Aller au contenu principal

Risk'Agri, un forum pour ne plus subir les aléas climatiques

D’ici 2050 le climat du nord-est de la France sera bien modifié. Réunis le 4 décembre en Lorraine, agriculteurs, conseillers et assureurs ont étudié les différentes solutions face aux risques climatiques lors du forum Risk’Agri.

Selon Bertrand Dufresnois, conseiller énergie à la chambre d’agriculture de Haute-Marne, en 2050, les sols devraient être plus secs et les gelées plus rares.
© L.D.

En région aussi, on s’intéresse aux risques climatiques liés à l’agriculture. C’était le thème abordé lors du forum Risk’Agri organisé par la chambre d’agriculture de la Moselle le 4 décembre dernier à côté de Metz. Agriculteurs, climatologue, conseillers de chambre et assureurs étaient réunis afin de discuter des solutions mises à disposition des exploitants pour atténuer les conséquences du changement climatique. D’abord, plantons le décor. « En 2050, avec une augmentation de la température de deux degrés, scénario relativement optimiste, la température à Strasbourg correspondra à celle actuelle de Montélimar, lance Yves Hauss, climatologue à Météo France. Coté précipitations, on s’attend à une légère hausse, surtout en hiver, mais l’évapotranspiration risque d’être plus importante, créant un déficit d’eau. » Et face à ces changements climatiques, c’est la végétation la première impactée. L’agriculture dans le nord-est de la France s’expose à de nombreux chamboulements. « Il faut s’attendre à ce que l’écoulement des eaux soit réduite de 30 % d’ici 2050, explique Bertrand Dufresnois, conseiller énergie à la chambre d’agriculture de Haute-Marne. Les sols seront plus secs et les dates des dernières gelées avancées. » Ce constat fait, selon Christophe Marconnais, conseiller économie à la chambre d’agriculture de Moselle, « les agriculteurs sont amenés à faire évoluer leur exploitation vers la durabilité ». En allongeant leur rotation par exemple, pour éviter de concentrer les risques aux semis d’automne et à la récolte. À cela s’ajoute la possibilité de s’assurer. Toutefois avec une moyenne olympique basse, une franchise et un seuil de déclenchement haut, l’étude de la chambre d’agriculture montre qu’en moyenne, peu d’exploitations de Lorraine y ont un réel intérêt, sauf en cas d’incident climatique. Les assureurs s’accordent à dire, « nous serons là en période de pic, en cas de gros coups durs mais la technique devra s’adapter sur le long terme », annonce Arnaud Jung, assureur chez Axa. À bon entendeur… salut !

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

[vidéo] Julien Denormandie : « La transition agroécologique impose de créer de la valeur. »
Interrogé par les parlementaires, le ministre de l’agriculture a estimé que peu de secteurs peuvent se prévaloir des efforts…
L’érosion du revenu en grandes cultures depuis vingt ans est impressionnante, si l'on en juge par les statistiques officielles du Rica. © G. Omnès
Revenu : peut-on encore gagner sa vie en grandes cultures ?
Peut-on encore gagner sa vie en produisant des grandes cultures ? La question n’est plus déplacée au regard des résultats…
Le puceron (ici Sitobion avenae) n'occasionne pas de dégâts directs mais transmets des virus aux céréales © Christian Gloria
Insecticides : faut-il traiter contre les pucerons sur céréales maintenant ?
Le risque JNO est à nouveau élevé cet automne. Devant la douceur prolongée des températures, Arvalis recommande aux producteurs…
 © Réussir
Les énergies renouvelables à la ferme en 5 graphiques
Bien que le dernier recensement précis des activités de production d'énergie renouvelable à la ferme remonte à 2015, le constat…
Thierry Maillier est agriculteur dans les Yvelines. "Les rendements du sorgho atteignent parfois les 100 quintaux/hectare." © C. Baudart
Thierry Maillier, dans les Yvelines : « En 2021, je sèmerai dix-huit hectares de sorgho grain »
Il est l’initiateur de la culture du sorgho grain sur son territoire, à la croisée entre les Yvelines, la Normandie et la région…
Un résultat courant en céréales et oléoprotéagineux sous la moyenne des autres secteurs depuis 2013Résultat courant avant impôts (charges sociales de l'exploitant déduites) par unité de travail non salarié, en euros courants © Source : Rica.
Le revenu en grandes cultures expliqué en 3 graphiques
Privilégiés, les producteurs de grandes cultures ? L'étude des chiffres montre que leurs revenus se situent plutôt en-dessous de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures