Aller au contenu principal

Un nouvel étiquetage sur les produits phyto

La réglementation se met aux normes internationales. L'objectif est de mieux informer et d'alerter l'utilisateur pour l'inciter à se protéger.

Vous l'avez peut-être déjà remarqué : les étiquettes des produits phyto ont changé. Les firmes phytosanitaires ont jusqu'au 1er juin 2015 pour se mettre en conformité avec la nouvelle réglementation. L'objectif du système général harmonisé (GHS) de classification et d'étiquetage des produits chimiques et de sa déclinaison européenne « classification, labelling and packaging » (CLP) est d'améliorer la protection de l'utilisateur et de l'environnement grâce à une communication universelle. Ainsi, les produits phytosanitaires seront soumis aux mêmes règles de classification et d'étiquetage que tous les autres produits chimiques -- d'entretien, d'hygiène ou encore de bricolage -- à travers le monde.
Outre les changements de pictogrammes, ce sont aussi les mentions qui vont être modifiées ainsi que les libellés de catégories de danger, d'où la nécessité absolue de se familiariser à ce nouveau dispositif car il a des conséquences sur le classement des produits dans le local phyto, et sur la réglementation concernant les mélanges qui devra être remise à jour d'ici le 1er juin 2015.

Des pictogrammes plus visibles et plus compréhensibles


La première grande évolution, et la plus visible, est le changement de pictogrammes. « On passe d'un carré noir sur fond orange à un losange rouge sur fond blanc nettement plus visible », souligne Vincent Jacus, responsable bonnes pratiques phyto chez BASF. À ce pictogramme est ajouté un avertissement indiquant le niveau de gravité : soit le mot DANGER pour les produits les plus dangereux, soit le mot ATTENTION pour les autres. Un nouveau pictogramme fait son apparition, montrant une silhouette qui est affectée au niveau du torse pour symboliser un danger pour la santé.
À ces pictogrammes sont associés des mentions de danger, appelées auparavant phrases de risques. Dans leur numérotation, la lettre R (pour risque) est remplacée par un H. « Le H correspond au mot 'hazard' en anglais qui se traduit par 'danger', et c'est tout l'esprit de cette nouvelle classification, souligne Isabelle Delpuech, responsable agriculture durable Steward
ship chez Syngenta. Le principe fondamental est de mieux distinguer les notions de risque et de danger, ce qui n'était pas le cas jusqu'alors. » Et les conseils de prudence, autrefois notés S, sont repérés désormais par un P pour 'prudence'. « Le vocabulaire employé dans les mentions de danger est beaucoup plus clair, moins ampoulé qu'auparavant. La formulation du libellé est plus alertante afin que les utilisateurs se protègent davantage », complète Vincent Jacus. Par exemple la phrase R36 est libellé « irritant pour les yeux », alors que la mention H319 correspondante indique « provoque une sérieuse irritation des yeux ».


Le vocabulaire utilisé se veut plus alertant


Autre exemple qui montre la volonté du législateur de susciter une prise de conscience, avec la phrase de risque R40 indiquant « effet cancérogène suspecté : preuves insuffisantes » qui devient dans la mention H351 « susceptible de provoquer le cancer ». La sémantique joue son rôle dans la dramatisation incitant à prendre des gants, porter un tablier et une visière. « Attention ! il n'y a pas toujours une correspondance exacte entre les anciennes phrases de risques et les nouvelles mentions de dangers de la classification CLP », précise Vincent Jacus. Ainsi, les seuils de toxicité ont été abaissés, ce qui fait que certains produits se retrouvent avec une mention correspondant à un produit irritant et le pictogramme qui va avec, c'est-à-dire le point d'exclamation, alors qu'il ne l'était pas jusqu'alors. Pourtant, sa formulation n'a pas changé. « Le législateur a mis l'accent sur le visuel et a pris davantage de sécurité. C'est comme pour la sécurité routière, illustre-t-il. Quand la vitesse autorisée est modifiée, on se retrouve en infraction alors que l'on ne l'était pas jusqu'alors avec la même vitesse. »

Les produits à séparer dans le local phyto


Les produits classés toxiques et CMR (cancérogènes, mutagènes, reprotoxiques) doivent être isolés des autres. Jusqu'alors, on retrouvait le même pictogramme (la croix avec le libellé Nocif) pour les produits présentant une toxicité chronique (CMR) et une toxicité aigüe (non CMR).
Désormais, tous les produits à séparer sont ceux classés toxiques qui ont le pictogramme « tête de mort » et ceux classés CMR qui ont le pictogramme « silhouette ».

 

Pour en savoir plus :

Les firmes phytosanitaires ont des dossiers très complets sur le nouvel étiquetage, notamment
. www.syngenta-agro.fr (rubrique bonnes pratiques)
. www.agro.basf.fr (rubrique réglementation)
. www.bayer-agri.fr (rubrique l'étiquette)

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Par défaut, la zone non traitée s’établit à partir de la limite de propriété du riverain et non à partir de ses bâtiments.  © C. Watier
Réglementation/ZNT : les 8 questions que tout agriculteur doit se poser pour éviter les pièges
Les zones non traitées à mettre en place près des habitations viennent compliquer le travail au champ, la gestion du parcellaire…
Sébastien Windsor Chambres d'agriculture
« 15 % des agriculteurs pourraient ne pas passer l’année » dans les zones intermédiaires (Chambres d'agriculture)
Sébastien Windsor , président de l'assemblée permanente des chambres d'agriculture, a alerté sur la situation difficile de…
plan de relance - volet agricole
Plan de relance/agriculture : 1,2 milliard d'euros pour la souveraineté agroalimentaire française
Plan protéines doté de 100 millions d'euros, "aide à la conversion" pour l'agroéquipement, crédit d'impôt pour la certification…
Avec une année 2020 "catastrophique" faisant suite à plusieurs mauvaises campagnes, les responsables de l'AGPB Eric Thirouin (président, à gauche) et Philippe Heusèle (secrétaire général) ont appelé à des mesures d'urgence pour soutenir le secteur. © G. Omnès
« Plus de la moitié des céréaliers ne dégageront aucun revenu en 2020 » (AGPB)
Le syndicat céréalier pointe du doigt la situation très difficile des grandes cultures depuis plusieurs années et qui culmine en…
La production mondiale tous blés (hors Chine) est stable par rapport à l'an passé, écartant le risque de bilan mondial très déficitaire.
[Marché] Blé tendre : les prix peuvent-ils monter en 2020-2021 ?
La bonne récolte mondiale 2020 de blé tendre permettra d’alimenter la demande sans pour autant regonfler les stocks assez bas des…
Sur la ferme de Benoît Le Helloco, le miscanthus avait été implanté pour protéger un cours d'eau. L'agriculteur a désormais décidé d'en implanter sur une ZNT le long d'une habitation qui jouxte sa parcelle. © G. Omnès
Pesticides/riverains : « le miscanthus était la seule solution »
Benoît Le Helloco a décidé d’implanter une bande de miscanthus pour ne plus subir la pression exercée par un riverain qui borde…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures