Aller au contenu principal

Pyrale du maïs : « L’épandage par drone est efficace et nous fait gagner du temps »

Grâce au recours au drone, Frédéric Marchesin, agriculteur à Puch-d’Agenais (Lot-et-Garonne), a développé l’épandage de trichogrammes sur son exploitation. La meilleure protection qui en découle génère un gain de 10 quintaux à l’hectare.

Frédéric Marchesin, agriculteur à Puch-d'Agenais. « Avant, nous ne luttions contre la deuxième génération que sur les maïs waxy, avec un traitement par hélicoptère ou enjambeur. Depuis cinq ans, nous utilisons l’épandage par drone sur la moitié de la surface. »
Frédéric Marchesin, agriculteur à Puch-d'Agenais. « Avant, nous ne luttions contre la deuxième génération que sur les maïs waxy, avec un traitement par hélicoptère ou enjambeur. Depuis cinq ans, nous utilisons l’épandage par drone sur la moitié de la surface. »
© F. Marchesin

« Dans notre secteur, il y a beaucoup de maïs et le climat est chaud et humide. Il y a régulièrement deux générations de pyrale. Nous luttons contre la première avec le produit Coragen en limite de passage tracteur. Pour la seconde, nous faisons appel à Ovalie Innovation pour l’épandage de trichogrammes par drone. Avant, nous ne luttions contre la deuxième génération que sur les maïs waxy, avec un traitement par hélicoptère ou enjambeur. Depuis cinq ans, nous utilisons l’épandage par drone sur la moitié de la surface.

Nous indiquons les parcelles à traiter à Vivadour, qui transmet leurs coordonnées GPS à Ovalie Innovation. Il faut le prévoir deux mois à l’avance, car la coopérative doit commander les trichogrammes et le pilote doit organiser ses tournées. Celui-ci nous envoie un SMS la veille, au début, et à la fin du vol. Le coût total de la prestation est d’environ 50 euros par hectare.

La technique fonctionne très bien, même en cas de vent ou d’hygrométrie élevée. Nous n’avons pas de problème de pyrale, cela nous fait gagner 10 q/ha et réduit les populations pour l’année suivante. Et nous n’avons pas à nous en occuper, ce qui est important car l’été, nous avons à gérer les irrigations, les productions de légumes… Cela permet aussi de réduire les IFT, un point intéressant car l’exploitation est certifiée HVE. »

EARL La Cave. 60 ha de maïs grain, 22 ha de blé tendre, 22 ha de colza, 6 ha de soja, 4 ha de tournesol et 2 ha de fraise et tomate.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

PAC 2023 : Les derniers arbitrages du PSN toujours en discussion
Les assolements qui se décident actuellement seront déterminants pour le respect des obligations liées à la conditionnalité et…
En hiver, la présence d'un couvert contribue à une meilleure infiltration de l'eau, réduisant les risques de tassement ou de lissage du sol en profondeur.
Couverts d’interculture : comment optimiser leurs bénéfices sur la structure du sol ?
Bien menés, les couverts végétaux améliorent la structure du sol sur les premiers centimètres, mais ne remplacent pas le travail…
Un apport d'eau à début floraison est incontournable pour améliorer le rendement du tournesol.
Tournesol : bien piloter l’irrigation pour gagner des quintaux
Bien que relativement tolérant à la sécheresse, le tournesol valorise l’irrigation. Un bon pilotage de deux ou trois tours d’eau…
Après plusieurs vols sur sa ferme, Jérôme Commaret a installé une barrière pour barrer l'accès aux véhicules de l'entrée la plus isolée.
Vols à la ferme : « Après plusieurs vols, nous avons installé de l’éclairage et des caméras »
Jérôme Commaret, agriculteur à Domsure dans l’Ain, a subi plusieurs vols de gasoil. Il a déplacé sa cuve, installé des éclairages…
La vidange des nappes a démarré avec deux à trois mois d’avance en moyenne. Selon le BRGM, elles ont reçu 70 % d’eau de moins que la normale à l’exception du Sud-Ouest.
Sécheresse agricole 2022 : un niveau très bas des nappes phréatiques à cause d’un fort déficit dès le printemps
Début juin, les nappes phréatiques affichaient un niveau bas à critique sur la majorité du territoire, rendant vulnérables les…
Un colza associé à la féverole développe un enracinement plus profond.
Sol : les plantes compagnes favorisent le drainage
L'association de plantes favorise le développement du système racinaire, favorable à la structure du sol.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures