Aller au contenu principal

Traitement de semences : le produit Systiva arrive sur orge d’hiver

Commercialisé par BASF, le TS Systiva à base d’un fongicide SDHI (fluxapyroxad) est autorisé sur orge d’hiver après de premières utilisations sur orge de printemps début 2021.

Le TS Systiva protège l'orge d'hiver des maladies du semis jusqu'à la dernière feuille étalée, selon BASF.
Le TS Systiva protège l'orge d'hiver des maladies du semis jusqu'à la dernière feuille étalée, selon BASF.
© BASF

Après l’orge de printemps, le traitement de semences Systiva est désormais autorisé sur orge d’hiver dès cet automne. À base de fluxapyroxad (Xemium, SDHI), le produit permet de protéger la céréale de maladies foliaires, principalement de la rhynchosporiose qui est souvent la maladie la plus précoce sur le feuillage. « Systiva permet de repenser la protection fongicide des orges d’hiver : la culture est protégée du semis jusqu’à la dernière feuille étalée, ce qui permet aux agriculteurs de supprimer le premier traitement fongicide foliaire dans un programme à deux applications », communique BASF.

La société recommande de relayer Systiva par un fongicide foliaire sans substance active de la famille des SDHI, positionné au stade DFE (dernière feuille étalée). D’autre part, elle conseille l’association de Systiva avec le TS Premis 25 FS pour assurer une bonne protection contre les maladies des semences comme le charbon nu en plus des maladies foliaires de début de cycle (oïdium, rhynchosporiose et rouille naine). En 2021, dans un essai de BASF dans l’Eure avec une pression en rhynchosporiose moyenne à forte, le produit Systiva a montré une efficacité de plus de 97 % sur les trois feuilles du haut, celles qui font le rendement. Selon BASF, les maladies de l’orge d’hiver causent en moyenne 15 q/ha de nuisibilité sur la céréale.

Les plus lus

Dans son local phytosanitaire, l’agriculteur doit vérifier que chaque produit détient une AMM en cours de validité.
Contrôle phytosanitaire : ce que vous devez savoir pour être prêt sur votre exploitation
Bien connaître la réglementation sur l’usage des phyto est impératif pour se préparer à un contrôle. Vigilance sur le classement…
Les semences de ferme gagnent du terrain au profit des trieurs à façon dont l'activité augmente.
La suprématie des semences fermières bouscule les équilibres de la filière
Les semences de ferme ont pris le pas sur les semences certifiées en céréales à paille. Faut-il s’inquiéter pour l’amélioration…
Via leur rôle de stockage de carbone dans le sol, les grandes cultures contribuent à la lutte contre le changement climatique.
Le label bas carbone grandes cultures est validé
Les filières de grandes cultures ont enfin leur label bas carbone. Ce sésame devrait permettre à des collectifs d’agriculteurs de…
Faire appel à un voisin ou à une entreprise spécialisée limite les soucis mais n'évite pas les explications et les prises de décisions.
Exploitation agricole : à l’âge de la retraite, quelles solutions pour attendre un repreneur ?
À l’approche de la retraite, des agriculteurs veulent lever le pied sans passer la main, en attendant un éventuel repreneur…
Émeric Simon (à gauche) et Yannick Bourdat. « La chimie marche de moins en moins face aux graminées résistantes et, avec des habitations proches, seul le désherbage mécanique permet d’intervenir jusqu’à la périphérie des parcelles. »
« Nous baissons les IFT, pas les rendements, en modifiant nos pratiques culturales »
Au sein d’un groupe Dephy isérois, Yannick Bourdat et Émeric Simon ont modifié parc matériel et assolement pour limiter le…
Tous les produits contenant  du métaldéhyde sont taxés.
Antilimaces : pour le métaldéhyde, coût augmenté et stockage obligatoire en local phyto
A compter de cette année, les produits à base de métaldéhyde font l’objet de taxes spécifiques et d’obligation de stockage en…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures