Aller au contenu principal

Toujours des munitions dans les sols

Cent ans après la première guerre mondiale, la dizaine de sociétés françaises spécialisées dans la dépollution exhume encore plus ou moins 500 tonnes de munitions chaque année au fil des ventes de terrains et des projets de BTP. La pollution n’est pas que "métallique", mais aussi chimique, à l’image du très instable acide picrique utilisé dans les obus, qui se propage lors de leur décomposition. Comme les autres, les terrains agricoles sont concernés. À Muzeray, dans la Meuse, douze hectares vont ainsi bénéficier prochainement d’un plan de dépollution. Il faut dire qu’à l’été 2015, les agriculteurs de la commune et de deux autres voisines s’étaient vu interdire la vente de leur récolte pour cause de pollution chimique. Outre les champs de bataille, Muzeray a accueilli à l’après-guerre une usine de démantèlement de munitions chimiques de guerre. L’histoire semble se répéter puisque c’est à Bure, dans la Meuse également, que l’on veut enfouir les déchets nucléaires…

Le climat improvise

Qui a dit que le changement climatique ne pouvait pas faire rire ? C’est le défi qu’ont relevé mi-novembre à Paris les étudiants d’écoles d’enseignement supérieur agricole lors d’un match d’improvisation soutenu par le ministère de l’Agriculture. Gaspillage alimentaire, vie dans les sols, auxiliaires de cultures… Les sujets n’étaient pas simples. Mais le public a découvert en riant et en chansons, Gaspi, le roi de la déchetterie, ou la vie des vers de terre. Un beau « coup de théâtre » qui, sur un mode convivial, a permis de parler de sujets sensibles.

Le biocontrôle à l’eau

Si les produits et les techniques de biocontrôle peinent à se développer, le secteur sait mettre le paquet lorsqu’il s’agit de communiquer. Depuis novembre, le logo de Bioline AgroSciences, filiale d’InVivo spécialisée dans les biosolutions qui intègre les produits Biotop, fait ainsi tranquillement le tour du monde. La société sponsorise le skipper irlandais Enda O’Coineen pour l’édition 2016 du Vendée Globe, course de voile autour du monde en solitaire. À produits innovants, modes de communication différents ?

Arterris tente l’aventure

Branchés, urbains, connectés, Franck, Caro et Véro sont ce qui s’appelle des « influenceurs ». Arterris les a sélectionnés via un casting sur internet puis durant cinq jours début juillet, leur a déroulé le tapis rouge afin qu’ils comprennent mieux les métiers et le quotidien des agriculteurs. Au programme : dégustation de vins et produits du terroir, promenade à cheval, tour en bateau dans le port de Sète, ballade en hélico… Une web-série intitulée « La grande aventure » relate cette semaine pas ordinaire. Pas sûr que les trois bloggeurs aient réellement perçu le quotidien d’un agriculteur, mais l’idée a le mérite de l’originalité. À retrouver sur https ://fr-fr.facebook.com/arterris/

Le goût sans les calories

Moins de gras et de sucre mais autant de plaisir gustatif, ce serait donc possible. C’est ce que tend à démontrer le projet européen Terifiq coordonné par l’Inra, qui vise à réduire significativement les quantités de sodium, matières grasses et sucres dans les aliments grâce à la recherche et à l’innovation technologique. Ainsi, l’ajout de polymères de type inuline et l’emploi d’émulsions réduiraient les teneurs en matières grasses et en sucre des muffins et autres madeleines de respectivement 40 % et 25 %. Bonne nouvelle pour le système cardio-vasculaire…

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Par défaut, la zone non traitée s’établit à partir de la limite de propriété du riverain et non à partir de ses bâtiments.  © C. Watier
Réglementation/ZNT : les 8 questions que tout agriculteur doit se poser pour éviter les pièges
Les zones non traitées à mettre en place près des habitations viennent compliquer le travail au champ, la gestion du parcellaire…
Sébastien Windsor Chambres d'agriculture
« 15 % des agriculteurs pourraient ne pas passer l’année » dans les zones intermédiaires (Chambres d'agriculture)
Sébastien Windsor , président de l'assemblée permanente des chambres d'agriculture, a alerté sur la situation difficile de…
plan de relance - volet agricole
Plan de relance/agriculture : 1,2 milliard d'euros pour la souveraineté agroalimentaire française
Plan protéines doté de 100 millions d'euros, "aide à la conversion" pour l'agroéquipement, crédit d'impôt pour la certification…
Avec une année 2020 "catastrophique" faisant suite à plusieurs mauvaises campagnes, les responsables de l'AGPB Eric Thirouin (président, à gauche) et Philippe Heusèle (secrétaire général) ont appelé à des mesures d'urgence pour soutenir le secteur. © G. Omnès
« Plus de la moitié des céréaliers ne dégageront aucun revenu en 2020 » (AGPB)
Le syndicat céréalier pointe du doigt la situation très difficile des grandes cultures depuis plusieurs années et qui culmine en…
chargement d'un bateau au port céréalier de Rouen
Blé tendre : les exportations françaises menacée par la Russie sur l'Algérie
Selon Thierry de Boussac, du Synacomex, le cahier des charges de l'office d'Etat algérien, en charge des importations de blé…
Sur la ferme de Benoît Le Helloco, le miscanthus avait été implanté pour protéger un cours d'eau. L'agriculteur a désormais décidé d'en implanter sur une ZNT le long d'une habitation qui jouxte sa parcelle. © G. Omnès
Pesticides/riverains : « le miscanthus était la seule solution »
Benoît Le Helloco a décidé d’implanter une bande de miscanthus pour ne plus subir la pression exercée par un riverain qui borde…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures