Aller au contenu principal

Un plan de grande envergure pour relancer la filière blé dur

Les surfaces de blé dur ont fortement chuté depuis quatre ans. La filière française se mobilise pour prendre une place de leader européen.

Les acteurs de la filière blé dur ont décidé de réagir face à une baisse de 40 % des surfaces de la céréale en France entre 2010 et 2014. Ils ont annoncé un plan de relance le 5 février, à Tours lors de la journée de la filière. Celle-ci est confrontée à un paradoxe : les surfaces ont baissé de 500 000 à 300 000 hectares entre 2010 et 2014 alors même que le marché international est très demandeur et que les prix mondiaux sont soutenus. Cette importante chute s’explique en partie par le fait que le blé dur est perçu par les producteurs comme une culture à risque, à la rentabilité difficile. Pourtant, selon Yannick Carel d'Arvalis, « en moyenne sur dix ans, la marge brute du blé dur est supérieure à celle du blé tendre de plus de 200 €/ha, et de plus de 130 €/ha en moyenne sur cinq ans ». Les facteurs de risques concernant la qualité et le gel restent malgré tout à prendre en compte.

 

Plus de 3 millions de tonnes en 2020-2025

Le plan de relance français se fixe des objectifs ambitieux en termes de production : atteindre 3 à 3,5 millions de tonnes (Mt) à l’horizon 2020-2025, contre 1,3 Mt en 2014, sachant que le record historique est de 2,3 Mt en 2010. Pour cela, il vise à développer les surfaces dans tous les bassins de production, à faire reconnaître le blé dur comme une espèce spécifique au regard de la PAC et à pérenniser le soutien communautaire par une aide couplée en zone traditionnelle. Le plan a également pour ambition de valoriser l’exportation qui représente la grande majorité de la production en proposant une offre visible, continue et répondant aux besoins qualitatifs des utilisateurs. Il visera enfin à consolider la transformation en France, qui devra plus que doubler pour atteindre 0,5 à 0,7 Mt.

Des stocks mondiaux au plus bas


La situation à l’échelle mondiale n'est pas meilleure : la production de la campagne 2014 a atteint 32,7 millions de tonnes (Mt) pour une consommation de 35,8 Mt. Les stocks sont donc au plus bas, à un niveau jamais vu depuis plus de dix ans (4,2 Mt).

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Par défaut, la zone non traitée s’établit à partir de la limite de propriété du riverain et non à partir de ses bâtiments.  © C. Watier
Réglementation/ZNT : les 8 questions que tout agriculteur doit se poser pour éviter les pièges
Les zones non traitées à mettre en place près des habitations viennent compliquer le travail au champ, la gestion du parcellaire…
Sébastien Windsor Chambres d'agriculture
« 15 % des agriculteurs pourraient ne pas passer l’année » dans les zones intermédiaires (Chambres d'agriculture)
Sébastien Windsor , président de l'assemblée permanente des chambres d'agriculture, a alerté sur la situation difficile de…
plan de relance - volet agricole
Plan de relance/agriculture : 1,2 milliard d'euros pour la souveraineté agroalimentaire française
Plan protéines doté de 100 millions d'euros, "aide à la conversion" pour l'agroéquipement, crédit d'impôt pour la certification…
Avec une année 2020 "catastrophique" faisant suite à plusieurs mauvaises campagnes, les responsables de l'AGPB Eric Thirouin (président, à gauche) et Philippe Heusèle (secrétaire général) ont appelé à des mesures d'urgence pour soutenir le secteur. © G. Omnès
« Plus de la moitié des céréaliers ne dégageront aucun revenu en 2020 » (AGPB)
Le syndicat céréalier pointe du doigt la situation très difficile des grandes cultures depuis plusieurs années et qui culmine en…
chargement d'un bateau au port céréalier de Rouen
Blé tendre : les exportations françaises menacée par la Russie sur l'Algérie
Selon Thierry de Boussac, du Synacomex, le cahier des charges de l'office d'Etat algérien, en charge des importations de blé…
Sur la ferme de Benoît Le Helloco, le miscanthus avait été implanté pour protéger un cours d'eau. L'agriculteur a désormais décidé d'en implanter sur une ZNT le long d'une habitation qui jouxte sa parcelle. © G. Omnès
Pesticides/riverains : « le miscanthus était la seule solution »
Benoît Le Helloco a décidé d’implanter une bande de miscanthus pour ne plus subir la pression exercée par un riverain qui borde…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures