Aller au contenu principal

Produits phytosanitaires : ce qui change pour vous avec la séparation vente-conseil

L’entrée en vigueur, depuis le 1er janvier 2021, de la séparation entre la vente et le conseil concernant les produits phyto va bouleverser les relations au sein du paysage agricole. Objectif annoncé : faire baisser l’usage des pesticides.

Traiter ou ne pas traiter ? Le conseil de préconisation phyto ne peut désormais plus être apporté par les coopératives et négoces qui ont décidé de garder l'activité de vente de produits. © S. Leitenberger
Traiter ou ne pas traiter ? Le conseil de préconisation phyto ne peut désormais plus être apporté par les coopératives et négoces qui ont décidé de garder l'activité de vente de produits.
© S. Leitenberger

Cette fois-ci, c’est fait : la séparation entre la vente et le conseil concernant les produits phytosanitaires est entrée en vigueur au 1er janvier 2021. Le générique de fin d’un long feuilleton ? Le début de l’épilogue, plutôt. Car beaucoup reste à faire dans la mise en œuvre de ce nouveau contexte réglementaire, dont les conséquences sur le paysage agricole sont encore difficiles à cerner.

La philosophie de cette nouvelle loi est claire : interdire à un organisme qui vend des produits phyto de pratiquer également du conseil sur ces produits. Le but est de prévenir tout conflit d’intérêts qui pourrait conduire le vendeur à avoir la main lourde lorsqu’il met sa casquette de conseiller. Parallèlement, il s’agit de faire baisser la consommation de produits phytosanitaires à travers différents outils de conseil.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Grandes Cultures

Les plus lus

En hiver, la présence d'un couvert contribue à une meilleure infiltration de l'eau, réduisant les risques de tassement ou de lissage du sol en profondeur.
Couverts d’interculture : comment optimiser leurs bénéfices sur la structure du sol ?
Bien menés, les couverts végétaux améliorent la structure du sol sur les premiers centimètres, mais ne remplacent pas le travail…
La mise à jour de ratios de gestion comme l'EBE est précieuse pour identifier d'éventuelles marges de manœuvre.
Comptabilité agricole : tirez tous les enseignements de votre compte de résultat !
L’inflation des prix complique le maintien des résultats des exploitations de grandes cultures. Dans ce contexte, il est prudent…
Vu la dimension des projets de méthanisation, les banquesexaminent de près la santé financière des exploitants et le niveau de fonds propres.
Méthanisation agricole : 6 points à surveiller pour financer son projet
Rentabilité, fonds propres, compétences... Les banques exigent de plus en plus de garanties pour financer les projets de…
Un colza associé à la féverole développe un enracinement plus profond.
Sol : les plantes compagnes favorisent le drainage
L'association de plantes favorise le développement du système racinaire, favorable à la structure du sol.
Une graminée comme l'orge de printemps dans la betterave montre un effet perturbateur pour l'installation de pucerons.
Jaunisse de la betterave : résultats encourageants avec les plantes compagnes
Depuis deux ans, diverses solutions de lutte contre la jaunisse de la betterave sont testées sur le terrain au travers d’un plan…
Le dimensionnement de l'unité et la sécurisation du plan d'approvisionnement du méthaniseur sont des éléments déterminants dans un contexte de rentabilité très fragilisée de la méthanisation agricole.
Méthanisation agricole : adapter son projet à une rentabilité incertaine
La baisse des tarifs d’achat du gaz et la hausse des coûts fragilisent la rentabilité des nouveaux projets de méthanisation,…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Grandes Cultures
Consultez les revues Réussir Grandes Cultures au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter Grandes Cultures