Aller au contenu principal

Un nouvel étiquetage sur les produits phyto

La réglementation se met aux normes internationales. L'objectif est de mieux informer et d'alerter l'utilisateur pour l'inciter à se protéger.

Vous l'avez peut-être déjà remarqué : les étiquettes des produits phyto ont changé. Les firmes phytosanitaires ont jusqu'au 1er juin 2015 pour se mettre en conformité avec la nouvelle réglementation. L'objectif du système général harmonisé (GHS) de classification et d'étiquetage des produits chimiques et de sa déclinaison européenne « classification, labelling and packaging » (CLP) est d'améliorer la protection de l'utilisateur et de l'environnement grâce à une communication universelle. Ainsi, les produits phytosanitaires seront soumis aux mêmes règles de classification et d'étiquetage que tous les autres produits chimiques -- d'entretien, d'hygiène ou encore de bricolage -- à travers le monde.
Outre les changements de pictogrammes, ce sont aussi les mentions qui vont être modifiées ainsi que les libellés de catégories de danger, d'où la nécessité absolue de se familiariser à ce nouveau dispositif car il a des conséquences sur le classement des produits dans le local phyto, et sur la réglementation concernant les mélanges qui devra être remise à jour d'ici le 1er juin 2015.

Des pictogrammes plus visibles et plus compréhensibles


La première grande évolution, et la plus visible, est le changement de pictogrammes. « On passe d'un carré noir sur fond orange à un losange rouge sur fond blanc nettement plus visible », souligne Vincent Jacus, responsable bonnes pratiques phyto chez BASF. À ce pictogramme est ajouté un avertissement indiquant le niveau de gravité : soit le mot DANGER pour les produits les plus dangereux, soit le mot ATTENTION pour les autres. Un nouveau pictogramme fait son apparition, montrant une silhouette qui est affectée au niveau du torse pour symboliser un danger pour la santé.
À ces pictogrammes sont associés des mentions de danger, appelées auparavant phrases de risques. Dans leur numérotation, la lettre R (pour risque) est remplacée par un H. « Le H correspond au mot 'hazard' en anglais qui se traduit par 'danger', et c'est tout l'esprit de cette nouvelle classification, souligne Isabelle Delpuech, responsable agriculture durable Steward
ship chez Syngenta. Le principe fondamental est de mieux distinguer les notions de risque et de danger, ce qui n'était pas le cas jusqu'alors. » Et les conseils de prudence, autrefois notés S, sont repérés désormais par un P pour 'prudence'. « Le vocabulaire employé dans les mentions de danger est beaucoup plus clair, moins ampoulé qu'auparavant. La formulation du libellé est plus alertante afin que les utilisateurs se protègent davantage », complète Vincent Jacus. Par exemple la phrase R36 est libellé « irritant pour les yeux », alors que la mention H319 correspondante indique « provoque une sérieuse irritation des yeux ».


Le vocabulaire utilisé se veut plus alertant


Autre exemple qui montre la volonté du législateur de susciter une prise de conscience, avec la phrase de risque R40 indiquant « effet cancérogène suspecté : preuves insuffisantes » qui devient dans la mention H351 « susceptible de provoquer le cancer ». La sémantique joue son rôle dans la dramatisation incitant à prendre des gants, porter un tablier et une visière. « Attention ! il n'y a pas toujours une correspondance exacte entre les anciennes phrases de risques et les nouvelles mentions de dangers de la classification CLP », précise Vincent Jacus. Ainsi, les seuils de toxicité ont été abaissés, ce qui fait que certains produits se retrouvent avec une mention correspondant à un produit irritant et le pictogramme qui va avec, c'est-à-dire le point d'exclamation, alors qu'il ne l'était pas jusqu'alors. Pourtant, sa formulation n'a pas changé. « Le législateur a mis l'accent sur le visuel et a pris davantage de sécurité. C'est comme pour la sécurité routière, illustre-t-il. Quand la vitesse autorisée est modifiée, on se retrouve en infraction alors que l'on ne l'était pas jusqu'alors avec la même vitesse. »

Les produits à séparer dans le local phyto


Les produits classés toxiques et CMR (cancérogènes, mutagènes, reprotoxiques) doivent être isolés des autres. Jusqu'alors, on retrouvait le même pictogramme (la croix avec le libellé Nocif) pour les produits présentant une toxicité chronique (CMR) et une toxicité aigüe (non CMR).
Désormais, tous les produits à séparer sont ceux classés toxiques qui ont le pictogramme « tête de mort » et ceux classés CMR qui ont le pictogramme « silhouette ».

 

Pour en savoir plus :

Les firmes phytosanitaires ont des dossiers très complets sur le nouvel étiquetage, notamment
. www.syngenta-agro.fr (rubrique bonnes pratiques)
. www.agro.basf.fr (rubrique réglementation)
. www.bayer-agri.fr (rubrique l'étiquette)

Les plus lus

Les disponibilités en azote sont exceptionnellement faibles, au risque d'impacter la récolte prochaine.
Flambée des prix et risque de pénurie pour les engrais azotés
En sympathie avec les prix du gaz, les cours des engrais azotés pulvérisent les records. Pire, l’offre est limitée. Pour espérer…
Surcroît de travail, étalement du parcellaire et allongement des distances... Toutes les conséquences de l'agrandissement doivent être envisagées afin d'en évaluer l'impact sur les conditions de travail au quotidien.
Foncier agricole : quatre questions à se poser avant de s’agrandir
Lorsqu’une opportunité se présente, s’agrandir est souvent tentant. Mais les économies d’échelle ne sont pas forcément au rendez-…
Face aux dégradations, Cécile Ruèche, agricultrice à Bailly dans les Yvelies, a installé des panneaux pour expliquer le rôle des bandes enherbées et en interdire l'accès. Ces zones tampons sont désormais mieux respectées.
Agriculture périurbaine : « Ne pas rester seul face aux incivilités dans la plaine »
En zone périurbaine, incivilités et dégradations des parcelles sont usantes. L’action collective permet de ne pas se décourager…
Les faibles poids spécifiques sont le principal point faible de la récolte 2021 de blé tendre en France. La teneur en protéines est en revanche satisfaisante.
Qualité des blés 2021 : êtes-vous dans la moyenne ?
Ce n’est pas une grande année pour la qualité des blés français, notamment en raison de l’effondrement du poids spécifique sous l…
Le prix du blé dur français a répliqué la forte hausse enregistrée en Amérique du Nord au cours de l'été pour dépasser 400 €/t.
Blé dur : pourquoi les prix explosent malgré une qualité française médiocre ?
La récolte canadienne rachitique fragilise l’équilibre offre/demande du bilan mondial de blé dur, provoquant l’envolée des prix…
Circuler avec les engins agricoles sur les routes très fréquentées requiert des précautions.
Agriculture périurbaine : « Pour accéder à mes parcelles, j’évite les entrées et sorties de bureau »
Circulation difficile, dégâts de lapins, dépôts sauvages… Des agriculteurs situés en zone périurbaine cherchent la parade face à…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures