Aller au contenu principal

Betteraves et sucre
Un nouvel accord interprofessionnel

Un accord interprofessionnel entre planteurs de betteraves et industriels du sucre a été signé pour la campagne 2006 suite au nouveau réglement sucre européen.


La réforme de l´organisation commune de marché du sucre, avec la baisse du prix du sucre, la fin du quota C notamment, imposait de revoir l´accord interprofessionnel qui lie livreurs de betteraves et industriels. Voilà qui est fait. Contrairement aux accords précédents celui-ci n´est pas pluri-annuel, il n´est conclu que pour la récolte 2006.
Des conditions d´achats des betteraves modifiées par le nouvel accord. ©S. Randé

Un accord de transition dans un esprit de filière
« Ce nouvel accord interprofessionnel présente des plus et des moins pour les planteurs. Je le considère comme un accord de transition. J´estime que des voies de progrès existent pour les deux professions, à condition de les envisager dans un esprit de filière. Je reste donc persuadé que la filière tout entière tirerait bénéfice d´un accord qui prépare mieux l´avenir, et je mise sur un sursaut de nos partenaires industriels pour y parvenir en 2007 », a déclaré Dominique Ducroquet, président de la Confédération générale des planteurs de betteraves.
Ce nouvel accord modifie le précédent sur la tare-terre, sur les achats de betteraves et sur les pulpes. Il comporte des nouveautés sur la gestion des betteraves hors quota ainsi que sur le report de déficit de production, deux points importants liés à la disparition du quota C ou hors quota. Il instaure une « prime » sur le marché du sucre, si le cours du sucre constaté par l´observatoire des prix mis en place par la Commission de Bruxelles, est supérieur de plus de 50 euros au prix de référence.
Par ailleurs, lors de la réception des betteraves, pour des silos importants, tous les camions ne seront pas systématiquement échantillonnés, ceci devrait accélerer les livraisons dans les usines.

Les plus lus

« Nous mettons à disposition des saisonniers une fiche de poste et des notes de service avec les règles de sécurité, comme l’interdiction de l’usage du téléphone sur la route, le respect de la limitation de vitesse, explique Nicolas Hubail. Le salarié s’engage à respecter les consignes et atteste qu’il a été sensibilisé aux risques du travail et au Code de la route. » © N. Hubail
Conduite d’engins agricoles : « Nous sensibilisons les salariés au Code de la route dès leur arrivée »
Formation des salariés, signature de documents de prévention, sanctions en cas de mauvais comportement : pour Nicolas Hubail,…
Moisson 2021 : une récolte de blé tendre en net rebond
Avec des rendements en blé tendre attendus autour de 75 q/ha, la moisson tricolore devrait renouer avec des volumes confortables…
L'indice des fermages pour les prochaines factures est de 106,48 © C. Baudart
Terres agricoles : hausse de l’indice des fermages 2021
Le nouvel indice du fermage vient de paraître au Journal officiel. Fixé à 106,48, il connaît ainsi sa troisième hausse en trois…
cartes agence bio surfaces 2020
Agriculture biologique : les surfaces continuent de croître en grandes cultures
Les surfaces certifiées bio ont continué d'augmenter en grandes cultures en 2020, mais les surfaces en cours de conversion…
« Pour l’implantation du colza, limiter au maximum le travail du sol pour maintenir la fraîcheur »
Le colza est une plante exigeante sur la structure du sol, surtout avec des semis effectués en plein été. Chargé d’études sur l’…
Moisson 2021 : vers une récolte abondante et historiquement tardive
En ce début juillet, le temps instable se poursuit et les pluies, même faibles, se succèdent, retardant les moissons. Les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures