Aller au contenu principal

Réduction des intrants
Recherche itinéraires innovants

Et si une moindre utilisation des intrants était compatible avec une meilleure marge ? Les résultats des essais et des expériences grandeur nature sur des itinéraires techniques innovants sont encourageants. Mais il reste des références à acquérir et surtout des positions politiques à harmoniser entre organismes agricoles.

Partout sur le territoire, les groupes de réflexion se créent pour inventer des itinéraires techniques innovants. Ils sont toujours basés sur une moindre dépendance aux intrants, une plus grande attention apportée à l’agronomie tout en cherchant à maintenir, voire améliorer les résultats économiques de l’exploitation qui ont été dégradés par la hausse des charges ces deux dernières années.

CHANGER DE MODÈLE AGRICOLE

Pourra-t-on réduire de 50 % l’usage des phytosanitaires d’ici 2018 ? « Avec de simples innovations à venir ou existantes sur les techniques de pulvérisation, les produits phytosanitaires et les variétés, on pourra réduire de 20 ou 30 % leur usage, considère Fabien Lagarde, directeur technique du Cetiom. Par exemple, les tournesols tolérants aux herbicides permettent de passer d’un indice de fréquence de traitement (IFT) de 1,8 ou 2 sur tournesols classiques à un IFT de 1 pour les variétés Clearfield et Express Sun. » Dominique Hazouard, responsable du pôle céréales de BASF Agro admet lui aussi qu’il existe des marges de progrès : « Selon nos enquêtes, trois agriculteurs sur quatre font le même programme fongicides sur toute leur exploitation, alors qu’ils utilisent des variétés plus ou moins sensibles aux maladies et que les dates optimales de positionnement du fongicide peuvent varier de trois semaines à l’échelle d’une même expoitation. Il faut aller au bout de la notion d’agriculture raisonnée. » Mais tout cela ne sera pas suffisant. C’est l’avis de Jeremy Macklin, directeur opérationnel agrofourniture végétale d’InVivo. « Imaginer que l’on pourrait réduire de 50 % les phytos sans changer de modèle agricole, c’est de l’utopie. »

Pour l’heure, les expériences montrent que la mise en oeuvre de ces nouveaux itinéraires techniques est facilement accessible sur le blé et l’orge, mais plus difficile sur le colza ou la betterave. Par ailleurs, s’il existe des solutions techniques pour baisser les fongicides, les régulateurs et insecticides, les choses se corsent avec les herbicides. « Je vois difficilement comment on pourra baisser la garde face au salissement des parcelles et aux problèmes croissants liés aux résistances », souligne le responsable de BASF. Il existe déjà des pistes de travail qui permettent de réduire les herbicides. « Nous expérimentons des systèmes de culture innovants qui associent le semis direct et des mélanges d’espèces, colza-légumineuses notamment », explique Fabien Lagarde du Cetiom.

Au lycée agricole de Quetigny en Côted’Or, on a pris le sens opposé à l’itinéraire recommandé en augmentant les densités de semis au lieu de les réduire, afin d’étouffer les mauvaises herbes. La démarche est audacieuse et prouve à quel point il reste des références à acquérir. Mais le point le plus conflictuel entre les organismes agricoles est le rendement. Est-il acceptable de réduire l’objectif de rendement, donc entamer le potentiel agricole de la France ? Oui, à partir du moment où les résultats économiques de l’exploitation sont maintenus, répondent les équipes de l’Inra, des chambres d’agriculture et d’Arvalis qui travaillent sur les itinéraires techniques à bas intrants.

COMPÉTITIVITÉ DES EXPLOITATIONS

« Les exploitations françaises risquent de perdre en compétitivité », note Dominique Hazouard de BASF. « Et il faut vérifier les conséquences sur les qualités des grains », souligne Jeremy Macklin d’In-Vivo. « L’atteinte des objectifs d’Ecophyto 2018 ne doit pas se traduire par une baisse des rendements. En misant sur les innovations techniques existantes, on pourra faire la moitié du chemin. Et avec les systèmes de culture innovants, la deuxième moitié », assure Fabien Lagarde du Cetiom, confiant. Les expériences d’Agro- Transfert en Picardie prouvent que les rendements ne sont pas forcément affectés par le passage à l’agriculture intégrée. C’est rassurant.

Les plus lus

Le blé tendre d'hiver est sensible au froid à partir de - 8°C, de la levée à l’émission des talles. © C. Gloria
Vague de froid : y a-t-il un risque pour les céréales ?
L’alerte « grand froid » a été émise dans vingt-quatre départements. Cette vague de froid représente-t-elle une menace pour les…
Les pigeons s'attaquent au tournesol avec un impactsur le rendementquand ils enconsommentles tiges ou apex. © C. Watier
Maïs et tournesol : semer un couvert pour leurrer les oiseaux
Entre produits répulsifs et système d’effarouchements, il n’existe pas de solution miracle empêchant les pigeons et corvidés de s…
Baisse de la sole de colza, bouleversement du programme de désherbage maïs, recours aux trichogrammes : Stéphane, Marine et Alain (de gauche à droite) ont modifié en profondeur leurs pratiques pour décrocher la HVE. © G. Omnès
HVE : « Nous avons dû changer nos pratiques en grandes cultures »
Sur la ferme de Pré Levey, le passage à la HVE s’est imposé comme une suite logique à la démarche de baisse des intrants. La…
Contre la jaunisse transmise par des pucerons, les néonicotinoïdes sur semences de betterave constituent la solution de lutte la plus efficace. © G. Omnès
Néonicotinoïdes/betteraves : jusqu’à 15 jours de retard dans la distribution de semences
Avec une parution de l’arrêté sur les néonicotinoïdes le 5 février, le pelliculage des semences avec ces insecticides a démarré…
"Depuis 4-5 ans, il est impossible de mettre de l’argent de côté. "
Trésorerie en exploitation céréalière : « Je serre tous les boulons »
Cédric Benoist est producteur de grandes cultures à Jouy-en-Pithiverais, dans le Loiret. Après la récolte catastrophique de 2020…
En orge brassicole, la tendance est au fractionnement de la fertilisation azotée pour une meilleure efficience des apports. © J.-C. Gutner
Orge brassicole : adapter la fertilisation azotée pour sécuriser le taux de protéines
Depuis de nombreuses années, la filière brassicole s’interroge sur le pilotage de l’azote des orges d’hiver et de printemps. Elle…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures