Aller au contenu principal
Font Size

Agro-industrie
Restructuration chez Sofiprotéol

La baisse de rentabilité de Diester Industrie impose le groupe Sofiprotéol à fermer des sites de production et de fusionner des sociétés.

Le groupe Sofiprotéol a annoncé la fermeture de deux usines d’estérification, représentant une capacité de production de 380 000 tonnes, et d’une usine de trituration sur le territoire français, ainsi que la fusion des filiales Diester Industrie et Saipol. « Le contexte défavorable du marché des biocarburants - baisse du taux d'incorporation, modification de la directive européenne sur l'énergie, importations massives -amène le groupe à réorganiser les activités de Diester Industrie et Saipol au sein de Sofiprotéol, afin de regagner de la compétitivité et retrouver des moyens d’investir », explique le groupe. Cette restructuration s'imposait étant donné que certains des sept sites de production hexagonaux de Diester ne tournaient qu'à 60 % de leur capacité de production.

 

Reconversion de l'outil de Venette

L'unité de production de Diester Industrie Flandre (DIF) de Cappelle-la-Grande (Nord) va être arrêtée fin 2013 et mise sous cocon. « L’outil déjà ancien se retrouve en concurrence directe avec les produits d’importation, souligne Alain Brinon, directeur général de Saipol et Diester Industrie. Certes, c’est moins le cas depuis la mise en place des règles anti-dumping, mais ces produits vont continuer à entrer sur notre territoire. »


Nouvelle production d'ester de graisses animales

L’usine de trituration de Venette (Oise) va être fermée et celle d’estérification, sur le même site, va être reconvertie en une unité de production d’ester méthylique d'huiles animales et usagées (EMHA/EMHU). « Il s’agit d’une activité nouvelle puisque nous étions jusqu’alors acheteurs de ce type de produit pour en proposer à nos clients mais pas producteurs, explique Yves Delaine, directeur général adjoint de Sofiprotéol en charge du pôle végétal. Pour Sofiprotéol, c’est une continuité de notre logique d’économie circulaire. La principale source d’approvisionnement sera constituée de graisses animales. Nous sommes actuellement sur un projet très avancé d’approvisionnement au niveau national et européen. »

Pour autant, le groupe se veut rassurant sur la part que prendront ces esters d’huiles animales et usagées par rapport aux graines oléagineuses. « Leur taux d’incorporation dans les carburants est plafonné à 0,35 %, précise Yves Delaine. Notre objectif est de produire 80 000 tonnes d’EMHA/EMHU sur une production totale de 1,6 million de tonnes d’ester par le groupe. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Récolte dans le nord de l'Eure-et-Loir. Le rendement national moyen de blé tendre est estimé à 6,83 t/ha par le cabinet Agritel, en baisse de près de 8 % par rapport à la moyenne olympique. © G. Omnès
Moisson 2020 : une récolte de blé française sous les 30 millions de tonnes
Les spécialistes du marché des céréales continuent de réviser leurs chiffres de récolte de blé tendre à la baisse. La production…
L'attaque de jaunisse constatée sur toute la zone de production française de production de betteraves pourrait conduire au plus bas rendement depuis quinze ans, selon la CGB, qui demande des mesures urgentes pour éviter l'effondrement des surfaces. © CGB
Alerte rouge à la jaunisse : les betteraviers demandent un plan d’urgence
La CGB craint une forte baisse des surfaces de betteraves en 2021 si aucune solution n’est apportée face à la jaunisse, avec un…
La collecte chute de 20 % en blé tendre et en orge d'hiver par rapport à la moyenne décennale à la coopérative Ile-de-France Sud. © Gutner archives
Moisson 2020 : le grand écart du rendement en Ile-de-France comme ailleurs
La récolte des orges d’hiver, colza et blé tendre a rendu son verdict en Ile-de-France : des résultats très hétérogènes avec…
La surface retenue dans la dernière publication officielle des services du ministère de l'Agriculture laisse présager une production française de blé tendre inférieure à 32 millions de tonnes, en baisse de 8 Mt sur un an.  © J.-C. Gutner
Moisson : les surfaces officielles de blé tendre plombent (un peu plus) la prévision de récolte française
Sur la base des estimations de surfaces officielles publiées début juillet, la récolte de blé tendre français pourrait s’établir…
Nouveau silo de Biocer dans l'Eure. Avec une collecte qui double tous les cinq ans, les organismes économiques doivent adapter leur infrastructure de stockage et de tri. © Biocer
Agriculture biologique : les céréales bio face au défi de la massification
La dynamique de croissance forte et régulière enclenchée depuis trois ans pour les céréales bio confronte la filière à de…
Aymeric et Margot Ferté, Gilles Lancelin, Romaric Paucellier : trois expériences du bio en grandes cultures. © DR/C. Baudart
Bio en grandes cultures : la nouvelle génération de convertis bouge les lignes
Une exploitation de grandes cultures qui passe en bio ? C’est désormais banal. Partout, des conversions s’engagent, souvent par…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures