Aller au contenu principal

Audit des risques d´exploitation
Une démarche concrète de partenariat

L´audit des risques d´exploitation est l´un des résultats d´un travail sur l´avenir des exploitations de la région, mené en partenariat et sous la houlette de Crédit agricole Centre-Loire.


« L´agriculture, c´est-à-dire les exploitations mais aussi les activités d´amont et d´aval, est notre coeur de métier, explique Roger Courtinat, responsable du département agriculture à la caisse régionale du Crédit agricole Centre-Loire. Nous avons une attitude volontariste sur ce secteur. Au-delà du financement des entreprises, nous voulons jouer notre rôle d´acteur économique sur notre territoire », poursuit-il.
Ceci a conduit la caisse régionale à un travail approfondi sur l´avenir des différentes filières agricoles présentes sur sa zone (le Loiret, le Cher et la Nièvre) : l´arboriculture, l´élevage allaitant et les grandes cultures. Celles-ci sont très présentes dans le Loiret et dans le Cher, avec notamment la Champagne berrichonne qui est à 100 % en Scop. « Les grandes cultures représentent 60 % de nos engagements financiers », précise le responsable.
Roger Courtinat, Crédit agricole Centre-Loire. « Les agriculteurs se demandent comment exploiter dans un monde qui bouge. » ©M.-H. Vincent

Dans quelles conditions continuer à gagner sa vie en grandes cultures dans un contexte de baisse annoncée des aides ? Ceci, en évitant une concentration trop rapide des exploitations par agrandissement, pour garder des exploitations sur le territoire et éviter la constitution de grosses unités, difficiles à transmettre.Tel était le sujet du travail de réflexion mené avec les chambres d´agriculture, les centres de gestion, les coopératives et Arvalis.
En parallèle, durant l´hiver 2003-2004, 19 réunions ont rassemblés 900 agriculteurs. D´un questionnaire qui leur était proposé, il ressort qu´ils ont conscience de « la nécessité de bouger », que beaucoup, loin d´être découragés par le contexte, sont effectivement décidés à bouger et ont la capacité de le faire mais ne savent pas comment. Ils expriment le besoin d´un appui méthodologique.
Des réalisations concrètes voient le jour. Quand un petit groupe s´interroge localement sur l´opportunité de mise en commun de moyens, la caisse régionale propose un accompagnement avec Cap Optim´(1). C´est une méthodologie de préparation avant de se lancer pour construire un projet adapté aux objectifs du groupe.

(1) Optim´ pour optimisation des moyens.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Par défaut, la zone non traitée s’établit à partir de la limite de propriété du riverain et non à partir de ses bâtiments.  © C. Watier
Réglementation/ZNT : les 8 questions que tout agriculteur doit se poser pour éviter les pièges
Les zones non traitées à mettre en place près des habitations viennent compliquer le travail au champ, la gestion du parcellaire…
Sébastien Windsor Chambres d'agriculture
« 15 % des agriculteurs pourraient ne pas passer l’année » dans les zones intermédiaires (Chambres d'agriculture)
Sébastien Windsor , président de l'assemblée permanente des chambres d'agriculture, a alerté sur la situation difficile de…
plan de relance - volet agricole
Plan de relance/agriculture : 1,2 milliard d'euros pour la souveraineté agroalimentaire française
Plan protéines doté de 100 millions d'euros, "aide à la conversion" pour l'agroéquipement, crédit d'impôt pour la certification…
Avec une année 2020 "catastrophique" faisant suite à plusieurs mauvaises campagnes, les responsables de l'AGPB Eric Thirouin (président, à gauche) et Philippe Heusèle (secrétaire général) ont appelé à des mesures d'urgence pour soutenir le secteur. © G. Omnès
« Plus de la moitié des céréaliers ne dégageront aucun revenu en 2020 » (AGPB)
Le syndicat céréalier pointe du doigt la situation très difficile des grandes cultures depuis plusieurs années et qui culmine en…
chargement d'un bateau au port céréalier de Rouen
Blé tendre : les exportations françaises menacée par la Russie sur l'Algérie
Selon Thierry de Boussac, du Synacomex, le cahier des charges de l'office d'Etat algérien, en charge des importations de blé…
Sur la ferme de Benoît Le Helloco, le miscanthus avait été implanté pour protéger un cours d'eau. L'agriculteur a désormais décidé d'en implanter sur une ZNT le long d'une habitation qui jouxte sa parcelle. © G. Omnès
Pesticides/riverains : « le miscanthus était la seule solution »
Benoît Le Helloco a décidé d’implanter une bande de miscanthus pour ne plus subir la pression exercée par un riverain qui borde…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures