Aller au contenu principal

Biomasse/Energie
Une ressource très diverse, abondante mais sous-exploitée

La France dispose de ressources diverses et abondantes en biomasse mais encore sous-exploitées. La production de chaleur ou d´électricité pourrait augmenter significativement.


« La biomasse, c´est très compliqué et très simple à la fois », expliquait récemment Claude Roy, coordonnateur interministériel pour la valorisation de la biomasse. Très simple car la biomasse, produite par la végétation qu´elle soit cultivée ou sauvage, est partout dans notre vie quotidienne à commencer par notre alimentation.
Très compliqué, car la biomasse recouvre cinq grands types de ressources : déchets organiques (déchets ménagers ou d´industries agro-alimentaires), les déchets lignocellulosiques (pailles et déchets forestiers), le bois, les cultures plantes entières et les graines et tubercules (oléagineux, céréales et pommes de terre.). Elle concerne huit grands types de valorisations : l´alimentation, les amendements organiques des sols (fumiers et lisiers, pailles restituées), les bio-matériaux (construction et plastiques), la chimie verte, les biocarburants et l´énergie sous forme de chaleur ou d´électricité.
La biomasse intéresse de ce fait six ministère, de l´agriculture à l´écologie en passant par l´industrie et les transports.
La forêt française pourrait être mieux exploitée tant en bois d´oeuvre qu´en bois de chauffage. ©S. Leitenberger

De l´alimentation à l´énergie, des usages multiples
C´est le secteur de l´énergie qui, actuellement, en masse est le plus utilisateur de biomasse. Le bois est depuis toujours largement utilisé en chauffage individuel ou collectif. Les biocarburants sont un autre débouché énergétique de la biomasse.
La France consomme chaque année 267 millions de tonnes équivalent pétrole (tep) toutes énergies confondues. Sur ce total, en 2005, les énergies renouvelables ont pesé pour 16,2 millions de tep soit 12 %. Le bois et les déchets de bois représentent 58 % (9,4 Mtep), l´hydraulique 28 %, et les déchets urbains 6 %. Les biocarburants ne représentent que 0,42 million de tep, le biogaz, le solaire, l´éolien, les résidus de récolte et la géothermie se partagent environ un million de tep, c´est-à-dire encore très peu de choses.
La loi de juillet 2005 qui fixe les orientations de la politique énergétique française a donné comme objectif de passer de 14 à 21 % la part de l´électricité provenant des énergies renouvelables parmi lesquelles la biomasse agricole et forestière peut tenir une place de choix.
Ce programme est ambitieux comme les objectifs d´incorporation de biocarburants mais non utopique si l´on regarde les ressources.

Des ressources nombreuses disponibles en France
Ainsi 60 % de la croissance annuelle de la forêt est « récoltée » chaque année, c´est-à-dire qu´on peut augmenter les prélèvements sans altérer le potentiel. L´objectif de treize à quatorze millions de tep venant de la filière bois en 2010 contre à peine dix millions tep semble accessible. Selon des spécialistes de l´inventaire national forestier, il existe un gisement de l´ordre de six millions de tep par an uniquement dans les « rémanents », branches et menu bois, de la récolte actuelle qui, par ailleurs, pourrait être intensifiée.
Une autre source à laquelle on pense quand on parle de biomasse agricole, c´est la paille. A raison de 3,5 tonnes de paille à l´hectare, Ghislain Gosse, président du centre Inra de Lille, indique que le gisement français peut être estimé de 22 à 25 millions de tonnes. Sur cette quantité, 4 millions de tonnes sont disponibles pour de nouveaux usages sans entamer la fertilité des sols. Mais, selon Ghislain Gosse, « un tel inventaire global est inopérant, il doit être réalisé par bassin de production ».

Bien d´autres ressources de biomasse peuvent être mobilisées, en particulier les effluents d´élevage pour la production de biogaz. Les reportages des pages suivantes et les projets des sucreries-distilleries pour valoriser leurs effluents et co-produits le montrent. Sans compter les surfaces mobilisables pour des cultures dédiées à la production de biomasse.
L´Inra de Lille estime que le gisement français de paille se situe entre 22 et 25 millions de tonnes. ©S. Randé

En savoir plus
Des ressources sur internet
www.trame.org : Le réseau Trame travaille sur les énergies renouvelables en particulier le biogaz. Une plaquette de 16 pages sur la méthanisation à la ferme peut être téléchargée ainsi que des fiches sur les chaudières à bois ou polycombustibles, le séchage solaire en grange, le chauffe-eau solaire. Trame organise des formations : trame@trame.org ou 01 44 95 08 08.
www.ifp.fr : Pour tout connaître sur les carburants et les biocarburants en France.
www.ademe.fr : Dans le secteur agriculture, on trouve les publications, les offres de services pour accompagner des projets (biogaz, électricité, économies d´énergie.) et les aides disponibles.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Par défaut, la zone non traitée s’établit à partir de la limite de propriété du riverain et non à partir de ses bâtiments.  © C. Watier
Réglementation/ZNT : les 8 questions que tout agriculteur doit se poser pour éviter les pièges
Les zones non traitées à mettre en place près des habitations viennent compliquer le travail au champ, la gestion du parcellaire…
Sébastien Windsor Chambres d'agriculture
« 15 % des agriculteurs pourraient ne pas passer l’année » dans les zones intermédiaires (Chambres d'agriculture)
Sébastien Windsor , président de l'assemblée permanente des chambres d'agriculture, a alerté sur la situation difficile de…
plan de relance - volet agricole
Plan de relance/agriculture : 1,2 milliard d'euros pour la souveraineté agroalimentaire française
Plan protéines doté de 100 millions d'euros, "aide à la conversion" pour l'agroéquipement, crédit d'impôt pour la certification…
Avec une année 2020 "catastrophique" faisant suite à plusieurs mauvaises campagnes, les responsables de l'AGPB Eric Thirouin (président, à gauche) et Philippe Heusèle (secrétaire général) ont appelé à des mesures d'urgence pour soutenir le secteur. © G. Omnès
« Plus de la moitié des céréaliers ne dégageront aucun revenu en 2020 » (AGPB)
Le syndicat céréalier pointe du doigt la situation très difficile des grandes cultures depuis plusieurs années et qui culmine en…
chargement d'un bateau au port céréalier de Rouen
Blé tendre : les exportations françaises menacée par la Russie sur l'Algérie
Selon Thierry de Boussac, du Synacomex, le cahier des charges de l'office d'Etat algérien, en charge des importations de blé…
Sur la ferme de Benoît Le Helloco, le miscanthus avait été implanté pour protéger un cours d'eau. L'agriculteur a désormais décidé d'en implanter sur une ZNT le long d'une habitation qui jouxte sa parcelle. © G. Omnès
Pesticides/riverains : « le miscanthus était la seule solution »
Benoît Le Helloco a décidé d’implanter une bande de miscanthus pour ne plus subir la pression exercée par un riverain qui borde…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures