Aller au contenu principal

Biomatériaux
Quand le maïs devient plastiques

Sacs, films, jouets. Les nouveaux plastiques à base de maïs, de surcroît biodégradables, peuvent remplacer ceux d´origine pétrolière pour bien des applications.


Nous consommons en France, près de 18 milliards par an de petits sacs plastiques généreusement proposés aux clients aux caisses des supermarchés, soit 570 par seconde ! Certes, ils sont légers, pratiques, mais ils se retrouvent dans la nature où ils mettront entre 100 et 400 ans pour disparaître.
Pourtant il existe une solution alternative : des sacs en « plastique biodégradable », en plastique d´amidon de maïs.
Ce n´est pas nouveau. Il y a une dizaine d´années que la matière première, le Mater-Bi, a été mis au point par le chimiste italien Novamont. Mais le produit était bien trop cher, environ dix fois plus que le plastique ordinaire. Aujourd´hui, le contexte a changé. Globalement on se préoccupe plus de l´environnement ; notamment des déchets et de l´effet de serre. Or les plastiques (Polyéthylène ou PET, PVC.) sont produits à partir de pétrole donc de carbone fossile; l´incinération qui n´est pas sans inconvénients (fumées nocives) est le seul moyen de les détruire.
De grands groupes de la chimie s´intéressent au secteur. Cargill et Dow produisent 140 000 tonnes par an de PLA (polymère d´acide lactique obtenu par fermentation) ; Novamont, 35 000 tonnes par an de Mater-Bi. BASF produit l´Ecoflex, polymère d´acide lactique.
Les nouveaux plastiques à base de maïs peuvent remplacer ceux d´origine pétrolière pour bien des applications. ©M.-H. Vincent

De nombreux usages possibles du sac aux couverts
Novamont propose quinze références ou grades de Mater-Bi. Le Mater-Bi associe à un polymère d´amidon de maïs, une petite proportion d´Ecoflex, différente selon les usages qui vont des films jusqu´aux couches culottes ! Yokozuna Technologies, basée à Meaux (Seine-et-Marne), est la principale société française à fabriquer des produits en Mater-Bi. Sa gamme est large, des films pour le maraîchage, des sacs poubelles, des sacs de caisse, des couverts et des gobelets jetables. D´autres fabricants se limitent à la production de sacs de caisse. Bagherra, société fondée par deux anciens cadres de la grande distribution, a arrêté la production de sacs de caisse au profit de sacs cabas, plus résistants, toujours en Mater-Bi. Un développement freiné là encore par le prix qui est, selon les usages, entre quatre fois à dix fois plus élevé que celui des plastiques traditionnels ! Cependant le marché se développe. Ainsi, certains magasins d´alimentation bio proposent à leurs clients des sacs en plastique biodégradables. en les faisant payer. Novamont précise d´ailleurs que le Mater-Bi est fabriqué à partir de maïs sans OGM, maïs d´origine française à 95 %.
La Corse a banni les sacs de caisse en polyéthylène qui polluait les plages et la mer. Si certaines enseignes y proposent des sacs en papier kraft, d´autres ont opté pour le biodégradable. Des villes utilisent pour la collecte des déchets verts des sacs biodégradables.
Selon Christophe Douki de Boissoudy, directeur commercial France de Novamont, c´est dans les régions très urbanisées, comme le Nord de l´Italie, où la gestion des déchets ménagers pose des problèmes que l´emploi de sacs biodégradables se développe.
Le prix des plastiques biodégradables va, espérons-le, baisser d´où des usages plus variés et plus nombreux pour le plus grand bien de la planète.
Vocabulaire de la biodégradabilité
Renouvelable : s´emploie en parlant des matières premières. Une matière première renouvelable ne provient pas d´une ressource limitée comme le sont le gaz ou le pétrole. De ce fait, elle ne rejette pas dans l´atmosphère de carbone fossile.

Recyclable : un objet, un produit est recyclable quand après usage il peut être réutilisé comme matière première. Mais, au bout du compte, en fin de cycle, il finira en déchets.

Biodégradable : un matériau est biodégradable quand il est naturellement dégradé par les organismes du sol pour ne donner au final que des molécules d´eau, de gaz carbonique ou de composés organiques. La biodégradation de matières organiques (déchets verts, effluents d´élevage...) peut se faire en particulier lors du compostage.

Fragmentable : certains plastiques sont fragmentables, c´est-à-dire qu´ils contiennent des additifs biodégradables ainsi ces plastiques se fragmentent en éléments invisibles à l´oeil nu mais qui demeurent dans le sol.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

Par défaut, la zone non traitée s’établit à partir de la limite de propriété du riverain et non à partir de ses bâtiments.  © C. Watier
Réglementation/ZNT : les 8 questions que tout agriculteur doit se poser pour éviter les pièges
Les zones non traitées à mettre en place près des habitations viennent compliquer le travail au champ, la gestion du parcellaire…
Sébastien Windsor Chambres d'agriculture
« 15 % des agriculteurs pourraient ne pas passer l’année » dans les zones intermédiaires (Chambres d'agriculture)
Sébastien Windsor , président de l'assemblée permanente des chambres d'agriculture, a alerté sur la situation difficile de…
plan de relance - volet agricole
Plan de relance/agriculture : 1,2 milliard d'euros pour la souveraineté agroalimentaire française
Plan protéines doté de 100 millions d'euros, "aide à la conversion" pour l'agroéquipement, crédit d'impôt pour la certification…
Avec une année 2020 "catastrophique" faisant suite à plusieurs mauvaises campagnes, les responsables de l'AGPB Eric Thirouin (président, à gauche) et Philippe Heusèle (secrétaire général) ont appelé à des mesures d'urgence pour soutenir le secteur. © G. Omnès
« Plus de la moitié des céréaliers ne dégageront aucun revenu en 2020 » (AGPB)
Le syndicat céréalier pointe du doigt la situation très difficile des grandes cultures depuis plusieurs années et qui culmine en…
chargement d'un bateau au port céréalier de Rouen
Blé tendre : les exportations françaises menacée par la Russie sur l'Algérie
Selon Thierry de Boussac, du Synacomex, le cahier des charges de l'office d'Etat algérien, en charge des importations de blé…
Sur la ferme de Benoît Le Helloco, le miscanthus avait été implanté pour protéger un cours d'eau. L'agriculteur a désormais décidé d'en implanter sur une ZNT le long d'une habitation qui jouxte sa parcelle. © G. Omnès
Pesticides/riverains : « le miscanthus était la seule solution »
Benoît Le Helloco a décidé d’implanter une bande de miscanthus pour ne plus subir la pression exercée par un riverain qui borde…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
Moins de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures