Aller au contenu principal

Pyrale du maïs : « L’épandage par drone est efficace et nous fait gagner du temps »

Grâce au recours au drone, Frédéric Marchesin, agriculteur à Puch-d’Agenais (Lot-et-Garonne), a développé l’épandage de trichogrammes sur son exploitation. La meilleure protection qui en découle génère un gain de 10 quintaux à l’hectare.

Frédéric Marchesin, agriculteur à Puch-d'Agenais. « Avant, nous ne luttions contre la deuxième génération que sur les maïs waxy, avec un traitement par hélicoptère ou enjambeur. Depuis cinq ans, nous utilisons l’épandage par drone sur la moitié de la surface. »
Frédéric Marchesin, agriculteur à Puch-d'Agenais. « Avant, nous ne luttions contre la deuxième génération que sur les maïs waxy, avec un traitement par hélicoptère ou enjambeur. Depuis cinq ans, nous utilisons l’épandage par drone sur la moitié de la surface. »
© F. Marchesin

« Dans notre secteur, il y a beaucoup de maïs et le climat est chaud et humide. Il y a régulièrement deux générations de pyrale. Nous luttons contre la première avec le produit Coragen en limite de passage tracteur. Pour la seconde, nous faisons appel à Ovalie Innovation pour l’épandage de trichogrammes par drone. Avant, nous ne luttions contre la deuxième génération que sur les maïs waxy, avec un traitement par hélicoptère ou enjambeur. Depuis cinq ans, nous utilisons l’épandage par drone sur la moitié de la surface.

Nous indiquons les parcelles à traiter à Vivadour, qui transmet leurs coordonnées GPS à Ovalie Innovation. Il faut le prévoir deux mois à l’avance, car la coopérative doit commander les trichogrammes et le pilote doit organiser ses tournées. Celui-ci nous envoie un SMS la veille, au début, et à la fin du vol. Le coût total de la prestation est d’environ 50 euros par hectare.

La technique fonctionne très bien, même en cas de vent ou d’hygrométrie élevée. Nous n’avons pas de problème de pyrale, cela nous fait gagner 10 q/ha et réduit les populations pour l’année suivante. Et nous n’avons pas à nous en occuper, ce qui est important car l’été, nous avons à gérer les irrigations, les productions de légumes… Cela permet aussi de réduire les IFT, un point intéressant car l’exploitation est certifiée HVE. »

EARL La Cave. 60 ha de maïs grain, 22 ha de blé tendre, 22 ha de colza, 6 ha de soja, 4 ha de tournesol et 2 ha de fraise et tomate.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

En hiver, la présence d'un couvert contribue à une meilleure infiltration de l'eau, réduisant les risques de tassement ou de lissage du sol en profondeur.
Couverts d’interculture : comment optimiser leurs bénéfices sur la structure du sol ?
Bien menés, les couverts végétaux améliorent la structure du sol sur les premiers centimètres, mais ne remplacent pas le travail…
La mise à jour de ratios de gestion comme l'EBE est précieuse pour identifier d'éventuelles marges de manœuvre.
Comptabilité agricole : tirez tous les enseignements de votre compte de résultat !
L’inflation des prix complique le maintien des résultats des exploitations de grandes cultures. Dans ce contexte, il est prudent…
Vu la dimension des projets de méthanisation, les banquesexaminent de près la santé financière des exploitants et le niveau de fonds propres.
Méthanisation agricole : 6 points à surveiller pour financer son projet
Rentabilité, fonds propres, compétences... Les banques exigent de plus en plus de garanties pour financer les projets de…
Un colza associé à la féverole développe un enracinement plus profond.
Sol : les plantes compagnes favorisent le drainage
L'association de plantes favorise le développement du système racinaire, favorable à la structure du sol.
Une graminée comme l'orge de printemps dans la betterave montre un effet perturbateur pour l'installation de pucerons.
Jaunisse de la betterave : résultats encourageants avec les plantes compagnes
Depuis deux ans, diverses solutions de lutte contre la jaunisse de la betterave sont testées sur le terrain au travers d’un plan…
Le dimensionnement de l'unité et la sécurisation du plan d'approvisionnement du méthaniseur sont des éléments déterminants dans un contexte de rentabilité très fragilisée de la méthanisation agricole.
Méthanisation agricole : adapter son projet à une rentabilité incertaine
La baisse des tarifs d’achat du gaz et la hausse des coûts fragilisent la rentabilité des nouveaux projets de méthanisation,…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures