Aller au contenu principal

Biocarburants
Une nouvelle usine de Diester à Saint-Nazaire

En partenariat avec Cargill, Diester Industrie investit dans une nouvelle usine de production de 250 000 tonnes de biodiesel à Montoir/Saint-Nazaire, destinée à approvisionner la façade atlantique.


Avec les nouveaux objectifs d´incorporation de diester dans le gazole (5,75 % en 2008 et 10 % en 2015), annoncés dernièrement par le Premier ministre, Diester Industrie devra produire plus de 1,5 million de tonnes de diester en France à l´horizon fin 2008. Une étape qui implique un accroissement des capacités de production du groupe. « L´accélération du plan gouvernemental nous pousse à augmenter l´effort industriel pour multiplier nos capacités de production par six entre 2005 et 2008. Un premier programme d´investissement est en cours de réalisation pour atteindre cet objectif », explique Bernard Nicol, directeur général de Diester Industrie.
C´est dans ce contexte que s´inscrit le projet de cette usine de Montoir/Saint-Nazaire dont la capacité est d´ores et déjà prévue pour produire, dès le premier semestre 2007, 250 000 tonnes de diester par an.
Le site Diester de Montoir devrait employer environ 25 personnes et permettra la création d´emplois indirects significatifs dans la région. ©D. R.

Approvisionner la façade atlantique
Cette nouvelle unité industrielle complétera la production des usines de Grand-Couronne (Seine-maritime), Sète (Hérault), Compiègne (Oise) et Le Mériot (Aube). Le projet de cette usine sur la façade atlantique s´est vu allouer 120 000 tonnes d´agréments de diester dans le cadre de la première étape du plan biocarburants (annoncé par le gouvernement en septembre 2004). Aujourd´hui, Diester Industrie mise avec confiance sur le prochain appel d´offre, prévu avant la fin de cette année, pour compléter les agréments.
L´objectif de ce nouveau site de Montoir/Saint-Nazaire est d´approvisionner régionalement la façade atlantique en diester. « Le choix du site résulte d´un compromis logistique », précise Yves Delaine, directeur du groupe Saipol/Lesieur. « Ce site bénéficiera des infrastructures portuaires pour l´approvisionnement en huiles depuis les usines de trituration atlantiques et pour l´expédition de 70 % du diester par `pipe´vers la raffinerie de Donges et 30 % par caboteurs vers les dépôts de la façade atlantique qui produisent ou importent globalement près de sept millions de tonnes de gazole ».

Ce sont près de 150 000 hectares d´oléagineux (représentant 500 000 tonnes de graines) qui pourront être produits dans la région avec une sécurité de débouchés. En outre, ceci produira entre 250 000 et 300 000 tonnes de tourteaux de colza disponibles pour l´alimentation animale.
Les travaux devraient débuter au premier semestre 2006 pour que l´outil soit opérationnel dès la mi-2007. Le projet, qui représente un investissement de 35 millions d´euros, sera porté par Diester Industrie. Cargill dispose d´une option de participation à l´investissement. Le projet comporte l´implantation d´unités de raffinage d´huiles et d´estérification ainsi que les utilités et stockages nécessaires.
Cargill possède une usine de trituration à Saint-Nazaire qui assurera l´approvisionnement en huiles de colza et tournesol ; son autre usine de Brest interviendra également en complément. Pour ce faire, la société investira cinq millions d´euros dans son usine de Saint-Nazaire afin de pouvoir transformer les graines et produire l´huile de colza nécessaire au Diester.
Cargill assurera également la commercialisation des tourteaux riches en protéines auprès des industriels de l´alimentation animale.

En bref
Diester Industrie est le premier estérificateur européen. Créée en 1993, Diester Industrie organise la filière Diester française et commercialise ses produits. La société est contrôlée à 66,66 % par Sofiprotéol (participations directes et indirectes) et par des holdings d´organismes stockeurs à hauteur de 33,34 % (coopératives, négociants).


(1) Cargill est le premier opérateur agroalimentaire sur le port de Nantes/Saint-Nazaire à travers plusieurs activités : transformation d´oléagineux, distribution de protéines végétales, raffinerie d´huile de tournesol.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Par défaut, la zone non traitée s’établit à partir de la limite de propriété du riverain et non à partir de ses bâtiments.  © C. Watier
Réglementation/ZNT : les 8 questions que tout agriculteur doit se poser pour éviter les pièges
Les zones non traitées à mettre en place près des habitations viennent compliquer le travail au champ, la gestion du parcellaire…
Sébastien Windsor Chambres d'agriculture
« 15 % des agriculteurs pourraient ne pas passer l’année » dans les zones intermédiaires (Chambres d'agriculture)
Sébastien Windsor , président de l'assemblée permanente des chambres d'agriculture, a alerté sur la situation difficile de…
plan de relance - volet agricole
Plan de relance/agriculture : 1,2 milliard d'euros pour la souveraineté agroalimentaire française
Plan protéines doté de 100 millions d'euros, "aide à la conversion" pour l'agroéquipement, crédit d'impôt pour la certification…
Avec une année 2020 "catastrophique" faisant suite à plusieurs mauvaises campagnes, les responsables de l'AGPB Eric Thirouin (président, à gauche) et Philippe Heusèle (secrétaire général) ont appelé à des mesures d'urgence pour soutenir le secteur. © G. Omnès
« Plus de la moitié des céréaliers ne dégageront aucun revenu en 2020 » (AGPB)
Le syndicat céréalier pointe du doigt la situation très difficile des grandes cultures depuis plusieurs années et qui culmine en…
La production mondiale tous blés (hors Chine) est stable par rapport à l'an passé, écartant le risque de bilan mondial très déficitaire.
[Marché] Blé tendre : les prix peuvent-ils monter en 2020-2021 ?
La bonne récolte mondiale 2020 de blé tendre permettra d’alimenter la demande sans pour autant regonfler les stocks assez bas des…
Sur la ferme de Benoît Le Helloco, le miscanthus avait été implanté pour protéger un cours d'eau. L'agriculteur a désormais décidé d'en implanter sur une ZNT le long d'une habitation qui jouxte sa parcelle. © G. Omnès
Pesticides/riverains : « le miscanthus était la seule solution »
Benoît Le Helloco a décidé d’implanter une bande de miscanthus pour ne plus subir la pression exercée par un riverain qui borde…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures