Aller au contenu principal

Sols agricoles : « Les plantes bio-indicatrices expliquent la forte présence de vulpin sur mes parcelles en bio »

Philippe Collin, agriculteur à Colombey-lès-Choiseul en Haute-Marne, s’est appuyé sur les plantes bio-indicatrices pour découvrir l’origine de fortes populations de gaillet et de vulpin sur certaines parcelles, liées notamment au type de matière organique.

Philippe Collin, agriculteur en Haute-Marne  "Je suis curieux de savoir ce que des plantes présentes dans nos parcelles peuvent apporter comme informations. J'ai suivi une formation pour cela."
Philippe Collin, agriculteur en Haute-Marne "Je suis curieux de savoir ce que des plantes présentes dans nos parcelles peuvent apporter comme informations. J'ai suivi une formation pour cela."
© P. C.

« Avec la chambre d’agriculture de Haute-Marne, j’ai suivi une formation d’une journée sur les plantes bio-indicatrices. J’étais curieux de savoir ce que des plantes présentes dans nos parcelles pouvaient apporter comme informations. Je suis en agriculture biologique depuis 2014 et j’utilise du digestat de méthanisation pour la fertilisation azotée. J’obtiens de bons rendements mais j’ai des soucis d’enherbement qui sont rares en production biologique en temps normal, comme avec le vulpin notamment.

Pourquoi ce vulpin se retrouve-t-il en quantité dans certaines parcelles et pas dans d’autres ? Selon la méthode de Jean-Pierre Scherer, la présence du vulpin n’est pas liée au labour mais davantage à un humus stable, autrement dit une matière organique qui ne minéralise pas. En conséquence, pour activer le recyclage de la matière organique de ces sols, je vais exporter les pailles de céréales, renforcer mes couverts en plantes ne lignifiant pas (légumineuses, certaines crucifères) avec une destruction précoce avant floraison et j’effectuerai de petits déchaumages à 4-5 cm pour minéraliser cette matière organique. J’observerai les résultats que cela donne.

D’autres parcelles présentent de fortes proportions de gaillet, qui indiquent, selon la méthode de Jean-Pierre Scherer, une minéralisation très forte de la matière organique et une richesse en azote. L’humus n’est pas assez stable, trop fugitif. Je vais donc utiliser des couverts plus lignifiés (tournesol, avoine…), limiter le travail du sol, broyer mes pailles derrière blé pour restitution au sol…

Un levier parmi d’autres pour aller plus loin dans la compréhension

Je me base sur d’autres types d’analyses pour connaître le fonctionnement de mes sols. Les plantes bio-indicatrices sont un levier parmi d’autres pour aller plus loin dans la compréhension. Elles apportent des informations avant de faire d’autres analyses. Cette méthode demande à être validée au fil des années mais il y a un frein à son adoption : avoir de bonnes connaissances en botanique. Pour cela, j’ai acheté des ouvrages sur la reconnaissance des adventices. »

300 ha dont 180 de terres labourables avec 15 cultures différentes en bio (reste prairie permanente) ; atelier viande engraisseur. Unité de méthanisation en cogénération. Station de bio GNV (biogaz pour véhicules).
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Prix du blé en surchauffe ? Si le rendu Rouen a battu son record exprimé en euros, ce n'est pas le cas des cours mondiaux exprimés en dollars, qui demeurent la référence sur le marché.
Prix du blé record à 300 euros : peut-il encore augmenter ?
Tiré à la hausse par de faibles stocks mondiaux, le coût de l’énergie et une forte demande, le prix du blé à Rouen de la récolte…
Démineur. Julián Domínguez a été nommé ministre de l’Agriculture, dix ans après avoir quitté ce poste, pour traiter le dossier explosif du blé OGM.
250 000 tonnes de blé OGM récoltées en Argentine : quelles conséquences pour les marchés mondiaux ?
L’Argentine va récolter en décembre 250 000 tonnes de blé OGM tolérant à la sécheresse, faisant peser des risques énormes pour la…
Grâce à des rendements records, la production française de maïs pourrait se hisser à 15,5 millions de tonnes contre 13,5 Mt il y a un an, malgré le repli de 10 % des surfaces.
Récolte 2021 de maïs : rendements records en vue !
Le rendement moyen du maïs en France devrait avoisiner 11 tonnes à l’hectare, selon l’AGPM, établissant un nouveau record. La…
Les critiques se durcissent contre la HVE, jugée insuffisamment exigeante par les partisans du bio pour accomplir la transition agroécologique.
HVE : vrai progrès environnemental ou écoblanchiment ?
Futur sésame des éco-régimes de la PAC, au même titre que l’AB, la certification HVE cristallise les oppositions. Pas assez…
Les moutons réduisent de 50 % la biomasse de colza en consommant les feuilles, comme on le voit dans la partie pâturée à gauche.
Colza : le pâturage régule le développement sans compromettre le rendement
Des cultures sur pied comme le colza et des couverts d’interculture peuvent être consommés par des troupeaux d’ovins. Sans…
Aurélien Vadot, Gaec Les Agrons à Thurey en Saône-et-Loire.  "J’espère que ce drainage me permettra de pouvoir rentrer plus tard dans les parcelles pendant l’automne et plus tôt au printemps."
« J'espère gagner 10 à 15 q/ha sur blés et maïs grâce au drainage »
Pour Aurélien Vadot, agriculteur du Gaec Les Agrons à Thurey (Saône-et-Loire), le drainage doit permettre de pouvoir travailler…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures