Aller au contenu principal
Font Size

Risk'Agri, un forum pour ne plus subir les aléas climatiques

D’ici 2050 le climat du nord-est de la France sera bien modifié. Réunis le 4 décembre en Lorraine, agriculteurs, conseillers et assureurs ont étudié les différentes solutions face aux risques climatiques lors du forum Risk’Agri.

Selon Bertrand Dufresnois, conseiller énergie à la chambre d’agriculture de Haute-Marne, en 2050, les sols devraient être plus secs et les gelées plus rares.
© L.D.

En région aussi, on s’intéresse aux risques climatiques liés à l’agriculture. C’était le thème abordé lors du forum Risk’Agri organisé par la chambre d’agriculture de la Moselle le 4 décembre dernier à côté de Metz. Agriculteurs, climatologue, conseillers de chambre et assureurs étaient réunis afin de discuter des solutions mises à disposition des exploitants pour atténuer les conséquences du changement climatique. D’abord, plantons le décor. « En 2050, avec une augmentation de la température de deux degrés, scénario relativement optimiste, la température à Strasbourg correspondra à celle actuelle de Montélimar, lance Yves Hauss, climatologue à Météo France. Coté précipitations, on s’attend à une légère hausse, surtout en hiver, mais l’évapotranspiration risque d’être plus importante, créant un déficit d’eau. » Et face à ces changements climatiques, c’est la végétation la première impactée. L’agriculture dans le nord-est de la France s’expose à de nombreux chamboulements. « Il faut s’attendre à ce que l’écoulement des eaux soit réduite de 30 % d’ici 2050, explique Bertrand Dufresnois, conseiller énergie à la chambre d’agriculture de Haute-Marne. Les sols seront plus secs et les dates des dernières gelées avancées. » Ce constat fait, selon Christophe Marconnais, conseiller économie à la chambre d’agriculture de Moselle, « les agriculteurs sont amenés à faire évoluer leur exploitation vers la durabilité ». En allongeant leur rotation par exemple, pour éviter de concentrer les risques aux semis d’automne et à la récolte. À cela s’ajoute la possibilité de s’assurer. Toutefois avec une moyenne olympique basse, une franchise et un seuil de déclenchement haut, l’étude de la chambre d’agriculture montre qu’en moyenne, peu d’exploitations de Lorraine y ont un réel intérêt, sauf en cas d’incident climatique. Les assureurs s’accordent à dire, « nous serons là en période de pic, en cas de gros coups durs mais la technique devra s’adapter sur le long terme », annonce Arnaud Jung, assureur chez Axa. À bon entendeur… salut !

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Récolte dans le nord de l'Eure-et-Loir. Le rendement national moyen de blé tendre est estimé à 6,83 t/ha par le cabinet Agritel, en baisse de près de 8 % par rapport à la moyenne olympique. © G. Omnès
Moisson 2020 : une récolte de blé française sous les 30 millions de tonnes
Les spécialistes du marché des céréales continuent de réviser leurs chiffres de récolte de blé tendre à la baisse. La production…
L'attaque de jaunisse constatée sur toute la zone de production française de production de betteraves pourrait conduire au plus bas rendement depuis quinze ans, selon la CGB, qui demande des mesures urgentes pour éviter l'effondrement des surfaces. © CGB
Alerte rouge à la jaunisse : les betteraviers demandent un plan d’urgence
La CGB craint une forte baisse des surfaces de betteraves en 2021 si aucune solution n’est apportée face à la jaunisse, avec un…
La collecte chute de 20 % en blé tendre et en orge d'hiver par rapport à la moyenne décennale à la coopérative Ile-de-France Sud. © Gutner archives
Moisson 2020 : le grand écart du rendement en Ile-de-France comme ailleurs
La récolte des orges d’hiver, colza et blé tendre a rendu son verdict en Ile-de-France : des résultats très hétérogènes avec…
La surface retenue dans la dernière publication officielle des services du ministère de l'Agriculture laisse présager une production française de blé tendre inférieure à 32 millions de tonnes, en baisse de 8 Mt sur un an.  © J.-C. Gutner
Moisson : les surfaces officielles de blé tendre plombent (un peu plus) la prévision de récolte française
Sur la base des estimations de surfaces officielles publiées début juillet, la récolte de blé tendre français pourrait s’établir…
Nouveau silo de Biocer dans l'Eure. Avec une collecte qui double tous les cinq ans, les organismes économiques doivent adapter leur infrastructure de stockage et de tri. © Biocer
Agriculture biologique : les céréales bio face au défi de la massification
La dynamique de croissance forte et régulière enclenchée depuis trois ans pour les céréales bio confronte la filière à de…
Aymeric et Margot Ferté, Gilles Lancelin, Romaric Paucellier : trois expériences du bio en grandes cultures. © DR/C. Baudart
Bio en grandes cultures : la nouvelle génération de convertis bouge les lignes
Une exploitation de grandes cultures qui passe en bio ? C’est désormais banal. Partout, des conversions s’engagent, souvent par…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures