Aller au contenu principal

Semences certifiées ou fermières : faire le bon choix

À l’heure des semis, choisir entre des semences certifiées ou fermières peut s’avérer un vrai casse-tête, sachant que sur le plan économique, un différentiel de 30 % peut exister entre les deux. Éclairages.

Les semences certifiées sont livrées clé en main.
© J.-C. Gutner

Semences certifiées ou semences de ferme ? La question taraude bon nombre d’agriculteurs lors des semis du blé tendre. « La première raison pour laquelle les agriculteurs choisissent les semences de ferme, est économique », annonce Sylvain Ducroquet, président du syndicat des trieurs à façon français (Staff). Avec des semences fermières, l’agriculteur peut espérer économiser jusqu’à 30 % par rapport aux prix des semences certifiées (voir l’exemple ci-contre). Si cet écart est important, « c’est parce que la recherche variétale n’est pas financée de la même manière dans les deux systèmes », estime Thierry Momont, président de la section céréales du Gnis et directeur de KWS Momont. Selon le responsable, pour un agriculteur faisant un rendement moyen en blé de 80 quintaux/hectare, la contribution volontaire obligatoire (CVO) qui finance les droits des obtenteurs est de 0,7 euro par tonne de blé vendue, soit 5,60 euros/hectare.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Guillaume Lyon, agriculteur à Henrichemont (Cher)"J’ai systématisé le traitement au Kerb flo. Son coût est nettement supérieur aux antigraminées foliaires, mais il est efficace sur les repousses de céréales et sur les ray-grass résistants."
Colza : « Nous gérons facilement les repousses de céréales, contrairement aux ray-grass »
Agriculteur à Henrichemont dans le Cher, Guillaume Lyon raisonne ses programmes de désherbage pour contrôler en même temps…
Installer un interrupteur distant et protéger l'accès à la pompe de la cuve est un moyen efficace pour dissuader les vols.
Vols en agriculture : limiter les risques de vols de GNR
Très convoité compte tenu de son prix, le GNR est très exposé. Quelques mesures limitent toutefois les risques, à la cuve ou dans…
En cas de forte infestation de repousses de céréales, il est conseillé d'intervenir tôt, quand elles ont 2 à 3 feuilles, avec un antigraminée foliaire.
Repousses de céréales dans le colza : comment préserver le rendement ?
Moins de labour et plus de semis précoces pour le colza favorisent la levée de repousses de céréales. Leur pouvoir concurrentiel…
Le progrès du GPD traduit une meilleure préservation de la protéine à haut rendement
Variétés blé tendre : haut rendement et protéines ne sont plus inconciliables
Pas de doute : les variétés progressent sur leurs notes de GPD, Global Protein Deviation. Un plus pour la maîtrise de la protéine…
Philippe Pluquet, coopérative Noriap."Les apports en azote sont réduits de 50 unités pour les blés biscuitiers dont les teneurs en protéines demandées se situent à 10,5 %."
Économies d’azote : « Une réduction possible de 30 unités sur des blés panifiables à forte teneur en protéines »
Responsable technique productions végétales à la coopérative Noriap (Hauts-de-France et Seine-Maritime), Philippe Pluquet apporte…
Des variétés de blé valorisent mieux l'azote en rendement que d'autres. Mais avec un objectif de teneur en protéines à 11,5 %, les différences s'aplanissent..
Variétés de blé : comment valoriser au mieux l’azote ?
On peut économiser plusieurs dizaines d’unités d’azote en choisissant des variétés qui le valorisent plus efficacement. Au sujet…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures