Aller au contenu principal

CAMPAGNE CONTRE VILLE
Reprendre l’initiative sur le foncier

Chaque année, plus de 60 000 hectares de terres agricoles disparaissent au profit de l’urbanisation. Difficile de lutter car les prises de décision sur le foncier sont diffuses et parfois contradictoires. La seule solution est de garder la main sur les dossiers, notamment au niveau municipal. À chacun de faire prendre conscience à ses élus que la terre agricole n’est pas seulement une réserve à disposition des villes.

Pour bon nombre d’agriculteurs, l’artificialisation des terres agricoles est vécu comme le passage d’un rouleau-compresseur qu’il est impossible de stopper. Pourtant, le monde agricole tire la sonnette d’alarme depuis de nombreuses années. Des outils législatifs existent pour limiter la perte de terres agricoles, encore fautil les connaître et les mettre en oeuvre. Pour cela, il faudrait une volonté politique cohérente des élus municipaux, départementaux, régionaux, voire nationaux qui, tous à leur niveau, peuvent intervenir sur l’affectation du foncier.Or, les collectivités entrent en concurrence les unes avec les autres pour favoriser l’emploi et toucher des taxes professionnelles, sans porter une grande attention à l’activité agricole et l’espace naturel. Les emprises foncières nécessaires à l’urbanisation sont dégagées, quitte à modifier les documents d’urbanisme.

PERTE DE 61 000 HECTARES PAR AN
Les Français sont de plus en plus gourmands en espace. « Chaque habitant consomme 4 m2 de plus par an et les surfaces urbanisées augmentent beaucoup plus que la population française. Entre 1992 et 2003, les surfaces liées à l’habitat ont progressé de 24 % alors que la population a augmenté de 5 % », souligne Robert Lévesque, directeur de Terres d’Europe Scafr, société de conseil pour l’aménagement du foncier rural. Ainsi, 61000 hectares de terres sont urbanisés chaque année dont 35000 hectares sont imperméabilisées (recouvertes de béton, de bitume ou compactées). « Pour chaque mètre carré construit, on imperméabilise trois fois plus de surface, ce qui est considérable », poursuit le spécialiste. Sur les 61 000 hectares, 7 000 sont destinés à des jardins composés (partiellement recouverts de pelouses, le reste étant imperméabilisé) et 19000 sont transformés en pelouses autour des résidences privées. « L’étalement urbain s’explique en partie par la montée d’une classe moyenne importante depuis le début des années 80, dont les moyens financiers et les aspirations à un meilleur bien-être font éclater le cadre urbain de la période précédente », explique Marc Sauvez, urbaniste.

LES RURAUX SONT AUSSI RESPONSABLES
Pour autant, l’artificialisation des terres n’est pas seulement un problème des villes. Les surfaces artificialisées (bâtiments, serres, sols revêtus ou stabilisés) au profit de l’agriculture atteignent 722000 hectares, soit 21 % des surfaces artificialisées nationales, et les pelouses des exploitations agricoles couvrent 96 000 hectares soit 6 % de l’ensemble national pour une population qui ne représente que 4 % de l’ensemble. En France, sur les 55 millions d’hectares du territoire français, l’activité agricole s’exerce sur 30 millions d’hectares, soit 55 % du territoire. Les sols urbanisés couvrent près de 10 % du territoire, avec 5 millions d’hectares dont 3,4 sont artificialisées et 1,6 sont recouverts de pelouses.

HARO SUR LES MEILLEURES TERRES
« Si l’on poursuit le rythme actuel, la France aura besoin de 2,2 millions d’hectares urbanisés de plus d’ici 2050 », s’inquiète le spécialiste de l’aménagement foncier. « Du fait de la localisation originelle des villes dans les plaines et les vallées, l’accélération de l’urbanisation conduit à faire prioritairement disparaître les meilleures terres agricoles et conduit au renforcement de l’habitat diffus, notamment dans l’Ouest et le Sud de la France. Le patrimoine de la France qui comptait 12 millions d’hectares de bonnes terres est tombé à 9 millions et pourrait bientôt se réduire à 7 millions. » À quand une prise de conscience collective ? Dans l’attente, l’agriculture doit jouer ses meilleurs atouts en utilisant les outils législatifs à sa disposition.

Avis d'expert : Robert Lévesque, directeur de Terres d’Europe Scafr.

« La fonction de réservoir de carbone des espaces agricoles est mise à mal »

« La perte de terres agricoles est une catastrophe écologique. Nous aurons besoin de ces surfaces du fait de l’augmentation de la population au niveau de la planète. Cette dernière nécessitera une hausse de la production agricole de 70 à 80% d’ici 2050, soit une progression de 1,4 à 1,5 % par an. Or le réchauffement climatique se traduira par la diminution à terme des rendements des cultures. Le changement d’utilisation des terres agricoles et forestières constitue un contributeur important à l’effet de serre. La fonction de ‘réservoir de carbone’ des espaces agricoles est mise à mal alors que dans le même temps les océans captent de moins en moins de gaz carbonique du fait de la hausse de la température et de l’augmentation de l’acidité des eaux. Les citoyens n’ont pas encore pris conscience du risque d’emballement climatique. Il est urgent d’économiser les terres naturelles et de reconstruire la ville sur la ville. »
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

L’érosion du revenu en grandes cultures depuis vingt ans est impressionnante, si l'on en juge par les statistiques officielles du Rica. © G. Omnès
Revenu : peut-on encore gagner sa vie en grandes cultures ?
Peut-on encore gagner sa vie en produisant des grandes cultures ? La question n’est plus déplacée au regard des résultats…
Le puceron (ici Sitobion avenae) n'occasionne pas de dégâts directs mais transmets des virus aux céréales © Christian Gloria
Insecticides : faut-il traiter contre les pucerons sur céréales maintenant ?
Le risque JNO est à nouveau élevé cet automne. Devant la douceur prolongée des températures, Arvalis recommande aux producteurs…
 © Réussir
Les énergies renouvelables à la ferme en 5 graphiques
Bien que le dernier recensement précis des activités de production d'énergie renouvelable à la ferme remonte à 2015, le constat…
Thierry Maillier est agriculteur dans les Yvelines. "Les rendements du sorgho atteignent parfois les 100 quintaux/hectare." © C. Baudart
Thierry Maillier, dans les Yvelines : « En 2021, je sèmerai dix-huit hectares de sorgho grain »
Il est l’initiateur de la culture du sorgho grain sur son territoire, à la croisée entre les Yvelines, la Normandie et la région…
Plafonnement des rendements du blé du fait des hautes températures et difficulté d'implantation des colzas font partie des signes avant-coureur du changement climatique. © G. Omnès
Changement climatique : ce que les grandes cultures devront affronter ces 30 prochaines années
D’ici à 2050, les cultures subiront des conditions plus chaudes et plus sèches au printemps et en été, accroissant le risque d’…
Un résultat courant en céréales et oléoprotéagineux sous la moyenne des autres secteurs depuis 2013Résultat courant avant impôts (charges sociales de l'exploitant déduites) par unité de travail non salarié, en euros courants © Source : Rica.
Le revenu en grandes cultures expliqué en 3 graphiques
Privilégiés, les producteurs de grandes cultures ? L'étude des chiffres montre que leurs revenus se situent plutôt en-dessous de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures