Aller au contenu principal

FILIÈRE POMME DE TERRE
Une certaine prudence vis-à-vis des contrats

Une enquête révèle que les producteurs de pomme de terre ne sont pas favorables à la généralisation des contrats. Ils réclament des outils de contrôle.

Contrairement aux filières fruits et légumes, le secteur de la pomme de terre n’a pas le couteau sous la gorge pour mettre en oeuvre les dispositions de la Loi de modernisation agricole (LMA) concernant la contractualisation. Le CNIPT, l’interprofession de la pomme de terre, veut en profiter pour mieux cerner les pratiques de contractualisation dans le secteur et faire des propositions d’ici juin.

Une enquête, confiée au cabinet ANDInternational et présentée lors de l’assemblée générale du CNIPT, met en évidence que les contrats ont tendance à stagner depuis cinq ans.

DAVANTAGE D’ENCADREMENT

« Quarante pour cent des 120 agriculteurs interrogés disent commercialiser plus de 40 % de leur récolte sous contrat et 36 % disent vendre la totalité sur le marché libre », souligne Christian Renault, d’AND-International. Concernant les litiges, la perception est très différente si l’on pose la question aux producteurs ou aux négociants : « les premiers considèrent qu’ils rencontrent des litiges dans 10 % des cas, contre seulement 1 % chez les seconds », poursuit-il. Les producteurs souhaitent à 61 % que les contrats ne se développent pas davantage, les jugeant trop défavorables pour eux, et 76 % préfèrent une contractualisation sur seulement la moitié de leur production. Ils réclament de nouveaux outils pour que les contrats soient plus objectifs et mieux respectés.

Le CNIPT travaille sur quatre pistes : un observatoire des contrats, la préparation d’un guide de bonnes pratiques contractuelles, la mise en place d’indicateurs de tendance de marchés représentatifs et une instance de règlement des litiges. « Notre objectif est de privilégier un accord interprofessionnel sur la contractualisation plutôt qu’un décret imposé par l’État, précise Patrick Trillon, président de l’UNPT, représentant les producteurs. Si nous mettons au point un type de contrat, fusse-t-il avec des données relativement larges, cela faciliterait le règlement des litiges. »

Les plus lus

« Nous mettons à disposition des saisonniers une fiche de poste et des notes de service avec les règles de sécurité, comme l’interdiction de l’usage du téléphone sur la route, le respect de la limitation de vitesse, explique Nicolas Hubail. Le salarié s’engage à respecter les consignes et atteste qu’il a été sensibilisé aux risques du travail et au Code de la route. » © N. Hubail
Conduite d’engins agricoles : « Nous sensibilisons les salariés au Code de la route dès leur arrivée »
Formation des salariés, signature de documents de prévention, sanctions en cas de mauvais comportement : pour Nicolas Hubail,…
Moisson 2021 : une récolte de blé tendre en net rebond
Avec des rendements en blé tendre attendus autour de 75 q/ha, la moisson tricolore devrait renouer avec des volumes confortables…
cartes agence bio surfaces 2020
Agriculture biologique : les surfaces continuent de croître en grandes cultures
Les surfaces certifiées bio ont continué d'augmenter en grandes cultures en 2020, mais les surfaces en cours de conversion…
« Pour l’implantation du colza, limiter au maximum le travail du sol pour maintenir la fraîcheur »
Le colza est une plante exigeante sur la structure du sol, surtout avec des semis effectués en plein été. Chargé d’études sur l’…
L'indice des fermages pour les prochaines factures est de 106,48 © C. Baudart
Terres agricoles : hausse de l’indice des fermages 2021
Le nouvel indice du fermage vient de paraître au Journal officiel. Fixé à 106,48, il connaît ainsi sa troisième hausse en trois…
Moisson 2021 : vers une récolte abondante et historiquement tardive
En ce début juillet, le temps instable se poursuit et les pluies, même faibles, se succèdent, retardant les moissons. Les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures