Aller au contenu principal

FILIÈRE POMME DE TERRE
Une certaine prudence vis-à-vis des contrats

Une enquête révèle que les producteurs de pomme de terre ne sont pas favorables à la généralisation des contrats. Ils réclament des outils de contrôle.

Contrairement aux filières fruits et légumes, le secteur de la pomme de terre n’a pas le couteau sous la gorge pour mettre en oeuvre les dispositions de la Loi de modernisation agricole (LMA) concernant la contractualisation. Le CNIPT, l’interprofession de la pomme de terre, veut en profiter pour mieux cerner les pratiques de contractualisation dans le secteur et faire des propositions d’ici juin.

Une enquête, confiée au cabinet ANDInternational et présentée lors de l’assemblée générale du CNIPT, met en évidence que les contrats ont tendance à stagner depuis cinq ans.

DAVANTAGE D’ENCADREMENT

« Quarante pour cent des 120 agriculteurs interrogés disent commercialiser plus de 40 % de leur récolte sous contrat et 36 % disent vendre la totalité sur le marché libre », souligne Christian Renault, d’AND-International. Concernant les litiges, la perception est très différente si l’on pose la question aux producteurs ou aux négociants : « les premiers considèrent qu’ils rencontrent des litiges dans 10 % des cas, contre seulement 1 % chez les seconds », poursuit-il. Les producteurs souhaitent à 61 % que les contrats ne se développent pas davantage, les jugeant trop défavorables pour eux, et 76 % préfèrent une contractualisation sur seulement la moitié de leur production. Ils réclament de nouveaux outils pour que les contrats soient plus objectifs et mieux respectés.

Le CNIPT travaille sur quatre pistes : un observatoire des contrats, la préparation d’un guide de bonnes pratiques contractuelles, la mise en place d’indicateurs de tendance de marchés représentatifs et une instance de règlement des litiges. « Notre objectif est de privilégier un accord interprofessionnel sur la contractualisation plutôt qu’un décret imposé par l’État, précise Patrick Trillon, président de l’UNPT, représentant les producteurs. Si nous mettons au point un type de contrat, fusse-t-il avec des données relativement larges, cela faciliterait le règlement des litiges. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

[vidéo] Julien Denormandie : « La transition agroécologique impose de créer de la valeur. »
Interrogé par les parlementaires, le ministre de l’agriculture a estimé que peu de secteurs peuvent se prévaloir des efforts…
L’érosion du revenu en grandes cultures depuis vingt ans est impressionnante, si l'on en juge par les statistiques officielles du Rica. © G. Omnès
Revenu : peut-on encore gagner sa vie en grandes cultures ?
Peut-on encore gagner sa vie en produisant des grandes cultures ? La question n’est plus déplacée au regard des résultats…
Le puceron (ici Sitobion avenae) n'occasionne pas de dégâts directs mais transmets des virus aux céréales © Christian Gloria
Insecticides : faut-il traiter contre les pucerons sur céréales maintenant ?
Le risque JNO est à nouveau élevé cet automne. Devant la douceur prolongée des températures, Arvalis recommande aux producteurs…
Thierry Maillier est agriculteur dans les Yvelines. "Les rendements du sorgho atteignent parfois les 100 quintaux/hectare." © C. Baudart
Thierry Maillier, dans les Yvelines : « En 2021, je sèmerai dix-huit hectares de sorgho grain »
Il est l’initiateur de la culture du sorgho grain sur son territoire, à la croisée entre les Yvelines, la Normandie et la région…
Comprendre les enjeux de la future PAC en 6 questions
Conditionnalité environnementale renforcée, paiements verts revisités… L’Europe fixe de nouveaux objectifs à la PAC, et laissera…
Un résultat courant en céréales et oléoprotéagineux sous la moyenne des autres secteurs depuis 2013Résultat courant avant impôts (charges sociales de l'exploitant déduites) par unité de travail non salarié, en euros courants © Source : Rica.
Le revenu en grandes cultures expliqué en 3 graphiques
Privilégiés, les producteurs de grandes cultures ? L'étude des chiffres montre que leurs revenus se situent plutôt en-dessous de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures