Aller au contenu principal

Stockage des céréales : « Mon installation simple me permet d’atteindre un coût de stockage de 8 €/t »

Jean-Christophe Dupuis est agriculteur à Mancay, en Saône-et-Loire. Depuis 2021, il stocke 1 200 tonnes de grains sur son exploitation. Il a raisonné son investissement au plus juste pour répondre à ses besoins.

Installation de stockage de céréales de Jean-Christophe Dupuis, agriculteur à Mancey, en Saône-et-Loire
Le remplissage du silo se fait au moyen d'une vis sur chariot qui atteint une vitesse de travail de 200 tonnes par heure.
© J.-C. Dupuis

« Notre stockage de céréales est opérationnel depuis la récolte 2021. Notre projet a été motivé par une volonté d’autonomie, notamment dans l’organisation des chantiers de récolte qui devenait compliquée avec la coopérative. Nous avons opté pour une installation assez simple. Elle se compose de trois cellules extérieures de 400 tonnes chacune. Nous avons décidé de ne pas investir dans un élévateur, pour limiter les coûts d’investissement ainsi que les frais de maintenance.

Nous avons donc fait le choix d’une vis sur chariot pour le chargement du stockage. Ce système nous permet d’atteindre une vitesse de travail de 200 tonnes par heure pour remplir la cellule, soit environ 10 minutes pour une benne de 20 tonnes. Pour la reprise, on est plutôt sur 60 tonnes par heure avec un système de vis fixées aux silos, soit une trentaine de minutes pour charger un camion. La tonne stockée nous revient à 8 euros.

Le montant de l’investissement pour les cellules, la vis sur chariot et le montage s’élèvent à 125 000 euros, auxquels il faut ajouter 15 000 euros pour la dalle bétonnée. Nous avons pour projet d’investir dans une quatrième cellule de 400 tonnes, ainsi que dans une cellule sécheuse pour le maïs. Dans cette éventualité, le site choisi va permettre de les installer dans l’alignement des cellules déjà construites. Il sera ainsi possible d’ajouter un élévateur par la suite si besoin.

EARL Dupuis (avec son frère) : 300 ha (100 de blé tendre, 60 d’orge, 30 de tournesol, 30 de colza, 30 de maïs, 20 de luzerne, 17 de lin, 10 de jachère, 4 de triticale).

Les plus lus

Parcelle laissé en sol nu
Parcelles non semées et PAC : quelles sont les options possibles ?

Les pluies qui n’en finissent plus offrent par endroits peu de fenêtres de tir pour réaliser les derniers semis prévus.…

Un bon ressuyage des sols est important avant de préparer la parcelle à accueillir un semis de colza.
Semis de colza : 5 conseils clés pour les réussir

L'implantation du colza est une étape cruciale. L'objectif est de garantir son bon développement et sa robustesse à l'automne…

Olivier Pellerin agriculteur et entrepreneur de travaux agricoles dans son champ d'orge à Presly dans le Cher.
Couverts végétaux et interculture : « Je propose des mélanges qui combinent intérêts agronomique et faunistique »

Olivier Pellerin est entrepreneur de travaux agricoles et agriculteur à Presly, dans le Cher. Il commercialise des semences…

Parcelle de blé tendre
Prix du blé tendre : la hausse va-t-elle se poursuivre ?

Le prix du blé pourrait rester élevé dans les prochaines semaines au regard de la situation de sécheresse en Russie et de l’…

Pulvérisateur Amazone dans une parcelle de grandes cultures
Machinisme agricole : la chute des prises de commandes se confirme en 2024

Malgré une forte progression du chiffre d’affaires du secteur des agroéquipements en 2023, la baisse des prises de commandes…

Epandage de matière organique. Epandeur à fumier et compost RollMax de Rolland (chez David Dos Reis) . Fertilisation. Fertilisant. Apport de fientes de volailles. ...
Fertilisation : l’apport de phosphore passe au second plan en bio à cause de la conjoncture

La conjoncture actuelle impose aux agriculteurs biologiques de faire des économies sur l’amendement des sols. L’apport de…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures