Aller au contenu principal

Séchage biomasse : « des économies substantielles possibles par rapport au gaz mais des contraintes à accepter »

Conseillère énergie à la chambre d’agriculture des Landes, Florence Garez apporte quelques préconisations sur l'utilisation d'une chaudière à bois.

Florence Garez, chambre d'agriculture des Landes"Le séchage du maïs grain aux plaquettes de bois est une alternative intéressante pour le prix mais aussi pour la sécurité de l’approvisionnement."
Florence Garez, chambre d'agriculture des Landes"Le séchage du maïs grain aux plaquettes de bois est une alternative intéressante pour le prix mais aussi pour la sécurité de l’approvisionnement."
© C. Chabasse

« Le département des Landes est un peu précurseur sur le séchage biomasse avec de premières expériences dès 2009. Mais jusqu’à début 2022, le prix du gaz n’était pas trop élevé malgré de fortes fluctuations. Maintenant, nous sommes sur une tendance haussière et des économies substantielles sont possibles avec le séchage aux plaquettes de bois. C’est une alternative intéressante pour le prix mais aussi pour la sécurité de l’approvisionnement. Des exploitants ont eu du mal à se faire livrer du gaz en temps voulu par le passé.

Avec une chaudière biomasse, on doit être rigoureux et ne pas avoir peur d’y consacrer du temps : alimenter la chaudière le matin et le soir, faire broyer le bois ou le faire venir, consacrer un espace pour son stockage. Enfin, pour cet équipement dont le coût est beaucoup plus élevé qu’une chaudière au gaz, il faut pouvoir sécher une quantité importante de maïs pour rentabiliser l’investissement, de l’ordre de 5 000 ou 6 000 tonnes. Le séchage au bois reste marginal jusqu’à présent avec des contraintes et parfois des déconvenues liées aux plaquettes de bois. Leur qualité doit être irréprochable pour le bon fonctionnement de la chaudière. »

Des visites d'installations de séchage du maïs au bois

Sur la journée du mardi 18 octobre, la chambre d'agriculture des Landes organise des visites d'installations de séchage du maïs au bois, de 10h à 16h30 à Larrivière St Savin et à Cazères sur Adour. Seront présentés deux procédés de séchage différents (cellule sécheuse et séchoir continu) alimentés par des générateurs d'air chaud fonctionnant aux plaquettes de bois. Des échanges sont prévus avec les agriculteurs porteurs des projets et les constructeurs. A suivre face à la hausse des prix du gaz et à l'insécurité de son approvisionnement.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

« Pour valoriser les apports organiques, je privilégie les épandages d’automne afin de laisser le temps à la matière organique de se minéraliser », explique Théophile Le tierce.
Agriculture biologique : « La hausse des prix en conventionnel me permet de vendre du blé à 380 €/t en C2 »
Pour Théophile Letierce, agriculteur en conversion bio à Saclay (91), le contexte actuel ne remet pas en cause sa conversion en…
Un semis à la volée peut être pratiqué avec un semoir adapté sur un déchaumeur.
Semis du blé à la volée : une pratique économe mais des conditions à respecter
Le semis du blé à la volée peut contribuer à optimiser les charges de mécanisation et à gagner du temps. Il convient à tous les…
Selon une étude d'Arvalis un système bio autonome dégage la meilleure marge nette, devant un système conventionnel avec une forte pression graminée et un système conventionnel classique.
Conversion au bio en grandes cultures : est-ce encore rentable ?
Des prix qui stagnent et de faibles disponibilités en fertilisants organiques interrogent bien des producteurs engagés en…
Avec la nouvelle PAC, les aides dédiées à l'agriculture vont se concentrer sur l'aide à la conversion, mais d'autres subventions, comme la dotation JA, peuvent constituer un levier intéressant.
Agriculture biologique : quel avenir pour les aides à la bio ?
Dans la nouvelle PAC, l'aide au maintien de l'agriculture biologique disparaît, ce qui sera en partie compensé par une hausse des…
Pour l'entreprise Yara, les prix des engrais vont rester fermes, avec des craintes pour la logistique en raison d'usines européennes à l'arrêt.
Engrais azotés : l'industriel Yara s'inquiète de possibles ruptures d'approvisionnement
L’entreprise de fabrication d’engrais norvégienne Yara a souligné la fragilité actuelle des chaînes logistiques dans l'…
Jean-Baptiste Tribut, agriculteur à Tronchoy dans l'Yonne, a réalisé en 2021 un diagnostic Mécagest, afin de connaître précisément ses coûts de mécanisation.
Charges de mécanisation : « Je n’achète que du matériel d’occasion pour limiter les coûts »
Agriculteur dans l’Yonne, Jean-Baptiste Tribut ne travaille qu’avec du matériel d’occasion, parfois vieillissant. Il obtient des…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures