentales en partenariat avec différents laboratoires français, notamment celui de chimie agro-industrielle de l´Ecole nationale supérieure des ingénieurs en arts chimiques et technologiques (ENSIACET) de Toulouse, conduisent à la mise au point du Végémat. Un brevet français (en 2000) et un brevet américain (en 2001) concernent le matériau et le procédé d´obtention. Viennent ensuite deux autres années de recherche appliquée pour trouver notamment les outillages. En 2002-2003, la société Végéplast est créée en partenariat avec le groupe Vivadour.
Le Végémat est 100 % naturel, à base de plantes entières de maïs traitées par des moyens physiques et mécaniques sans séparation ni purification de leurs constituants ; des additifs d´origine naturelle jouent le rôle de liant. Le Végémat est destiné à tous les usages habituels des plastiques rigides, usages à courte durée de vie comme les emballages. Et son prix est tout à fait compétitif par rapport aux plastiques traditionnels.
Tees de golf en Végémat. ©Végéplast

Biodégradable en quelques semaines
Parmi les premiers produits commercialisés, il y a les tees de golf, ces petits supports utilisés par les joueurs. Un tee en bois met plusieurs mois pour se dégrader dans la nature ; les tees en plastique ne se dégradent pas et posent le problème de leur élimination des circuits de golf. Un tee en Végémat disparaît naturellement en quelques semaines. D´ores et déjà, l´Association des greens keepers de France (Agref, terrains de golf) recommande leur usage.
D´un point de vue technologique, le Végémat se présente sous forme de billes qui passent dans des presses à injection. En général, l´emploi de Végémat, à la place de plastiques d´origine pétrolière, ne nécessite pas de machines spécifiques, seulement quelques réglages.
Autres applications actuelles : les bombes de feu d´artifice (le support est dispersé lors de l´explosion, les débris sont biodégradables) ; des agrafes pour attacher la vigne et des jouets pour animaux (os pour chiens). Végéplast dispose de moyens techniques qui lui permettent de maîtriser l´ensemble de la chaîne : une unité de prétraitement de la matière première végétale (traitement thermo-mécanique), une unité de formulation et de production de Végémat (1000 tonnes par an), trois presses à injecter, des équipements pour prototypes et pré-séries, des laboratoires d´analyses de la matière première et des propriétés mécaniques des matériaux. La société qui a le statut de Jeune entreprise innovante a le soutien, outre Vivadour, de Total et de l´Ademe. Elle a déjà reçu des prix d´innovation. Le chiffre d´affaires a atteint 175 000 euros pour le second exercice avec à la clé un résultat positif. Pour 2004-2005, les dirigeants prévoient un chiffre d´affaires de 300 000 euros. Sans aucun doute, cette jeune pousse nourrie à l´innovation deviendra grande.
La biodégradabilité des produits en Végémat est totale en quelques semaines. Ici, tees de golf en cours de dégradation. ©Végéplast
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Par défaut, la zone non traitée s’établit à partir de la limite de propriété du riverain et non à partir de ses bâtiments.  © C. Watier
Réglementation/ZNT : les 8 questions que tout agriculteur doit se poser pour éviter les pièges
Les zones non traitées à mettre en place près des habitations viennent compliquer le travail au champ, la gestion du parcellaire…
Sébastien Windsor Chambres d'agriculture
« 15 % des agriculteurs pourraient ne pas passer l’année » dans les zones intermédiaires (Chambres d'agriculture)
Sébastien Windsor , président de l'assemblée permanente des chambres d'agriculture, a alerté sur la situation difficile de…
plan de relance - volet agricole
Plan de relance/agriculture : 1,2 milliard d'euros pour la souveraineté agroalimentaire française
Plan protéines doté de 100 millions d'euros, "aide à la conversion" pour l'agroéquipement, crédit d'impôt pour la certification…
Avec une année 2020 "catastrophique" faisant suite à plusieurs mauvaises campagnes, les responsables de l'AGPB Eric Thirouin (président, à gauche) et Philippe Heusèle (secrétaire général) ont appelé à des mesures d'urgence pour soutenir le secteur. © G. Omnès
« Plus de la moitié des céréaliers ne dégageront aucun revenu en 2020 » (AGPB)
Le syndicat céréalier pointe du doigt la situation très difficile des grandes cultures depuis plusieurs années et qui culmine en…
chargement d'un bateau au port céréalier de Rouen
Blé tendre : les exportations françaises menacée par la Russie sur l'Algérie
Selon Thierry de Boussac, du Synacomex, le cahier des charges de l'office d'Etat algérien, en charge des importations de blé…
Sur la ferme de Benoît Le Helloco, le miscanthus avait été implanté pour protéger un cours d'eau. L'agriculteur a désormais décidé d'en implanter sur une ZNT le long d'une habitation qui jouxte sa parcelle. © G. Omnès
Pesticides/riverains : « le miscanthus était la seule solution »
Benoît Le Helloco a décidé d’implanter une bande de miscanthus pour ne plus subir la pression exercée par un riverain qui borde…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures