Aller au contenu principal

Revenu betteravier : des pertes importantes que ne compenseront pas les aides

Le revenu moyen en betteraves en France creuse un peu plus les pertes pour la troisième année consécutive. Des aides sont annoncées dans le cadre du plan de soutien gouvernemental, mais le compte ne devrait pas y être pour les planteurs les plus touchés.

Des revenus betteraviers dans le rouge trois années de suite © Source : CGB.
Après des pertes moyennes autour de 350 euros/hectare en 2018 et 2019, ces dernières sont estimées en moyenne à 700 euros/hectare en 2020, et à plus de 1500 euros dans les cas les plus critiques.
© Source : CGB.

Et de trois ! Trois années pour lesquelles le revenu moyen de la betterave en France a été négatif, selon les chiffres élaborés par la CGB. Après des pertes moyennes autour de 350 euros/hectare en 2018 et 2019, en raison de prix très bas (autour de 22-23 €/t de betterave), 2020 enfonce le clou. « La perte de revenu moyenne en 2020 est estimée à 700 euros/hectare, mais elle va au-delà de 1500 euros dans les situations les plus touchées », affirme le syndicat betteravier.

Le gouvernement a annoncé, dans le cadre de son plan de soutien à la filière, des aides pour les planteurs. Problème : ces aides vont devoir se conformer au système de minimis. Ce régime d’aide est une « tolérance » accordée par Bruxelles à certains soutiens d’État, susceptibles de fausser la concurrence au sein de l’UE, à condition que ces aides restent très limitées. En l’occurrence, un agriculteur ne peut pas toucher plus de 20 000 euros d’aides de minimis sur trois ans.

Des pertes indemnisées à 20 000 euros au maximum

« Sur mes 60 hectares de betteraves, il me manque environ 45 tonnes/hectare cette année, soit une perte de chiffre d’affaires d’environ 1000 euros à l'hectare », explique Antoine Minard, agriculteur en Eure-et-Loir. Les 20 000 euros, s’il les touche, ne couvriront donc qu’un tiers de ses pertes. Pour certains agriculteurs ayant bénéficié d’aides entrant dans ce régime au cours des trois dernières années (dont certaines aides à l’agriculture bio, prises en charge partielles de cotisations MSA, subventions à l’assurance récolte ou Dotation pour épargne de précaution), le montant en sera amputé d’autant.

Malheureusement pour eux, Julien Denormandie n’a pas ouvert d’autres pistes lors de son allocution à l’assemblée générale de la CGB, le 10 novembre. « Le seul système d’indemnisation possible est celui de minimis », a assuré le ministre de l’Agriculture. Il a par ailleurs affirmé que « plus de la moitié des betteraviers bénéficieront de ces aides, avec des conditions identiques pour tous ». Le montant sera calculé « sur des données individuelles, basé sur les pertes globales, avec des paramètres simples ». À la CGB, on ne désespère pas de trouver un « dispositif chapeau », conscient que « le compte n’y sera pas pour les agriculteurs les plus touchés, ce qui représente pas mal de monde en Île-de-France et dans le Centre ».

Les plus lus

Le blé tendre d'hiver est sensible au froid à partir de - 8°C, de la levée à l’émission des talles. © C. Gloria
Vague de froid : y a-t-il un risque pour les céréales ?
L’alerte « grand froid » a été émise dans vingt-quatre départements. Cette vague de froid représente-t-elle une menace pour les…
Les pigeons s'attaquent au tournesol avec un impactsur le rendementquand ils enconsommentles tiges ou apex. © C. Watier
Maïs et tournesol : semer un couvert pour leurrer les oiseaux
Entre produits répulsifs et système d’effarouchements, il n’existe pas de solution miracle empêchant les pigeons et corvidés de s…
Baisse de la sole de colza, bouleversement du programme de désherbage maïs, recours aux trichogrammes : Stéphane, Marine et Alain (de gauche à droite) ont modifié en profondeur leurs pratiques pour décrocher la HVE. © G. Omnès
HVE : « Nous avons dû changer nos pratiques en grandes cultures »
Sur la ferme de Pré Levey, le passage à la HVE s’est imposé comme une suite logique à la démarche de baisse des intrants. La…
"Depuis 4-5 ans, il est impossible de mettre de l’argent de côté. "
Trésorerie en exploitation céréalière : « Je serre tous les boulons »
Cédric Benoist est producteur de grandes cultures à Jouy-en-Pithiverais, dans le Loiret. Après la récolte catastrophique de 2020…
En orge brassicole, la tendance est au fractionnement de la fertilisation azotée pour une meilleure efficience des apports. © J.-C. Gutner
Orge brassicole : adapter la fertilisation azotée pour sécuriser le taux de protéines
Depuis de nombreuses années, la filière brassicole s’interroge sur le pilotage de l’azote des orges d’hiver et de printemps. Elle…
Contre la jaunisse transmise par des pucerons, les néonicotinoïdes sur semences de betterave constituent la solution de lutte la plus efficace. © G. Omnès
Néonicotinoïdes/betteraves : jusqu’à 15 jours de retard dans la distribution de semences
Avec une parution de l’arrêté sur les néonicotinoïdes le 5 février, le pelliculage des semences avec ces insecticides a démarré…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures