Aller au contenu principal

Afssa
Une Direction du végétal et de l´environnement destinée à évaluer les intrants végétaux

L´évaluation des intrants végétaux sera désormais assumée par l´Afssa(1) à travers une structure spécialisée et dotée de moyens nécessaires : la Direction du végétal et de l´environnement.


L´entrée en vigueur du décret d´application de l´article 70 de la loi d´orientation agricole relatif au transfert à l´Afssa de l´évaluation des produits phytosanitaires, matières fertilisantes et supports de culture est effective depuis le 21 septembre 2006.
Ainsi, l´Afssa va intégrer dans son évaluation l´impact des produits phytopharmaceutiques, matières fertilisantes et supports de culture sur la qualité des productions végétales, l´environnement, la sécurité du consommateur et la santé des travailleurs. Elle assurera « une transversalité de l´expertise afin de couvrir l´ensemble de la chaîne alimentaire et de garantir la cohérence des évaluations ».
L´évaluation des risques, des bénéfices, la synthèse bénéfice-risque et la formulation des recommandations sur l´emploi des produits sont confiées dorénavant à l´Afssa. ©H. Garnier

Évaluation et gestion du risque séparées
Jusqu´à maintenant, le système français d´homologation des intrants (produits phytosanitaires, matières fertilisantes et supports de culture) se caractérisait par la concentration, au sein du ministère de l´Agriculture, des compétences d´évaluation des produits et d´autorisation de mise sur le marché. Selon François Gerster, chef de projet à la direction générale de l´Afssa(2), « le nouveau dispositif a pour but d´organiser une meilleure séparation de l´évaluation et de la gestion du risque et de créer les conditions de développement des moyens en expertise permettant de traiter l´ensemble des dossiers. L´Afssa aura donc la charge de l´évaluation des risques et des bénéfices mais aussi la synthèse bénéfices-risques et des propositions sur les conditions d´emploi. Dorénavant, la décision du ministre de l´Agriculture interviendra sur la base de l´avis de l´Afssa, après le cas échéant, consultation des autres administrations selon une procédure simplifiée et limitée aux dossiers relatifs aux nouvelles préparations ».
« Ainsi l´évaluation sera assumée par une structure spécialisée, dotée de moyens nécessaires » . La Direction du végétal et de l´environnement (ainsi est dénommée cette nouvelle structure dépendant de l´Afssa), basée sur le site de Maisons-Alfort, est chargée de transmettre des avis aux autorités administratives qui procèdent à la délivrance des autorisations de mise sur le marché des produits. Elle sera soumise à des délais con-traints (dix mois pour les dossiers les plus compliqués, cinq pour les plus simples). « Cette nouvelle structure va monter en puissance en fonction du travail requis » , estime François Gerster. Le nombre de postes va évoluer en fonction des demandes. L´Afssa prévoit une structure de base qui devrait fonctionner avec environ 90 personnes en équivalent temps plein (ETP). Cependant compte tenu des 5000 dossiers actuellement en cours, 60 postes supplémentaires (ETP) vont être créés pour traiter ce surplus de travail. « Cette direction devrait donc compter environ 150 postes à sa création pour se stabiliser à environ 90 une fois les dossiers en cours écoulés. »
(1) Afssa : Agence française de sécurité sanitaire des aliments.
(2) voir l´interview de François Gerster, dans la dernière lettre d´information de l´Agence française de sécurité sanitaire des aliments (juin 2006).
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Par défaut, la zone non traitée s’établit à partir de la limite de propriété du riverain et non à partir de ses bâtiments.  © C. Watier
Réglementation/ZNT : les 8 questions que tout agriculteur doit se poser pour éviter les pièges
Les zones non traitées à mettre en place près des habitations viennent compliquer le travail au champ, la gestion du parcellaire…
Sébastien Windsor Chambres d'agriculture
« 15 % des agriculteurs pourraient ne pas passer l’année » dans les zones intermédiaires (Chambres d'agriculture)
Sébastien Windsor , président de l'assemblée permanente des chambres d'agriculture, a alerté sur la situation difficile de…
plan de relance - volet agricole
Plan de relance/agriculture : 1,2 milliard d'euros pour la souveraineté agroalimentaire française
Plan protéines doté de 100 millions d'euros, "aide à la conversion" pour l'agroéquipement, crédit d'impôt pour la certification…
Avec une année 2020 "catastrophique" faisant suite à plusieurs mauvaises campagnes, les responsables de l'AGPB Eric Thirouin (président, à gauche) et Philippe Heusèle (secrétaire général) ont appelé à des mesures d'urgence pour soutenir le secteur. © G. Omnès
« Plus de la moitié des céréaliers ne dégageront aucun revenu en 2020 » (AGPB)
Le syndicat céréalier pointe du doigt la situation très difficile des grandes cultures depuis plusieurs années et qui culmine en…
La production mondiale tous blés (hors Chine) est stable par rapport à l'an passé, écartant le risque de bilan mondial très déficitaire.
[Marché] Blé tendre : les prix peuvent-ils monter en 2020-2021 ?
La bonne récolte mondiale 2020 de blé tendre permettra d’alimenter la demande sans pour autant regonfler les stocks assez bas des…
chargement d'un bateau au port céréalier de Rouen
Blé tendre : les exportations françaises menacée par la Russie sur l'Algérie
Selon Thierry de Boussac, du Synacomex, le cahier des charges de l'office d'Etat algérien, en charge des importations de blé…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures