Aller au contenu principal

Résidus maïs : « Le broyage est plus efficace quand les tiges ont pris la pluie »

Agriculteur à Pontorson (Manche), Aubert Lechat emploie un broyeur classique et tient compte des conditions climatiques pour parfaire le broyage des cannes de maïs.

Aubert Lechat, agriculteur à Pontorson (Manche),   « Après un broyage d’office sous les becs de la moissonneuse-batteuse, nous effectuons un autre broyage en préventif pour lutter contre la pyrale. »
Aubert Lechat, agriculteur à Pontorson (Manche), « Après un broyage d’office sous les becs de la moissonneuse-batteuse, nous effectuons un autre broyage en préventif pour lutter contre la pyrale. »
© Inaporc

« Après un broyage d’office sous les becs de la moissonneuse-batteuse, nous effectuons un autre broyage en préventif pour lutter contre la pyrale. J’utilise un broyeur classique de marque Desvoys, d’un peu plus de 3 mètres de large, broyant l’équivalent de quatre rangs de maïs. L’idéal est que les cannes aient pris la pluie, ce qui rappuie un peu la végétation, pour intervenir ensuite une fois qu’elles ont séché. J’ai constaté que le meilleur broyage était obtenu avec une végétation qui a pris l’humidité plutôt qu’un broyage en sec qui a tendance à trop « souffler » les cannes sans les broyer efficacement.

Après ce broyage, je passe un outil à disques Terradisc de 6 mètres de large qui nécessite 200 cv pour obtenir une bonne vitesse de 10 km/h. Les tiges sont ainsi bien enfouies et en contact avec la terre et ses organismes pour mieux en assurer leur dégradation. Le passage détruit aussi les repousses d’adventices. Nous avons testé il y a quelques années les couverts d’interculture entre maïs grain. Nous avons fait marche arrière car, semés tard début novembre, ces couverts ne poussent pas dans la majorité des cas. »

SCEA de Forges, 80 ha dont 40 de maïs grain, 20 de blé, 20 d’orge d’hiver. Élevage 280 truies naisseur-engraisseur.

Les plus lus

10,8 millions de tonnes d'engrais ont été livrées au cours de la campagne 2021-2022, soit une baisse de 5 % par rapport à la campagne précédente.
Engrais azotés : toujours du retard dans les achats des agriculteurs
La situation sur le marché des engrais reste tendue avec des prix très élevés, des agriculteurs attentistes et un risque d’…
Denis Bollengier a bénéficié d’une prise en charge financière totale pour implanter sa haie grâce au dispositif de paiement pour services environnementaux.
« J’ai financé ma haie grâce aux paiements pour services environnementaux »
Denis Bollengier, agriculteur dans le Nord, a financé l’implantation d’une haie en bénéficiant d’un paiement pour service…
Laurent Gasnier, agriculteur à Épieds-en-Beauce dans le Loiret.
Biodiversité : « Je reçois des aides pour des couverts et des jachères bénéfiques à la faune »
Agriculteur à Épieds-en-Beauce dans le Loiret, Laurent Gasnier a multiplié les aménagements parcellaires pour favoriser la…
Les besoins de trésorerie par hectare vont potentiellement doubler par rapport à 2020 pour la nouvelle campagne, atteignant 700 à 800 euros/hectare pour certaines cultures.
Hausse des besoins de trésorerie : planifier les dépenses pour sécuriser son exploitation
Dans cette période de grande incertitude, les bons résultats de la récolte 2022 imposent de planifier ses besoins de trésorerie…
Au départ de la Route du Rhum, un catamaran en fibres de lin
Roland Jourdain, double vainqueur de la Route du Rhum, naviguera cette année sur un bateau écoresponsable et innovant. Celui-ci…
La rémunération des PSE peut prendre plusieurs formes : financement d’infrastructures, rétribution en nature (matériel), intégration dans le prix d’achat à l’agriculteur...
Les PSE, des outils de financement encore en construction
Les paiements pour services environnementaux (PSE) se développent pour accompagner financièrement les changements de pratiques…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures