Aller au contenu principal

Fourrages séchés
Tout juste à l´équilibre, le marché de la luzerne est bien orienté

Le début de la campagne est caractérisé par une baisse des stocks.


Avec un taux moyen en protéines de 18,5 %, la récolte française de luzerne s´inscrit dans une bonne moyenne qualitative, de même qu´en rendement, à 13,9 tonnes/hectare. La production apparaît néanmoins en retrait d´environ 10 % à cause du recul des surfaces consécutif à la fermeture de plusieurs sites. Sur le marché, ces disponibilités, juste à l´équilibre par rapport à la demande intérieure et communautaire, expliquent le retournement favorable des cours. Les stocks de report se limiteront probablement au stock outil et la poursuite d´un nouveau recul des surfaces estimé entre 8 et 10 % ne peut que confirmer la tendance. Trois sites ont fermé en 2006(1), marquant sans doute la dernière étape d´une restructuration entamée un an auparavant avec la fermeture de quatre usines. Ainsi, la production française est estimée cette année à 1 050 000 tonnes soit 405 000 tonnes sous la quantité nationale garantie fixée par l´OCM fourrages séchés. La baisse de la production française en un an est de 107 000 tonnes, s´expliquant pour l´essentiel par les trois fermetures.
En 2005-2006, le marché avait été marqué par la sécheresse espagnole, avec pour conséquence l´absence sur le marché communautaire du principal concurrent de la luzerne française.
Fauche de luzerne en Normandie. Le temps pluvieux d´août et l´arrière-saison favorable ont permis de belles troisième et quatrième coupes. ©S. Leitenberger

Les mauvaises années sont passées
Cependant, des stocks lourds, l´abondance de la production hexagonale et le soja bon marché pesaient sur les cours. Marquée par la baisse des stocks, la campagne s´est ouverte sur un retournement des cours. « Nous avons eu la hausse de l´énergie, les stocks et le découplage. Aujourd´hui, c´est terminé, les mauvaises années sont derrière nous, se réjouit Manuel Balesdant, directeur de France Luzerne. Les perspectives de prix sont à la hausse, celles des stocks à la baisse avec à la clef une meilleure rémunération du planteur ».


(1) Fontaines des Auges à Gendrey ; Saint Yvi, Vert Déshy.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Par défaut, la zone non traitée s’établit à partir de la limite de propriété du riverain et non à partir de ses bâtiments.  © C. Watier
Réglementation/ZNT : les 8 questions que tout agriculteur doit se poser pour éviter les pièges
Les zones non traitées à mettre en place près des habitations viennent compliquer le travail au champ, la gestion du parcellaire…
Sébastien Windsor Chambres d'agriculture
« 15 % des agriculteurs pourraient ne pas passer l’année » dans les zones intermédiaires (Chambres d'agriculture)
Sébastien Windsor , président de l'assemblée permanente des chambres d'agriculture, a alerté sur la situation difficile de…
plan de relance - volet agricole
Plan de relance/agriculture : 1,2 milliard d'euros pour la souveraineté agroalimentaire française
Plan protéines doté de 100 millions d'euros, "aide à la conversion" pour l'agroéquipement, crédit d'impôt pour la certification…
Avec une année 2020 "catastrophique" faisant suite à plusieurs mauvaises campagnes, les responsables de l'AGPB Eric Thirouin (président, à gauche) et Philippe Heusèle (secrétaire général) ont appelé à des mesures d'urgence pour soutenir le secteur. © G. Omnès
« Plus de la moitié des céréaliers ne dégageront aucun revenu en 2020 » (AGPB)
Le syndicat céréalier pointe du doigt la situation très difficile des grandes cultures depuis plusieurs années et qui culmine en…
chargement d'un bateau au port céréalier de Rouen
Blé tendre : les exportations françaises menacée par la Russie sur l'Algérie
Selon Thierry de Boussac, du Synacomex, le cahier des charges de l'office d'Etat algérien, en charge des importations de blé…
Sur la ferme de Benoît Le Helloco, le miscanthus avait été implanté pour protéger un cours d'eau. L'agriculteur a désormais décidé d'en implanter sur une ZNT le long d'une habitation qui jouxte sa parcelle. © G. Omnès
Pesticides/riverains : « le miscanthus était la seule solution »
Benoît Le Helloco a décidé d’implanter une bande de miscanthus pour ne plus subir la pression exercée par un riverain qui borde…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures